Blazers

Les Blazers sont chauds bouillants : 6 victoires en 8 matchs, attention à bien négocier le virage de la Trade Deadline

Jusuf Nurkic 31 mai 2021

Oui mon gars, tu vas bouger avant le 11 février.

Source image : YouTube

Avec 6 victoires en 8 matchs, Portland commence à doucettement rentrer dans sa saison, et ce malgré un Damian Lillard loin des parquets. La plupart des observateurs voyaient les Blazers couler davantage, mais les gars de Chauncey Billups sont en grande forme. Avec la date fatidique du 10 février qui approche, il est encore temps de se poser les bonnes questions dans l’Oregon. Débrief.

Avec cette belle victoire à Toronto ce dimanche, Portland termine son road trip à l’Est sur un joli bilan de 4 victoires pour 2 défaites. Les jours s’éclaircissent dans l’Oregon. Et pourtant, il y a encore quelques semaines, la Blazers Nation avait envie de se défenestrer : un jeu bof bof, une défense immonde, de rares impliqués, un Lillard qui a bobo aux abdos, les soucis pulmonaires de McCollum et un bilan de 13-22. Bref, le genre de saison que l’on n’attendait pas vraiment. Mais voilà que la nouvelle année a permis à quelques pépites de se révéler en l’absence du patron. On pense à Anfernee Simons qui prend une toute autre dimension et dont l’avenir pour ensoleiller les prochaines années de Portland. Avec des moyennes de 26 points et 7 assists en 50/43/88,  sur le mois de janvier, Anfernee Simmons montre qu’il a l’étoffe d’un titulaire sur le backcourt de Portland. Mais il n’est pas le seul jeunot à se montrer et Nassir Little régale avec des qualités athlétiques supérieures à celles d’Arnold Schwarzenegger, et un hustle à faire rougir le Jusuf Nurkic 2021-22. En parlant de Nurkic, sur le road trip, les moyennes du poste 5 de 27 ans topent les 19 points, 14 rebonds, 3 passes, 1,2 contre et 1,7 interception. Il sera agent libre cet été et semble avoir compris qu’il fallait jouer au basket-ball pour gratter un joli contrat. Mais sa valeur monte en vue de la trade deadline, luxe que Portland ne néglige pas.

S’il y a bien une équipe à surveiller avant la trade deadline, le nom de sa ville commence par « Por » et termine par « Tland ». Avec l’explosion des petits jeunes – et le fait qu’ils continuent d’engranger du kilométrage en attendant de retour de Dame Time – le management a peut-être intérêt de bouger ses gros noms. Eh oui, C.J. McCollum revient plutôt bien, Nurkic est rebaptisé Jusuf Olajukic et Robert Covington intéresse des contenders. Quid des envies de Ben Simmons et de Jerami Grant dont certains insiders ont fait vent ? Damian Lillard mérite un meilleur effectif et accumuler les bons guards en ayant peanuts sur les autres postes ne sert… à pas grand-chose. Même un nouveau pivot, Portland prend volontiers. Personne n’est dupe, Jusuf Nurkic a dû recevoir un coup de fil de Rich Paul qui lui a gentiment demandé de se bouger histoire de renflouer ses caisses perso, mais sa forme pourrait s’avérer tendre vers une illusion piégeuse dans laquelle sera tombée sa prochaine équipe. Afin de clore cette revue de Portland en beauté, où en est Damian Lillard ? Blessé aux abdos lors des derniers Jeux Olympiques, il s’était alors fait conseiller une opération par son compatriote Jrue Holiday. Conseil qu’il a mis en pratique le 13 janvier dernier.

« Jrue est la première personne qui a à peu près confirmé que j’avais besoin d’une intervention chirurgicale, parce que je me suis assis en dehors de l’entraînement et me suis dit : « Je ne peux pas bouger ». Et il a commencé à décrire chaque symptôme. » – Damian Lillard

Toujours pour ESPN, le meneur de 31 ans a confié qu’il était plus sage de « prendre des décisions qui vous conviennent à long terme et pas seulement maintenant ». Quand le reverrons-nous à l’œuvre ? Dame sera réévalué dans 6 à 8 semaines, mais il ne se dit pas pressé pour autant de reprendre la compétition.

« Mon objectif n°1 est de gagner un championnat. Je dois être dans la meilleure forme de moi-même pour y arriver. Je ne suis donc pas pressé (de revenir, ndlr). » – Damian Lillard

Portland va mieux et même très bien. Les petits jeunes s’éclatent, la patte Chauncey Billups se fait un peu sentir et les viocs prennent de la valeur. Ne reste plus qu’à chambouler l’effectif pour profiter de cette belle série et retrouver le niveau qui fut celui de la franchise il y a quelques années. Rien qu’un anneau autour des doigts de Dame, please.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top