Thunder

Oklahoma City Thunder, le bilan 2021-22 : une année de plus à renifler les bas-fonds, mais toujours avec style

Josh Giddey OKC Thunder 24 avril 2022

Josh Giddey, la belle surprise de cette saison à OKC.

Source texte : Youtube / OKC Thunder

Tout comme l’an passé, le Thunder avait donné les pleins pouvoirs à la jeunesse et tout comme l’an passé, les défaites ont été légion dans l’Oklahoma. Récit d’une saison 2021-22 qui a su faire rimer tanking, kangourou et fierté tricolore. 

CE QUE TRASHTALK AVAIT ANNONCÉ

Entre 18 et 21 victoires, un Shai Gilgeous-Alexander qui oublie sa saison 2020-21 pourrie par les blessures et montre qu’il est capable d’être le leader de l’avenir du Thunder et pas juste un gars qui score beaucoup dans une équipe nulle. On espérait aussi que Théo Maledon puisse confirmer ses belles promesses de l’an I et maintenir sa place dans le 5 majeur. Des jeunes qui apprennent, pas trop de victoires mais un futur qui s’annonce brillant malgré tout, difficile de souhaiter mieux pour une équipe en totale reconstruction.

 

CE QU’IL S’EST VRAIMENT PASSÉ

Sam Presti avait annoncé la couleur d’entrée de jeu : les vétérans n’étaient pas les bienvenus à OKC. Exit donc Al Horford, au placard depuis des mois, et bonjour à Kemba Walker. Un meneur All-Star pour jouer les grands frères de Shai Gilgeous-Alexander, cela sonnait bien mais l’ancien des Hornets n’a pas fait de vieux os dans l’Oklahoma, d’autant plus que la franchise avait déjà misé gros sur un jeune prodige amené à jouer sur le backcourt, un certain Josh Giddey mais on y reviendra. Voilà donc la (très) jeune bande de Mark Daigneault qui se prépare à attaquer un exercice avec le seul Derrick Favors comme mentor.

Sans surprise, OKC débute très mal avec plusieurs défaites dont quelques raclées. Heureusement pour les joueurs de l’Oklahoma, les Lakers ne sont jamais très loin quand il s’agit de lancer une dynamique pour une autre équipe. On attendait le Thunder au fond du classement et après trois semaines, les protégés de Sam Presti se retrouvent quasiment à l’équilibre (5-6). Le signe qu’on s’était trompé du tout au tout pour Shai Gilgeous-Alexander & co ? Non. Chassez le naturel il revient vite au galop et les défaites reviennent toquer à la porte. SGA commence à avoir ses premiers bobos, le coach continue son bricolage entre les quinze jeunes qu’il est censé développer en même temps et la foudre s’abat sur ce projet bambin début décembre. Certains ouvrent des calendriers et des chocolats, les fans du Thunder pleurent eux des larmes de sang quand ils voient leur équipe en prendre 73 à Memphis, nouveau record all-time en NBA. Un naufrage qui réveille un peu la franchise, qui finit l’année civile avec une meilleure dynamique.

À peine le champagne terminé et le nouvel an célébré, c’est reparti pour un tour avec des valises de défaites. Point positif, ça se bat et OKC réussit à faire suer quelques équipes tout en préservant son bilan pourri. SGA repart à l’infirmerie pour son premier séjour prolongé. Paradoxalement, le Thunder réussit à décrocher quelques victoires en son absence avec un Josh Giddey qui prend de l’épaisseur sur le terrain à côté d’un Luguentz Dort toujours aussi combattif mais aussi quelques belles surprises (Tre Mann notamment). Shai revient après le All-Star Game pour claquer des grosses perfs dans le vent et le tank finit son évolution finale à la mi-mars avec les quelques derniers joueurs référencés mis sur la touche (Dort et Giddey étaient déjà blessés) et un cinq de départ qui ressemble de plus en plus à de la G League. Dans cette fin de saison en roue libre, les frenchies profitent de quelques opportunités pour se montrer. Olivier Sarr et Théo Maledon claquent quelques matchs bien sérieux avant d’être coupé pour l’un et remis au placard pour l’autre. À croire qu’être bon n’est pas au goût de la direction. Jaylen Hoard, lui, s’offre une dernière dizaine en mode franchise player avec notamment un match de glouton à 20 points, 20 rebonds. OKC valide le quatrième pire bilan de la Ligue et le pire pourcentage de victoires depuis sa première année post-déménagement, Sam Presti peut déjà réfléchir à ce qu’il va faire à la Draft.

