Nets

James Harden attendu au tournant : Kevin Durant blessé et Kyrie Irving en intermittent du spectacle, tiens, voici les clés du camtar

James Harden 13 novembre 2021

C’est au James Harden des Rockets que l’on parle.

À toi de jouer, vieil ami.

Source : NBA League Pass

Ce dimanche, les Nets ont révélé la durée d’indisponibilité de Kevin Durant, blessé au genou contre les Pelicans. L’homme providentiel de Brooklyn sera absent 4 à 6 semaines et laisse ainsi James Harden seul face à ses responsabilités. Eh oui, Kyrie Irving est toujours en CDD, la concurrence a passé la sixième et plus que jamais, les Nets ont besoin d’un Barbudo édition 2018-19. On débrief.

Les clés du camtar, les tickets shoot et l’autorisation de piquer dans le minibar de l’hôtel, James Harden enfile – le temps de quelques semaines – le costume de patron laissé vide par Kevin Durant. Cela risque de serrer à la taille et de frotter un peu au sol, mais l’idée est là, celle de devoir porter Brooklyn sur ses larges épaules en l’absence du grand machin. Depuis son arrivée en terre new-yorkaise à l’hiver 2021, El Barbudo joue dans un rôle bien plus retiré que celui qui fut le sien à Houston : moins de grigris, une vraie quête de cohérence offensive et des partenaires qui peuvent à nouveau toucher le ballon. Mais aujourd’hui et pour les semaines à venir, James Harden serait toutefois bien inspiré de repasser en mode 64 points à 29/54 au tir. Son basket-ball déployé sur la première partie de saison – fait de moyennes de 22,7 points, 8 rebonds, 10 assists et 1,4 interception à 42% au tir dont 34% du parking – n’est pas celui qui aidera les Nets à triompher du peloton de bastonneurs qui anime en ce moment la Conférence Est. Sixièmes, les Cavaliers (26-18) ne sont « seulement » qu’à une seule victoire et quatre défaites des Bulls (28-14), leaders. Entre Chicago et Cleveland ? Les Nets (27-15), le Heat (27-16), les Bucks (27-18) et les Sixers (25-17). Une affaire qui sent bon la deuxième partie d’exercice disputée donc, dont chaque formation espère  profiter pour se mettre dans les meilleurs dispositions avant les Playoffs.

On en avait ras-le-bourlosse à l’époque, mais aujourd’hui qu’est-ce que cela fait plaisir de revoir les highlights du James Harden texan. Allez, trêve de nostalgie, quel calendrier attend Brooklyn ? Jusqu’à la fin du mois de février, les soirées s’annoncent gourmandes avec un menu fait de Cavaliers, Lakers, Nuggets (x2), Warriors, Suns, Jazz, Celtics (x2), Heat, Knicks et Bucks. Une route de la muerte sur laquelle James Harden pourrait s’égarer si ses lieutenants ne l’accompagnent pas avec toute la dévotion demandée. Eh oui, il n’est pas le seul à devoir hausser son niveau de jeu en l’absence de Kevin Durant et les Patty Mills, Kessler Edwards, Day’Ron Sharpe, Cam Thomas et autre Bruce Brown auront la lourde tâche d’accompagner l’arrière dans sa réussite, plus que dans ses bêtises. Enjeu étroitement lié à ce que donnera James Harden sur les prochaines semaines, les Nets ont proposé à l’arrière une extension de 161 millions sur 3 ans cet automne. Une offre que le barbu a refusé. Bien qu’il veuille finir sa carrière à Brooklyn, il est surtout éligible à une extension de 227 millions de dollars sur 4 ans, ce qui ferait de lui le premier homme à toucher… 60 millions de dollars la saison. Il est peu probable que le front office des Nets soit d’accodac avec cet éventuel (et historique) montage financier, mais rien ne dit qu’un James Harden XXL ne peut pas faire changer d’avis les créanciers de la franchise. À bon entendeur.

Les Nets jouent gros, James Harden aussi, Kyrie Irving s’en fout un peu et Kevin Durant va souffler. Eh, les trois gus là, à quel moment pourra-t-on profiter d’eux sur le même parquet, au même moment et pour plus de trois jours ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top