Celtics

Jayson Tatum à la peine : une forme irrégulière et peu de garanties données au collectif, l’ailier cherche encore son rythme

Jayson Tatum 29 mai 2021

Fait pour jouer avec des gars autour de lui ?

source : YouTube

Parmi les interrogations et constats rageants de cette campagne, Jayson Tatum, l’excellent inconsistant. Le 3ème choix de la Draft 2017 performe par intermittence et ne fait qu’alterner entre sorties taillées All-Star et crasseries maladroites. De quoi calquer cette forme aléatoire sur des Celtics qui n’ont pas encore réussi à remporter plus de 3 matchs consécutifs cette saison. Débrief.

Il est impossible pour une équipe de gagner en régularité si son franchise player ne l’est pas. Le décor est planté. Chaque soir de match, Ime Udoka aimerait bien savoir à l’avance si le Jayson Tatum qu’il s’apprête à aligner est le bon. Comme une bonne loterie en 50/50, l’ailier des Celtics ne sort son costume de All-Star qu’une fois toutes les deux rencontres. Ce n’est pas une science exacte, mais presque. Sur ses 4 dernières sorties, Jayson Tatum tend cependant davantage vers l’inapproprié avec un horrible… 3/23 à 3-points. Comment peut-on expliquer cette inconstance au tir extérieur et plus globalement, son incapacité à enchaîner les grosses performances ? Capable de poser 40 pions sur n’importe quelle équipe lorsqu’il pète la forme, les coups d’éclat du leader de Boston restent trop rares pour réellement impacter la saison des siens. Le double All-Star tire à 32% du parking cette année, dont s’échappe un triste 27% sur ce mois de janvier. La franchise du Massachussetts lutte pour un spot en Playoffs mais n’accroche pour l’instant que le play-in avec une vieille neuvième place, et un bilan de 23 victoires pour autant de défaites. Capables de très jolies séquences, les Celtics manquent de caractère pour tuer les fins de matchs, domaine dans lequel Jayson Tatum excellait sur les dernières saisons. Que s’est-il passé ?

Il va sans dire que la Conférence Est tope un très bon niveau cette saison. Les équipes à se foutre sur la tronche pour une qualif’ en Playoffs sont nombreuses et celle avec le dernier bilan positif est… 10ème : bilan qui lui vaudrait d’ailleurs une confortable septième place à l’Ouest. Qu’en déduit-on ? Primo, heureusement pour LeBron que les Lakers sont du bon côté du pays. Deuzio, que Jayson Tatum est possiblement l’une des victimes de la hausse de niveau à l’Est. Dimanche dernier, les lignes extérieurs de Chicago l’ont – malgré la défaite – parfaitement défendu. Même topo pour les chiens fous de Philly, la veille. Ses derniers gros cartons ? 33 points contre les Pacers et 36 face aux Knicks, les 22ème et 16ème défenses de NBA. Mis à part une sortie à 42 points face à Milwaukee en décembre, Jayson Tatum est à la peine lorsque les défenseurs extérieurs sont réputés hargneux et sur leurs appuis. Il tire autant que la saison dernière mais avec beaucoup moins de réussite : 25,2 points contre 26,4, 42% au tir contre 46, 39% à 3-points contre 32… Il est regrettable que le boss des Celtics, aussi peu absent, ne profite pas de sa forme physique pour lâcher un exercice XXL. Le cours de sa saison doit s’inverser, à la moitié de l’exercice, il est encore temps.

Ci-dessus et pour fermer ce papier, la pire statistique de l’histoire. C’est en tirant beaucoup que l’on score beaucoup, rien de plus logique et pas grand-chose à féliciter, pour une fois. À quatre mois des Playoffs, Jayson Tatum doit devenir un meilleur joueur d’effectif s’il espère une belle campagne de postseason avec les siens.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top