Bulls

Les Bulls sont dans le rouge vif : 4ème défaite de suite, 4ème branlée à la maison, Chicago arrive en Playoffs dans un mood effroyable

Chicago Bulls

Symbole de cette fin de saison, les Bulls quittent le parquet hués par leur public.

Source image : nba league pass

Ils étaient attendus cette nuit, pour leur dernier match de la saison à domicile. Ils devaient se reprendre, afin de rassurer leur staff et leur public. Au lieu de ça ? Les Bulls ont ponctué le pire virage de leur saison au pire moment possible : défaite 133 – 117 face aux Hornets, la 4ème de suite à Chicago. Sale ambiance dans la Windy City… 

L’image faisait de la peine, et en même temps comment ne pas les comprendre.

Buzzer de la mi-temps, Coby White rentre son shoot à trois-points. On imagine un public en délire qui célèbre ce beau tir, afin de cimenter un beau passage collectif ? Absolument pas. Avec ce shoot, le guard de Chicago permet à son équipe de réduire l’écart de 31 à 28 points. Oui oui, les Bulls menés de 28 points à la mi-temps par Charlotte. Et au lieu de se serrer les coudes et se motiver ? Les joueurs rentrent au vestiaire, le regard pointé vers le sol, pendant que les commentateurs de NBC Sports Chicago soulignent les huées qui traversent le United Center. Tout ça, cerise sur le gâteau, pendant que la prod de la télévision locale affiche un bandeau qui indique que les Bulls viennent de manger leur plus gros total de points de la saison en une mi-temps. Les Hornets mènent 79 à 51, on est sur une des plus tristes images de cette fin de saison.

Avant toute chose, rendons à César ce qui lui appartient, les Hornets ont été fantastiques en première période. Suivant un LaMelo Ball tout simplement indécent (5/5 à trois-points, des improvisations plus géniales les unes que les autres), l’équipe dirigée par James Borrego était sur un immense nuage. Tous les shoots rentraient, dont les onze premiers de la rencontre pour un parfait 11/11 d’entrée, et le banc apportait une production tout aussi létale que celle du cinq majeur. En gros, les Hornets étaient intouchables. Mais est-ce que c’était face à une grande défense de Chicago ? Certainement pas. Et quand bien même quelques gros shoots contestés rentraient, aucun membre des Bulls ne semblait vouloir taper du poing sur la table. Personne, à ce moment précis, voulant stopper l’hémorragie. Il y avait quelque chose de vraiment frustrant, voire de triste, en voyant ce match de Chicago de par le contexte précédant la rencontre. Ce n’est pas comme si on était à la mi-janvier et les coéquipiers de Nikola Vucevic sortaient d’une série de victoires. Non, bien au contraire. Les Bulls venaient de prendre, consécutivement et à la maison, tarif par le Heat (127-109), les Bucks (127-106) et les Celtics (117-94). C’était donc la moindre des choses d’attendre un effort global, collectif, au minimum défensivement, à quelques jours des Playoffs. Malheureusement, ce que Zach LaVine et compagnie ont offert ce vendredi ressemblait plus à un abandon de poste qu’autre chose.

Alors peut-être s’agissait-il d’une réalisation pragmatique, celle de finir 6ème de la Conférence Est quoi qu’il arrive. Oui, c’est vrai, cette rencontre n’avait pas un immense intérêt au classement puisque Toronto allait certainement faire le travail face aux Rockets, ce qu’ils ont fait. Cleveland et Brooklyn ne pouvant rattraper les Bulls, le spot 6 était quasiment verrouillé. Mais comment ne pas secouer la tête en voyant le manque d’envie à vouloir redresser le navire ? Même dans les rencontres qui « comptent moins », il est primordial de changer la dynamique en cours si elle est atroce. Et même dans les rencontres qui « comptent moins », il est primordial d’aborder les Playoffs avec un momentum positif. Il suffit de voir le Heat, assuré de finir 1er de la Conférence Est, qui s’est tout de même pointé à l’heure ce vendredi soir contre Atlanta et a fait le job à domicile. Peut-être n’en avaient-ils pas besoin, mais Tyler Herro et ses associés ont fait ce qu’ils devaient faire : assurer la dynamique, et profiter de la semaine avec une posture déterminée. Chicago avait bien plus de raisons de se reprendre, et ils ne l’ont pas fait. Pire, ils se sont fait tabasser et ont laissé pas mal d’observateurs craindre le pire. C’est-à-dire souligner que le niveau mental du groupe est tel qu’actuellement n’importe qui peut débarquer chez les Bulls, coller un gros run, et le château de cartes s’effondrera. Maintenant que la 6ème place est verrouillée, les hommes de Billy Donovan vont attendre patiemment et découvrir qui sera leur adversaire du premier tour des Playoffs. Plutôt les Bucks ? Les Celtics ? Ou bien les Sixers ? Envoyez qui vous voulez, mais si on doit se baser sur les Bulls actuels pour pronostiquer la série, ce sera rapide et sans bavure. L’heure des tartes a sonné.

Chicago termine sa saison régulière la tête en vrac, et les pieds qui traînent. Encore des défaites face aux grands de la Ligue, des mixtapes subies à domicile face à des adversaires plus déterminés, difficile de savoir quels Bulls se pointeront en Playoffs. Il y a 8 jours pour mettre les choses au clair, c’est maintenant ou un sacré coup de balais pourrait passer dans l’Illinois.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top