LA SAISON DU THUNDER EN QUELQUES ARTICLES

L’IMAGE DE LA SAISON

Thunder 30 décembre 2021

On aurait pu mettre un screen du cinq majeur en fin de saison pour rigoler sur le tanking d’OKC mais on préfère parler un peu cocorico avec ce petit moment d’histoire vécu peu avant la nouvelle année. Théo Maledon, Olivier Sarr et Jaylen Hoard en tenue et sur le terrain en même temps ! Pas une première dans l’histoire tricolore puisque les Spurs avaient déjà fait le coup mais on pourra dire qu’on a vu un cinq avec 60% de frenchies en NBA en 2022. On attend de pouvoir dire la même phrase avec le mot « titulaires » désormais.

IL A CARTONNÉ : JOSH GIDDEY

Sélectionné en 6ème position par OKC, Josh Giddey avait fait naître certains doutes chez les scouts mais ses débuts vont vite mettre tout le monde d’accord : ce petit jeune a énormément de talent. QI Basket, polyvalence, vision du jeu, capacité à prendre ses responsabilités, passes showtime, le guard régale dans l’Oklahoma et se permet même d’aller dépoussiérer les bouquins d’histoire de la Ligue en devenant le plus jeune joueur à réaliser un triple-double. Avec 12,5 points, 7,8 rebonds et 6,4 passes sur sa saison rookie, quelque chose nous dit que le 3×10 deviendra vite une habitude, à l’image d’un ancien marsupilami local. On attend désormais de le voir associer à Shai Gilgeous-Alexander sur la durée (ils n’ont joué que 41 matchs ensemble cette saison) mais le Thunder s’est trouvé une sacrée pépite pour construire son futur.

LA DÉCEPTION

On va partir ici sur Théo Maledon car on espérait fort une saison sophomore aussi prometteuse que son année rookie. Le meneur avait même mis les petits plats dans les grands en zappant les J.O pour faire un gros travail estival et confirmer les attentes. Problème : la concurrence a monté d’un cran par rapport à 2021 et notre Théo national s’est pris de plein fouet l’arrivée de Josh Giddey mais aussi celle d’un Tre Mann qui a montré des bonnes choses. Entre temps de jeu fluctuant, prestations irrégulières et passages en G League, il a été dur pour Maledon de vraiment trouver son rythme au sein de la rotation de Mark Daigneault. Une vraie déception quand on voit ce qu’il a pu montrer lorsqu’on lui a donné des responsabilités. Bel exemple avec cette semaine (5 matchs) à 20 points, 5 passes fin mars, chaque fois en tant que titulaire. Des bonnes prestations qui seront suivies d’une nouvelle mise au placard (allez savoir pourquoi), dernier coup dur d’une saison qui n’aura pas été une promenade de santé pour le natif de Rouen.

LA SUITE

Sans surprise, le Thunder va continuer sa politique de jeunesse en associant un nouveau gros pick à la nurserie. Avec Shai Gilgeous-Alexander en franchise player, le talentueux Josh Giddey qui montre tout son talent, Luguentz Dort pour contaminer toute l’équipe avec sa mentalité de pitbull, plus quelques jeunes qui poussent, il y a vraiment moyen de faire quelque chose de bien. Attention tout de même à ne pas se perdre dans le « Process » : à force de vouloir développer trop de jeunes, on finit par saboter tout le monde. La présence d’un vétéran ou deux pourrait faire du bien à ce groupe.

OKC continue de jouer aux balles de ping-pong et aux jeunes prospects à développer. Dans ces conditions, le mot win devient vite tabou et on est bien parti pour se répéter en 2023. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top