Heat

Le Heat est officiellement en vacances : Miami échoue aux portes des Finales NBA, mais gros respect à la bande à Spo

La fin est cruelle, mais la saison fut belle.

Source image : NBA League Pass

Bataillant toute l’année pour avoir l’avantage du terrain lors des Playoffs à l’Est, le Heat avait l’occasion de retourner en Finales NBA devant son public lors du Game 7 de cette nuit face à Boston. Finalement, Jimmy Butler et ses copains sont tombés, les armes à la main.

Un an et demi après la bulle, le Heat ne retournera pas en finale. L’exploit du Game 6 du côté de Boston, remporté derrière un immense Jimmy Buckets, restera donc sans lendemain, Miami s’inclinant cette nuit 100-96 face à une équipe des Celtics finalement au-dessus. Les regrets, ils sont évidemment là car quand vous passez à seulement une petite victoire de remporter la Conférence Est et que vous vous inclinez devant votre public en plus, il ne peut pas en être autrement. Le Heat, globalement dominé lors de la manche décisive, a eu l’opportunité en fin de match de passer devant de façon assez miraculeuse mais les limites démontrées dans cette série ont finalement été de trop. Certes la bande à Erik Spoelstra s’est battue jusqu’au bout du bout, sans jamais rien lâcher. Certes il y a de l’ADN de champion dans cette équipe. Certes les bobos des uns et des autres (Tyler Herro, P.J. Tucker, Kyle Lowry, Jimmy Butler) représentent probablement une raison valable pour expliquer cette élimination au stade des Finales de Conférence Est, mais au final le Heat a manqué de ressources offensives lors des moments importants. Exemple typique cette nuit, quand Butler ne possédait que Bam Adebayo comme soutien offensif lors des 24 premières minutes de la rencontre. Et même si Jimmy a indiqué en conférence de presse d’après-match qu’il était convaincu par rapport au fait que cette équipe possède tout ce qu’il faut en magasin pour aller au bout, on se dit qu’il manque un petit quelque chose à ce groupe pour répondre à ses ambitions de titre. Et il sera intéressant de voir ce que Pat Riley prévoit cet été pour permettre à Miami de revenir plus fort l’an prochain.

On va attendre un peu avant d’imaginer les solutions possibles pour Patoche mais en attendant et malgré la déception, on se doit quand même de rendre hommage à cette équipe de Miami qui vient de terminer une pure saison cette année. 53 victoires en saison régulière, meilleure équipe de l’Est, Top 3 à l’efficacité défensive et Top 10 à l’offensive, tout ça malgré beaucoup de petits bobos ici et là. Stat qui pèse : Miami est la seule franchise NBA cette saison à avoir terminé chaque mois avec un bilan positif, preuve de la belle régularité de la bande à Erik Spoelstra. L’entraîneur du Heat, finaliste pour le titre de Coach de l’Année cette saison, a encore sorti une masterclass pour maximiser les chances de son équipe chaque soir, sortant notamment de son chapeau des joueurs non draftés qui ont su contribuer en Playoffs comme Gabe Vincent, Max Strus ou encore Caleb Martin. En matière de collectif et de joueurs qui step-up pour les copains, Miami a été exemplaire. Le hashtag #HeatCulture est revenu à la mode cette année après la saison compliquée de l’an passé (sweep au premier tour), et les bases sont posées pour revenir en 2022-23 avec de grandes ambitions.

Se faire éliminer aux portes des Finales NBA dans un Game 7 devant son public, c’est cruel. Mais c’est peut-être une étape nécessaire pour permettre à cette équipe de Miami d’arriver au bout un jour, car elle n’est pas très loin. Cependant, l’effectif est composé de pas mal de vétérans alors la fenêtre de tir risque de se fermer assez vite, à moins que Bam Adebayo et Tyler Herro continuent de grandir au moins aussi rapidement.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top