Nuggets

Nikola Jokic a fait tout ce qu’il pouvait, en vain : 37 points et 18 rebonds avec Draymond Green dans les pattes, rendez-vous compte

Nikola Jokic

Lui il aura bien mérité ses vacances.

Source : NBA League Pass

S’il y en a un qui ne veut pas s’avouer vaincu face à ces écœurants Warriors, c’est bien Nikola Jokic. Le MVP en titre (pour le moment) a encore aligné des statistiques complètement dingues cette nuit, avec 37 points, 18 rebonds, 5 passes et 3 steals. Dommage, le basket est parfois cruel.

Pour l’ensemble des stats de ce Nuggets – Warriors, c’est par ici !

Avant toute chose, donnons un peu de contexte : le match est capital pour les Nuggets, puisqu’une défaite signifierait quasiment l’élimination. Pour espérer autre chose qu’une déconvenue, Nikola Jokic doit montrer le chemin aux siens en envoyant du lourd. Sachez très rapidement… qu’il fait et vraiment bien fait, mais ça n’aura pas suffi. 37 points, 18 rebonds, 5 passes et 3 interceptions, téma la ligne statistique de malade mental. Présent à l’intérieur avec des petits paniers tout en touché, des shoots à mi-distance toujours avec une gestuelle parfaite, et même de la flèche longue portée depuis la baraque à frites de la salle, le géant serbe ne pourra pas dire qu’il n’a pas essayé. Ah oui, on a aussi oublié de vous dire : pour ajouter une dose de surréalisme au match du Joker, précisons qu’il s’est farci un ex-défenseur de l’année nommé Draymond Green sur quasiment toutes ses actions offensives et qu’il s’est vraiment fait pourrir sur chaque ballon touché, limitant considérablement sa marge d’action. Ouais, ça rend le truc tout de suite flippant quand on imagine ce que Niko aurait pu produire sans un marquage aussi resserré.

Malheureusement rien à faire, car ces Warriors sont tout simplement trop forts pour Denver. Mike Malone aura beau avoir réalisé un travail très qualitatif pour emmener son groupe jusqu’ici, rappelons que Jamal Murray et Michael Porter Jr. sont absents depuis le début de saison et qu’ils représentaient jusqu’à la fin de saison passée les options deux et trois du jeu offensif de Denver. Jokic a logiquement endossé la responsabilité statistique de ce manque énorme durant la régulière, mais en Playoffs ce n’est plus la même chose et les équipes poussent le niveau bien plus haut, notamment défensivement. Même en ayant un Joker si important et si costaud, le basket reste un sport qui se joue à cinq, et sur ce domaine là Golden State est la pire équipe qu’il soit donné de croiser. Défensivement, il y a trop d’armes adverses à contrôler et les trous d’airs sont trop fréquents face à une bande qui a justement fait de l’exploitation des espaces et des temps forts de chacun sa spécialité. C’est vraiment dommage car on aurait bien signé pour voir encore peu de Jokic en 2021-22, mais en toute objectivité, dimanche soir pourrait être sa dernière avant les vacances.

On ne peut que s’incliner devant cette nouvelle performance de bourrin signée Nikola Jokic, et bien sûr regretter qu’elle ne soit pas suffisante pour remporter un précieux succès. Il ne nous reste plus qu’une chose à faire : profiter du bonhomme, car les vacances semblent se rapprocher à grands pas. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top