Hawks

Ice Trae a congelé les Suns : 43 points pour Trae Young dans la grosse victoire des Hawks, et dire que certains ne le voulaient pas All-Star…

Trae Young

Trae Young aka Ice Trae, la célébration qui va avec.

Source image : nba league pass

C’était le premier match de la soirée en antenne nationale, et on peut dire que les hôtes n’ont pas déçu. Opposés aux Suns, qui étaient propriétaires de la plus longue série de victoires en NBA (11), les Hawks ont pu compter sur leur collectif et un immense Trae Young afin de faire chuter Phoenix. Dans le jargon, on appelle ce genre de perf une Ice Trae.

Il était incertain. Il n’était pas sûr de jouer.

Absent du dernier match des Hawks, Trae Young allait peut-être rejoindre Lou Williams sur le banc des joueurs blessés. Puis finalement, non, après un shootaround réussi et une telle opportunité devant les plus grandes caméras du pays, la présence du meneur All-Star était inévitable. Pas possible de ne pas jouer les Suns, meilleur bilan de NBA en visite. Pas possible de ne pas jouer Chris Paul, son mentor avec qui il a tant partagé depuis son arrivée chez les pros. Pas possible de laisser de côté une des rares fois où les Hawks sont en antenne nationale, un privilège qu’on peut compter sur les doigts d’une main chaque saison en Géorgie. La question était plutôt de savoir dans quel était serait Trae, et Phoenix a malheureusement eu sa réponse. Collectivement, Atlanta a su répondre au challenge du soir en s’ajustant, notamment face aux soucis de fautes de De’Andre Hunter. À la rescousse, Kevin Huerter a été impeccable, faisant claquer les ficelles de la State Farm Arena (5/10 du parking) tout en essayant de faire suer Devin Booker de l’autre côté du terrain. Impeccable dans son rôle d’homme à tout faire, John Collins était plus bondissant que jamais et punissait les Suns du début à la fin du match dans les airs comme à trois points. Et comme il l’a prouvé plus d’une fois sur la récente bonne forme des Hawks, le banc de Nate McMillan a encore fait des merveilles, Bogdanovic et Gallinari s’alliant à la bonne défense de Delon Wright par séquence pour tenir tête à JaVale McGee et Cam Johnson. C’était du Atlanta basketball comme Atlanta l’a montré sur ces 10 derniers matchs, avec du collectif, du culot et une réelle envie de se retrousser les manches en défense comme au rebond. Pas de rendez-vous trop grand, pas de pression insurmontable.

Et pourtant, après un troisième quart immense de Young (18 points), une sale odeur traînait sur le parquet des Hawks. Cette odeur ? C’était celle que les Suns ont diffusé depuis le début de saison, ce parfum du comeback dont ils sont devenus les principaux fournisseurs. Combien de fois Phoenix a offert une masterclass dans le dernier quart ? Combien de fois Chris Paul et Devin Booker ont assassiné leurs adversaires avec une précision chirurgicale ? Même dans ce match à Atlanta, les visiteurs mettaient une pression folle sur des Hawks pas vraiment sûrs de pouvoir tenir leur lead. Et la fenêtre de tir était ouverte pour un hold-up des familles… mais trop tard, trop loin. Dans un match globalement en-dessous des standards des Suns, les hommes de Monty Williams ont laissé Atlanta prendre bien trop ses aises et la tentative de retournement de situation n’a pas marché pour cette fois. Des espaces grands ouverts laissés pour Collins, sanction. Des lignes de pénétration pour Bogdanovic, sanction. Des fins d’horloge mal défendues sur Gallinari, sanction. Et quand il fallait terminer le spectacle ? Trae Young faisait exploser la salle avec un trois-points venu de l’espace, célébration signature en prime et distribution d’écharpes pour les Suns. Une bombe totalement improvisée sur une action dégueulasse, anéantissant définitivement les espoirs de Phoenix, et mettant un point d’exclamation sur une performance magistrale du meneur initialement incertain. 43 points pour battre la meilleure équipe de NBA, qui était sur 11 victoires de suite, contre son mentor Chris Paul, en antenne nationale, à 16/25 au tir, 6/11 à trois points et en étant clutch. Que demander de plus ? Dans une soirée qui était dédiée aux remplaçants du All-Star Game 2022, Trae Young rappelait haut et fort qu’il était bien titulaire pour la Conférence Est. Le meilleur meneur de sa côte, et sans véritable opposition à sa petite taille.

Plus important encore que cette grande performance de Trae Young, les Hawks ont confirmé que leur retour en forme était à prendre au sérieux. Vainqueurs à 8 reprises sur les 9 derniers matchs, les potes d’Onyeka Okongwu ont faim et souhaitent utiliser cette deuxième partie de saison pour remonter au classement. Si ça continue sur ces bases, il y a deux ou trois équipes qui vont avoir froid jusqu’à l’arrivée du printemps…

1 Comment

1 Comment

  1. Tchetchene

    4 février 2022 à 16 h 03 min at 16 h 03 min

    Bien-sur qu’il na rien a faire au all star game.
    Résultat collectif plus que médiocre au vue de l’année dernière, donc faire des stats c’est bien, mais gagner reste tellement mieux.
    Il serait judicieux de ne pas faire des article sur les Hawks ou les Spurs par Bastien qui est la personne la moins objectif du monde

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top