Dossiers NBA

Les 7 merveilles de la carrière de Gregg Popovich : retour sur ses plus belles victoires, de 1996 à aujourd’hui

Tim Duncan Gregg Popovich Spurs

2014 fait forcément partie du lot.

Source image : YouTube

Gregg Popovich a gagné beaucoup, beaucoup, beaucoup de matchs de basket. 1 336 exactement en saison régulière, nouveau record NBA s’il vous plaît, et 1 506 si on prend en compte les Playoffs. Et forcément, dans le lot, certaines ont une signification bien particulière pour l’une ou l’autre raison. C’est notamment le cas des sept succès qu’on va vous raconter juste en dessous.

La toute première victoire

Nous sommes le 14 décembre 1996. Gregg Popovich vient de passer des bureaux des Spurs au banc de touche, virant par la même occasion le coach Brian Hill après un début de saison catastrophique (15 revers en 18 matchs). Après deux premières défaites dans le costume de nouvel entraîneur de San Antonio, Pop goûte au succès pour la toute première fois face aux Mavericks d’un certain Jason Kidd. Victoire à l’arraché 106-105 après un raté au buzzer de Dallas, tout ça sous l’impulsion d’un grand David Robinson (auteur du game-winner) et d’un… Dominique Wilkins en mode sixième homme. Sean Elliott ainsi qu’Avery Johnson se jettent dans les bras de Pop, c’est tout simplement le début de sa légende.

La victoire pour éviter le… licenciement

Le début de sa légende certes, mais saviez-vous que Gregg Popovich a failli se faire virer par les Spurs en 1999 ? Non, ce n’est pas une blague. Avec un bilan de seulement six victoires pour huit défaites, la franchise de San Antonio était bien mal partie cette saison-là, à tel point que Pop était sur un siège éjectable. Mais le 2 mars 1999, face au voisin texan de Houston, l’équipe fait bloc pour sauver la tête de son coach et s’impose avec conviction 99-82. « Le match le plus important de la carrière de Gregg Popovich » selon l’ancien joueur de San Antonio Steve Kerr. Et pour cause, c’est le premier succès d’une série de neuf victoires consécutives, ce qui va mettre les Spurs sur une superbe dynamique pour le reste de la saison. San Antonio termine la campagne 1998-99 avec 37 victoires en 50 matchs, et surtout un premier titre NBA au bout.

La victoire pour la première bague

Gregg Popovich fait partie de ceux qui possèdent une bague de champion à chaque doigt de la main, gauche ou droite peu importe. Mais on le dit souvent, et Pop vous le confirmera peut-être si vous le croisez un jour, le premier titre n’est pas vraiment comme les autres. Cette sensation d’être arrivé au sommet pour la première fois, c’est quand même quelque chose d’entièrement à part. Pour le légendaire coach des Spurs, cette sensation date du 25 juin 1999. Après avoir éliminé les Blazers lors des Finales de Conférence grâce notamment au Memorial Day Miracle, San Antonio a remporté la bague face aux New York Knicks, qui plus est dans la Mecque du basket et sur une dernière action au buzzer. Juste inoubliable.

La victoire pour mettre fin à la dynastie Lakers

Au début du nouveau millénaire, les Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant ont tout détruit sur leur passage, régnant sur la Conférence Ouest et remportant trois titres NBA consécutifs. Parmi leurs plus grandes victimes ? Les Spurs, éliminés en 2001 par un violent sweep et en 2002 en seulement cinq matchs. L’année suivante, les Éperons et les Lakers se retrouvent une nouvelle fois en demi-finale de conf’, mais le scénario est différent. Grâce notamment à un Tim Duncan au sommet de son art, la bande à Gregg Popovich prend le dessus sur les triple-champions, humiliant même les Californiens au Staples Center lors du Game 6, remporté 110-82 le 15 mai 2003. Pendant que Kobe et ses copains sont en larmes, les Spurs prennent le pouvoir à l’Ouest puis remportent le titre cette même année. Au cours de la décennie, San Antonio gagnera également deux autres bagues, en 2005 et 2007. Le passage d’une dynastie à une autre en quelque sorte.

