Playoffs NBA

Finales NBA 2022, les pronos de la rédac pour Warriors – Celtics : désolé la Dub Nation, ça penche du côté de Boston ici

table discussion rédaction rookie mvp

On a le sang vert à la rédac !

Source image : TrashTalk

On y est ! Ce soir, les Finales NBA 2022 opposant les Warriors aux Celtics vont débuter au Chase Center. Et comme toujours avant le début d’une série, la rédaction de TrashTalk se mouille en donnant ses pronos histoire de passer pour des Hexperts (ou des gourdes) dans quinze jours. Alors, vous voyez Golden State ou plutôt Boston ?

Nicolas M.

Parfois, on peut retourner le problème dans tous les sens, mais on galère quand même à choisir entre les deux finalistes. Un jour c’est l’un, le lendemain c’est l’autre. Cette affiche entre Golden State et Boston me fait cet effet-là. « Vas-y je mets Boston car c’est trop fort en défense et ça va perturber Golden State », « ouais mais en fait nan je mets GS pour l’expérience et l’avantage du terrain », « quoique les Celtics ça répond bien à l’adversité quand même »… Voilà le genre de schéma qui tourne en boucle dans ma tête depuis quelques jours. Mais il faut bien trancher à un moment donné, alors vamos sur les Verts. Pourquoi les Celtics alors qu’ils ont le don de se compliquer la vie ? Parce que physiquement et défensivement ça va faire mal à Golden State, à condition que les arbitres n’aient pas le sifflet trop facile. Il y a évidemment beaucoup d’autres aspects dans cette série qui risquent de faire basculer cette dernière mais j’ai l’impression que Boston – avec son armée de défenseurs solides et polyvalents – est tout simplement l’équipe idéale pour mettre à mal la bande à Stephen Curry. L’expérience m’a appris de miser sur les défenses dures et athlétiques dans ce genre de série, alors je dis Boston. En six ? En sept ? J’en sais rien du tout, mais y’aura bientôt une 18e bannière au sommet du TD Garden.

Alexandre T.

Le retour de la dynastie Warriors d’un côté, la dix-huitième bannière des Celtics de l’autre. Deux belles histoires pour deux belles équipes mais il faut savoir faire un choix et se mouiller parfois. Sur le papier, difficile de ne pas donner l’avantage à Golden State : avantage du terrain, expérience, vécu des Finales NBA, un groupe qui se connaît sur le bout des doigts, le tout dirigé par un tacticien de premier ordre. Malgré tout, j’ai ce sentiment que c’est l’année de Boston. Cette remontée fantastique au classement, cette confiance accumulée, cette haine de la défaite en Playoffs, il y a quelque chose avec ce groupe qui transpire le champion NBA. Plus encore qu’un simple feeling, les Celtics ont les armes pour gêner beaucoup les Dubs dans cette série. No disrespect pour Denver, Memphis et Dallas, mais la défense de Boston est un cran au-dessus et ça promet des matchups compliquées pour les Warriors, surtout pour leurs leaders. A l’intérieur, je pense que les Celtics peuvent également faire mal puisqu’ils peuvent sanctionner en jouant grand mais aussi s’adapter aux lineups plus petites mises en place par Steve Kerr (Al Horford devrait être déterminant dans cette série). Le duel va être serré, plusieurs matchs se joueront sans doute à un rien mais je crois que Boston peut valider l’affaire à la maison au Game 6. Victoire 4-2 Celtics. 

Nicolas V.

Les Warriors sont en Finales NBA, le feeling est incroyable car on a l’impression d’être de retour en 2015, le prime des années 2010. Pourtant, on est bien en 2022. Les Celtics qui défient les Guerriers veulent à tout prix remporter leur première bague depuis quatorze ans. On va se régaler comme des rois, pourquoi ? Les deux équipes qui vont se la donner ont un style de jeu bien particulier, aussi efficace que spectaculaire. Avantage clair aux Warriors côté expérience, mais ces C’s ont montré face à de très coriaces adversaires qu’ils avaient le coffre pour surmonter n’importe quelle épreuve. Le duel le plus attendu de cette série à mon sens ? Ime Udoka contre Steve Kerr. Le premier est un rookie au poste de head coach, mais il n’a pas froid aux yeux et à déjà montré toute sa capacité d’adaptation en plein match. Steve Kerr est lui le roi du small ball, attention au déluge si l’adresse est présente. La différence se fera surtout sur la forme physique, je ne vois pas comment les Celtics pourraient rivaliser avec des Warriors bien trop reposés en comparaison. Deux Game 7 d’affilée, ça fatigue quand même hein. 2-0 avant de partir à Boston, 3-1 en revenant, et finition à la maison devant un Chase Center chauffé à blanc. 4-1 Warriors !

