Suns

Mikal Bridges pense qu’il a réalisé son meilleur match défensif en carrière : sachant qu’il a aussi planté 30 pions, ça vous donne un aperçu du phénomène

Le Game 5 de Bridges contre les Pelicans restera comme une véritable masterclass.

Source image : NBA League Pass

Privés de Devin Booker mais devant 3-2 dans leur série contre les Pelicans, les Suns peuvent dire merci à Mikal Bridges, auteur d’une prestation absolument exceptionnelle lors du Game 5 de la nuit dernière à Phoenix. Tellement exceptionnelle que le principal intéressé considère cette rencontre comme un match référence en défense. Match dans lequel il a également… planté 31 pions. 

Dans la catégorie des meilleurs two-way players de la NBA, Mikal Bridges prend de plus en plus de place. Et sa performance lors du Game 5 entre les Suns et les Pelicans la nuit dernière a résonné à travers toute la Ligue. Demandez donc à Brandon Ingram et C.J. McCollum – les deux leaders offensifs de la Nouvelle-Orléans – ce que ça fait d’affronter cet ailier d’1m98 aux bras interminables : le premier a terminé avec seulement deux points à 1/5 au tir avec Bridges sur le dos, tandis que le second n’a pas pu faire mieux que trois petites unités avec un terrible 1/9 au shoot contre Mikal. Au total, ça donne donc à peine cinq points à 3/17 pour le duo des Pels face à Bridges, qui était absolument partout avec en prime quatre contres au compteur (record en carrière s’il vous plaît) et une interception. C’est simple, le bonhomme a été tellement dominant dans sa propre moitié de terrain que Brian Windhorst d’ESPN lui a demandé en conférence d’après-match si c’était sa meilleure performance défensive en carrière, ce qui représente un sacré statement pour un mec qui n’est pas passé loin de remporter le titre de DPOY cette année. La réponse de Mikal ?

« C’est possible. Je pense que oui. D’un point de vue personnel, oui. »

Limiter un duo aussi talentueux que BI – McCollum à cinq points et 3/17 au tir, c’est déjà énorme. Mais ce qui l’est encore plus, c’est que Bridges a tenté le même nombre de shoots de l’autre côté du parquet – 17 – pour 12 réussites (4/4 de loin) et 31 points (record perso en Playoffs) au total en 47 minutes ! Sans vouloir faire de blasphème, on rentre dans le territoire de Kawhi Leonard là. Domination défensive, énorme efficacité offensive, prise de responsabilités dans le quatrième quart (13 points), tout ça dans un Game 5 crucial remporté par les Suns sans Devin Booker.

Et si l’absence de Book permettait à Bridges de prendre une nouvelle dimension en attaque ? On n’est pas là pour tirer des conclusions hâtives, mais c’est forcément le genre de question qu’on se pose aujourd’hui du côté de l’Arizona au vu de la prestation de Mikal hier. Si les Suns auront évidemment besoin de leur arrière All-Star pour espérer aller au bout, Bridges prouve en attendant qu’il a les épaules pour peser encore plus offensivement par rapport à ce qu’il a l’habitude d’apporter, à savoir sa quinzaine de points par soir. Il a le talent, il a les ressources physiques (aucun match raté en carrière, 47 minutes hier), il a le mindset… bref, lui et les Suns pourraient « profiter » de l’absence de Booker pour en ressortir grandis.

« On le met sur tout le monde. On ne peut pas le cloner, mais on aimerait bien. Il fait partie de ces rares joueurs de basket qui sont capables de faire ce qu’il fait en défense, mais aussi d’avoir une telle production au scoring. »

– Son coach Monty Williams, après le match

Mikal Bridges vient tout simplement de réaliser le meilleur match de sa carrière des deux côtés du terrain. Il n’avait jamais autant scoré dans une rencontre de Playoffs, et il n’avait probablement jamais réalisé un chantier aussi énorme en défense malgré sa solidité habituelle. Un véritable poison pour la concurrence. Un véritable bonheur pour les fans des Suns. 

Source texte : conférence de presse d’après-match, ESPN, ESPN Stats & Info

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top