La victoire du beau jeu

Parfois, les moments les plus difficiles sont la source des plus beaux accomplissements. Lors des Finales NBA 2013, les Spurs ont laissé filer un titre qui leur tendait les bras, la faute à des lancers-francs ratés et un terrible 3-points de Ray Allen, parfaitement servi suite à un rebond de Chris Bosh pendant que… Tim Duncan était sur le banc. Gregg Popovich, comme l’ensemble des membres de l’équipe texane, a mis beaucoup de temps pour retrouver le sommeil, mais ce traumatisme s’est transformé en source infinie de motivation pour la campagne suivante. Une campagne absolument magnifique, marquée par un jeu collectif absolument exceptionnel – le « Beautiful Game » – et surtout une revanche éclatante contre la bande à LeBron James. Le 15 juin 2014, San Antonio brise les rêves de Three-Peat de Miami et remporte son cinquième titre avec panache.

La victoire pour l’or olympique

Gregg Popovich, ce n’est pas seulement un coach qui a remporté cinq titres de champion avec San Antonio. C’est aussi un entraîneur qui a une médaille d’or olympique autour du cou. Alors forcément, même si on sort de l’univers NBA et des Spurs, c’est l’un des plus gros succès de sa carrière. Prenant les commandes de Team USA après le départ de Mike Krzyzewski suite aux Jeux Olympiques 2016, Pop a d’abord galéré à remplir les objectifs très élevés qui accompagnent ce poste, les Américains terminant seulement septièmes du Mondial 2019 (pire place de leur histoire). Certes, c’était l’équipe Z de Team USA mais cela a ajouté une pression supplémentaire sur ses épaules en vue des JO de Tokyo en 2021. Pression qui était peut-être plus élevée que jamais le 6 août 2021, quand les States affrontaient en finale la France, adversaire qui avait battu la bande à Pop en match d’ouverture. Mais grâce notamment aux exploits de Kevin Durant, la mission fut accomplie avec une victoire 87-82. Champion NBA et champion olympique, il n’y a pas beaucoup de coachs qui peuvent dire ça.

La 1 336e victoire

La victoire du record, celle qui a permis à Gregg Popovich de dépasser Don Nelson et de devenir le coach le plus victorieux de l’histoire de la NBA. Opposée au Jazz en ce vendredi 11 mars 2022, la bande à Pop était mal barrée puisque celle de Quin Snyder menait de dix points à l’entame du dernier quart-temps. Mais les protégés de Popovich ont tout donné pour offrir le record à leur coach, remportant la dernière période 40 à 28 avant de lui sauter dessus pour fêter ça. Sportivement, cette victoire ne pèse pas très lourd vu où en sont les Spurs aujourd’hui. Mais symboliquement, c’est juste énorme.

Bonus : la victoire pour Erin

C’est l’un des épisodes les plus douloureux de la vie de Gregg Popovich. Le 22 avril 2018, Pop n’est pas sur le banc des Spurs pour le Game 4 du premier tour des Playoffs entre San Antonio et Golden State. Quelques jours plus tôt, il fut effectivement frappé par une grande tragédie personnelle, à savoir le décès de sa femme Erin. Le choc est grand dans le monde de la NBA, et les soutiens se multiplient à travers la Ligue, de LeBron James à Kevin Durant en passant par Steve Kerr et beaucoup d’autres. Les Spurs – évidemment très marqués par la nouvelle – vont alors tout faire pour ne pas se faire balayer face à l’armada de Golden State, et parviennent à arracher la win pour forcer un Game 5. #ThisOneIsForPop

Gregg Popovich est le coach le plus victorieux de l’histoire, mais ces sept succès garderont forcément une place à part dans sa légendaire carrière. Et qui sait, peut-être que d’autres viendront s’ajouter à la liste car Pop n’a pas encore décidé de raccrocher. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top