News NBA

Nominations dans les All-NBA Teams : quel impact sur le contrat de certaines stars ? C’est l’heure de faire le point

Devin Booker Karl Anthony Towns Trae Young 25 mai 2022

Trae Young, Devin Booker et Karl-Anthony Towns viennent de débloquer un sacré paquet d’oseille.

Source image : Montage TrashTalk

Être nommé dans l’une des trois All-NBA Teams de la saison, c’est toujours une grande fierté pour un joueur. Mais pour certains nominés, cette sélection parmi l’élite représente bien plus qu’une belle ligne sur le CV. Elle débloque également un sacré paquet de dollars. On fait le point.

En NBA, les salaires sont la plupart du temps complètement garantis peu importe les performances du joueur, et le montant des contrats max dépend évidemment du montant du salary cap global ainsi que des règles fixées par l’accord collectif entre les joueurs et les propriétaires. Mais les modalités d’un « contrat max » varient selon les récompenses individuelles qu’un joueur peut décrocher en cours de route. Exemple ? Le cas de Trae Young. Comme le précise bien le spécialiste d’ESPN sur les questions salariales Bobby Marks, Ice Trae vient de voir son extension maximale – signée en août dernier et qui doit entrer dans les comptes des Hawks à partir de la saison prochaine – passer de 177 millions de dollars à 212 millions grâce à sa nomination dans la All-NBA Third Team cette saison. 35 millions de billets verts en plus, c’est quand même pas rien. D’autres joueurs sont concernés par ce même type d’augmentation, à la différence qu’ils n’ont pas encore signé leur prochain contrat. Il s’agit de Devin Booker et Karl-Anthony Towns, qui viennent tous les deux de boucler leur septième campagne NBA et qui sont ainsi éligibles à une prolongation dès la prochaine intersaison (il leur reste deux ans de contrat, potentiellement agents libres en 2024). Toujours selon Marks, Book et KAT pourront désormais demander un contrat supermax à hauteur de 211 millions de dollars sur cinq ans cet été. Et quelque chose nous dit que les deux All-Stars de la Draft 2015 vont décrocher le pactole avec les Suns et les Wolves.

Si certains vont profiter de leur nomination dans une All-NBA Team pour décrocher un plus gros contrat, d’autres restent forcément sur la touche. C’est le cas notamment de Zach LaVine. Bon clairement, la star des Bulls n’est pas à plaindre. Gros poisson sur le marché de la Free Agency cet été, LaVine est éligible à une extension de contrat de 212 millions de dollars sur cinq ans avec les Taureaux, montant qui chute à 157 millions s’il décide de quitter Chicago car les autres franchises ne peuvent pas lui offrir plus de quatre ans sur son prochain contrat. Mais si LaVine avait décroché une place dans l’une des trois All-NBA Teams de la saison, il aurait pu débarquer lors des négociations avec l’intention de décrocher pas moins de 250 millions de billets verts. C’est donc raté.

Autre cas intéressant mentionné par Bobby Marks, celui de Ja Morant. Cas intéressant parce que Ja a lui réussi à se faire une place dans une All-NBA Team cette année, mais le montant de l’extension à laquelle il est éligible durant la prochaine intersaison ne bougera pas : 186 millions de dollars, point barre. Pourquoi ça ? Car pour espérer obtenir la même augmentation qu’un Trae Young par exemple, Morant devra être élu dans une All-NBA Team spécifiquement dans sa quatrième campagne dans la Ligue (comme Ice Trae, tandis que Ja vient de sortir de sa troisième saison seulement), c’est-à-dire la première saison après la signature de la prolongation de contrat et la dernière de son rookie deal. Niveau logique on repassera mais c’est la règle qui est actuellement en place. Pour débloquer l’augmentation au terme de la troisième saison, il aurait fallu que Morant soit également nommé dans une All-NBA Team après sa campagne sophomore comme a pu le faire un certain Luka Doncic, sélectionné dans la meilleure équipe de l’année lors de sa deuxième et troisième saison dans la Grande Ligue.

Aspect important à garder en tête en marge de toutes ces prolongations de contrat qui vont faire couler l’argent à flot, la NBA devrait bientôt signer un nouveau deal Triple XL avec ses partenaires TV (le deal actuel expire après la saison 2024-25), ce qui va faire augmenter de façon sensible le salary cap de la Ligue et donc réduire l’impact de ces grosses extensions sur la masse salariale des franchises concernées.

Source texte : Bobby Marks (ESPN)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top