Los Angeles Clippers

Paul George réussit un comeback XXL : 34 points et la victoire sur le Jazz, ce n’est pas comme s’il n’avait pas joué depuis 3 mois

Paul George

Pas de mouillage de nuque, n**** l’hydrocution.

Source image : NBA League Pass

Ce mardi, Paul George a rejoué au basketball après trois mois d’absence dus à un bobo au coude. Premier constat, on n’a pas les mêmes retours de blessure. Pour la réception du Jazz, Paulo a directement renfilé le costume de franchise player, sans même s’autoriser un mouillage de nuque. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

« Paul, es-tu sûr d’avoir manqué trois mois ? ». Posé en tête de raquette, le sourire jusqu’aux oreilles, Paul George semblait s’attendre à la question de l’intervieweur. Les Clippers viennent de tabasser le Jazz grâce à un 39-21 dans le dernier quart-temps. Cela faisait depuis le 23 décembre dernier à Sacramento que le septuple All-Star n’avait plus rejoué. Conscient que ce succès est en partie le sien – puisqu’auteur de 34 points, 2 rebonds, 6 assists, 4 interceptions et 1 block à 50% au tir dont 6/9 à 3-points – Paulo prend quand même le temps de dédicacer tout le staff qui l’a aidé à revenir. Il se met à suer. Les gouttes sont trop grosses pour qu’elles ne soient que de la sueur. La cascade provient en effet des bouteilles d’Amir Coffey, de Terance Mann et d’un inconnu du fond de banc. L’habituel arrosage pour célébrer le héros de la rencontre. Une scène que l’on était loin, très loin d’imaginer au début du troisième quart-temps, quand à 8:07, Rudy Gobert déposait un lay-up en alley-oop, portant ainsi l’avance du Jazz à +25. Mais comme souvent cette saison, âme chevillée au corps, les Clippers ont refusé de ployer le genou. Avec ce succès gratté au bout de la nuit, l’équipe de Tyronn Lue devient la première formation depuis 25 ans à réaliser quatre comebacks d’au moins 24 points sur une seule saison. Autant on n’est pas partisan des stats à outrance, autant celle-là révèle un caractère dantesque. On se souvient de cette réaction historique à Washington le 26 janvier dernier. Deux mois après avoir défait ce retard de 35 points, les Clippers ont récidivé format miniature.

Le retour de Paul George est un immense soulagement pour les Clippers (37-39) qui, grâce à cette victoire, mettent fin à une série de cinq défaites consécutives. À moins que les Wolves (43-33) perdent toutes leurs rencontres à venir – scénario qui relève du fantasme – Nico Batum et ses potes ne peuvent plus toper la 7e place de la Conférence Ouest. Les Pelicans (32-43) sont quant à eux bien loin de représenter un réel danger. Peut-on dire que les Clippers vont terminer cette saison 2021-22 à la 8e place ? Probablement, auquel cas il convient de régler deux, trois problèmes afin d’aborder le play-in sereinement. Primo, dans la disposition actuelle, les Clippers affronteraient les Wolves au premier tour du play-in. Les Wolves de ? Les Wolves de Karl-Anthony Towns. Les Clippers de ? Les Clippers d’Ivica Zubac. On ne dit pas que le Bosnien est mauvais défenseur, simplement qu’il est trop aimable pour refuser l’accès au cercle à une personne qui le demande poliment. Le retour de Paul George a beau être une formidable manière d’entamer ce mercredi, il n’a pas caché les lacunes d’Ivica Zubac dans son opposition directe à Rudy Gobert. Le céfran a dominé son homologue sans forcer le talent, en témoigne la petite séquence glissée ci-dessous. Se faire contrer de la sorte ? Ivica très mal.

Alléluia, Paul George est revenu. Cap désormais sur les six dernières rencontres de saison régulière afin de, comme l’a mentionné Paul George en interview d’après-match, « devenir le plus tôt possible une équipe de Playoffs. »

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top