Bucks

Flashback, quand Giannis Antetokounmpo catchait Mike Dunleavy Jr. : mise en échec virile, à une époque où l’on ne savait pas encore

Giannis Cena

PAR DESSUS LA TROISIÈME CORDE !

Source : YouTube

Souvenez-vous de ce moment, un premier tour de Playoffs entre Bulls et Bucks… il y a six ans. Petit instant lunaire durant lequel Giannis avait alors boxé ce badboy aux faux airs de comptable de Mike Dunleavy Jr., en réponse à un coup bas sur l’action précédente. Depuis, l’un a marqué au… fer rouge l’histoire de la NBA, pendant que les autres ont eu du mal à sortir de la… zone rouge, deux salles deux destins.

Milwaukee, avril 2015. Les Bulls mènent 3-2 dans la série contre les Bucks au premier tour des Playoffs de l’Est. Une minute avant la mi-temps, sur un rebond un peu disputé, Mike Dunleavy Jr, vieux briscard depuis treize ans dans la ligue, laisse traîner volontairement une mimine qui finît dans la tronche d’un certain Giannis Antetokounmpo. De Lagos à Athènes, le sang du Grec ne fait qu’un tour, et il n’aura fallu qu’une quinzaine de secondes pour que toute la salle soit au courant. Sur l’action qui suit, le jeune garçon met un caramel monstrueux au Miky, dans un move à la croisée entre John Cena et Sébastien Chabal. L’arrière des Bulls s’effondre aux pieds des spectateurs du premier rang, paraît même qu’il se souvient encore du modèle et de la pointure du gars qu’il a heurté. Les arbitres sont scotchés, et l’instant de surprise passé, c’est l’expulsion directe pour celui qui n’est encore qu’un jeune prometteur arrivé depuis deux ans chez l’Oncle Sam. Sans doute animé de la volonté de railler un mousse de l’équipe adverse, Mike Dunleavy Jr  ne savait néanmoins pas qu’il venait de savater un futur double-MVP, DPOY, champion NBA et MVP des Finales, et s’il l’avait sur peut-être qu’l y serait d’ailleurs allé encore plus fort.

Car oui, on peut dire que le destin fait bien les choses. Depuis, si MDJ a fini sa solide carrière dans le rôle de 168ème couteau des Cavaliers puis des Hawks et qu’il est aujourd’hui bien installé dans l’organigramme sportif des Warriors, il a sans doute foutu au passage le mauvais œil sur les Bulls. Une seule année en Playoffs depuis cette saison 2014-15 et, sinon, silence radio complet chez les Taureaux en avril, paye ta malédiction si l’on peut appeler ça comme ça. De l’autre côté en revanche, le jeune Giannis s’est imposé comme le meilleur joueur de sa génération et l’un des meilleurs joueurs NBA tout court, glanant le trophée de MVP en 2019 et 2020 et la bague de champion NBA en 2021. Ouais, ça en fait une différence de parcours, surtout que les Bulls sont bien partis pour se manger la colère du demi dieu Grec toute la semaine, visez un peu le sale planning, du genre à rester au pieu jusqu’à ce que ça se termine.

Bon, il n’y a pas mort d’homme avec cette histoire, puisque Giannis ne doit même plus se souvenir du nom du bonhomme qu’il a envoyé par dessus la troisième corde ce soir là. Toujours est-il que ce genre d’histoires nous font toujours marrer, surtout à l’aube d’une série de Playoffs entre les deux équipes.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top