Mavericks

Luka Doncic a récolté sa 16e faute technique contre Portland : ça veut dire suspension pour le dernier match de la saison, bonjour le timing

Luka Doncic quand il a appris qu’il sera suspendu pour le dernier match de la saison.

Source image : NBA League Pass

Face aux Blazers cette nuit, les Mavericks se sont tranquillement baladés et Luka Doncic s’est fait plaiz en lâchant une nouvelle dinguerie. Rien de bien surprenant mais petit détail qui a son importance, le phénomène slovène a récolté sa 16e faute technique de la saison. Celle de trop. 

Parce que 16, c’est le chiffre à ne pas atteindre. Un peu comme au foot où l’on prend un match de suspension après trois cartons jaunes en trois mois, un total de 16 fautes techniques est égal à un match de suspension en NBA. Luka a dépassé la ligne rouge à la fin du premier quart-temps du match face à Portland hier. On vous refait la scène. Il reste deux secondes au chrono, Doncic shoote du milieu du terrain au buzzer alors qu’une faute est commise par un joueur des Blazers qui le tape sur l’épaule. L’arbitre ne voit rien, le Slovène s’écroule comme si on l’avait poussé des deux mains dans le dos, et forcément la frustration monte. Avant le début du second quart, Doncic s’en va dire deux mots à Tony Brothers et boum, la technique tombe. Comme d’hab, Luka n’arrive pas y croire mais très vite, il se rend compte qu’il ne pourra pas jouer l’ultime match de la saison face au voisin texan de San Antonio à la maison. Mérité ou pas, Doncic paye aujourd’hui son accumulation de fautes techniques et bien évidemment, sa réputation n’a pas joué en sa faveur. Car quand on râle trop sur les arbitres, à force ils perdent patience. Alors certes, la NBA peut toujours retirer cette 16e technique si elle l’estime injustifiée, comme cela a d’ailleurs déjà été le cas avec Luka début mars, mais ça paraît quand même peu probable.

“Pour moi, ça ne méritait pas du tout une faute technique. Il n’y a eu aucun avertissement, rien. J’ai juste demandé à l’arbitre, ‘Comment ne peut-on pas siffler faute ?'”

– Luka Doncic, via ESPN

Voilà pour la version de Luka, qui a peut-être raison mais qui aurait surtout mieux fait d’éviter de se retrouver dans une telle situation. Selon Tony Brothers, aucune insulte n’est sortie de la bouche du Slovène mais sa façon de se plaindre continuellement auprès de chaque arbitre entre les deux quart-temps méritait une technique. On imagine que Doncic n’est pas d’accord mais peu importe, les Mavericks vont sans doute devoir se débrouiller sans lui dimanche face aux Spurs. Cette suspension n’aurait aucune importance si cette rencontre ne possédait aucun enjeu mais elle en a. En effet, Dallas est toujours en course pour aller chercher une place sur le podium de la Conférence Ouest, les hommes de Jason Kidd possédant un retard de seulement 0,5 match sur les Warriors actuellement troisièmes (bilan de 51-29 pour Golden State, 51-30 pour Dallas, et le tie-breaker est en faveur des Mavs). Dans l’état actuel du classement, le troisième va jouer les Nuggets au premier tour des Playoffs tandis que le quatrième rencontrera Utah. Et évidemment, au second tour, le seed #4 va croiser la route de la meilleure équipe NBA cette année, à savoir les Suns, tandis que le seed #3 jouera les jeunes Grizzlies aux dents longues (si les deux passent évidemment). On adore ce que fait Memphis cette année mais n’importe quelle formation aujourd’hui aimerait éviter Phoenix vu à quel point les Cactus sont inarrêtables. Alors voilà l’enjeu. Juste pour info, alors que Dallas doit jouer San Antonio pour boucler la régulière, les Warriors rencontreront les Spurs ce soir avant de finir sur un déplacement chez les Pelicans dimanche.

Pas de Luka Doncic pour le dernier match, tout ça contre des Spurs qui sont pour l’instant toujours en course pour le neuvième spot, bref ça peut potentiellement représenter un match piège. La bonne nouvelle pour les Mavs, c’est que la quatrième place et donc l’avantage du terrain au premier tour des Playoffs sont déjà assurés (une première depuis 2011, et vous savez ce qu’il s’est passé en 2011), mais le timing est quand même bien pourri.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top