Clément

Une opposition de styles ? Pas tant que ça… Les Warriors vont canarder à 2km du panier, mais les Celtics sont également capables de prendre feu de n’importe où. Boston est également une forteresse en défense, mais dans la Baie aussi, on sait sortir les barbelés quand il le faut. Stephen Curry certes, mais Marcus Smart. Jayson Tatum certes, mais Andrew Wiggins. Chez les C’s, on veut remporter un titre qui fuit le Massachusetts depuis 2008, tandis que GS veut redonner vie à une dynastie qui a été plus que chahutée ces dernières années. Tant d’inconnues qui me laissent penser que cette série ira en 7. Parce que les Celtics n’aiment pas perdre deux matchs de suite, et parce que les Warriors vont être infernaux dans les troisièmes quart-temps. La différence pourra se faire chez les role players que sont Jordan Poole et Kevon Looney ou Grant et Robert Williams par exemple. Mais à ce petit jeu là, je vois les Warriors l’emporter au terme d’une âpre bataille, d’autant que Stephen Curry a son premier titre de MVP des Finales à aller chercher. Plus expérimentés et fougueux à la fois, les Dubs sont également plus reposés alors que les Verts viennent de disputer deux séries consécutives en 7. Celle-ci leur sera fatale selon moi et le titre va revenir en Californie (on se calme les Lakers c’est pas pour vous). On attend avec impatience la parade de Jordan Poole. Warriors 4-3.

Loan

Cette saison 2021-22 n’a suivi aucun scénario prévu sérieusement. Entre les franchises favorites qui ne se qualifient pas en Playoffs ou qui se font sweeper au premier tour… Pas besoin de les citer en plus, elles se reconnaîtront toutes seules. On se retrouve donc à la fin de ce film avec une finale totalement inédite, et en voyant l’affiche on ne va pas s’en plaindre, loin de là ! D’un côté, on a l’histoire parfaite des Warriors qui fera lâcher une larme à n’importe qui : deux saisons noires, le retour de blessure de Klay, la forme olympique de Curry et boom on retourne en Finales NBA ni vu ni connu. Et sur la côte Atlantique, on a une équipe au mental d’acier qui n’a pas perdu deux matchs de suite sur cette campagne de Playoffs quand même. La défense de Boston est une vraie forteresse, et a les atouts pour prendre l’avantage dans la raquette grâce à Papy Horford. Si les C’s ne sont pas cramés et que la muraille les empêche de driver, les Splash Bros vont devoir assurer du parking. Bref, ça va être un matchup physique, tactique, bien rude comme on aime mais là l’expérience ne fera pas tout. Les Celtics ont joué plus de matchs mais ce qui est sûr, c’est qu’ils ont encore les crocs. Allez, 4-2 Boston, ça finit le boulot devant le public en plus, que demande le peuple ?

Valentin

Une grosse série qui nous attend avec deux belles histoires. D’un côté, le retour au sommet des Warriors après deux années de galère. De l’autre, une équipe des Celtics qui a enfin trouvé le chemin des Finales NBA. Quand on regarde comme ça, difficile de départager ces deux teams qui se ressemblent beaucoup. Mais comme il faut un vainqueur à cette série épique, je vais partir sur les Celtics. Sans l’avantage du terrain, ça ne sera pas facile, mais… La dynamique est trop bonne, ça joue trop collectif, ça défend trop dur, c’est trop solide mentalement. Je vois aussi bien les C’s trouver les bonnes options tactiques et profiter des match-ups en leur faveur, notamment dans la raquette. La capacité de la défense verte à limiter Steph et Klay (on pense fort à Marcus Smart ici) sera déterminante. Alors oui, vous me direz que les Warriors ont moins puisé dans leurs ressources et ont une expérience précieuse de ces moments, tout le contraire de leurs adversaires. Désolé les Splash Brothers, mais pour moi, ça ne suffira pas. 4-2 Celtics

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top