Grizzlies

Ja Morant vient officiellement d’une autre planète : les highlights de la nuit sont inhumains, tema la hauteur du chasedown-block

Ja Morant 10 janvier 2022

Ja Morant ne vient pas d’Uranus, Ja Morant ne vient pas de Venus, Ja Morant vient de Jamorantus, la planète où tout est plus léger.

Source image : NBA League Pass

Plusieurs évènements ont rythmé cette nouvelle nuit de NBA. Le retour de Klay Thompson évidemment, la solitude de LeBron James, le carnage de Karl-Anthony Towns ou la belle forme des Mavs en font partie, mais ce qui nous revient sans cette ce matin en mémoire, c’est peut-être bien le(s) nouveau(x) voyage(s) dans l’espace de ce grand malade de Ja Morant. Un homme, définitivement, pas, comme, les, autres.

On ne parlera pas de ce Grizzlies – Lakers plus qu’il n’en faut, notamment parce qu’on l’a déjà fait juste ici. On se concentrera donc plutôt, si on y arrive, sur cet espèce d’énergumène, sur ce zouave, sur ce phénomène communément connu sous le nom de Ja Morant. Déjà propriétaire d’une bonne trentaine de places d’honneur dans les Top 10 matinaux offerts chaque jour par la NBA, le meneur des Grizzlies a encore passé un cap cette nuit en passant à deux doigts et à deux reprises de se fracasser la mâchoire contre la planche. Sur un chasedown block en provenance de Namek en milieu de premier quart-temps, mettant ses genoux à hauteur du visage d’Avery Bradley et la tête littéralement contre la planche, puis en début de troisième quart à la réception d’un alley-oop envoyé par son homie Desmond Bane, claquant le ballon dans le cercle comme on claque une calotte au mec de sa meuf, comme on claque un smash sur un terrain de volley, passant l-aussi à deux doigts de se prendre les dents dans le filet du fait de la hauteur martienne de son jump.

Incrédulité, bouche bée, bug de la matrice, PLS, tout le champ lexical y passe alors et quelques heures plus tard on cherche encore à comprendre.

Qui est-il ? D’où vient-il ? Vient-il de la planète Uranus ? De Venus ? De l’Hippopotamus ? Nope, Ja Morant vient d’une planète dont il est le seul originaire, la planète Jamorantus, une planète où tout semble léger comme une plumle, et ce qu’il a fait cette nuit dépasse une nouvelle fois l’entendement, peut-être encore plus que d’habitude, comme cette nuit magique lors de laquelle il avait failli mettre Kevin Love sur le plus gros poster de l’histoire de la NBA. Les images sont formelles Ja Morant a donc été flashé à 120km/h mais au dessus du pont de l’autoroute, plus rapide et plus haut que toutes les bagnoles du go fast le plus abouti du game.

Parfois les images valent mieux que les mots alors place à ce que vous verrez de plus fou aujourd’hui. On s’assoit, on respire un grand coup et on regarde une trentaine de fois les vidéos pour bien comprendre ce qu’il s’est passé cette nuit, et on vous jure que le gamin n’a pas de moteur planqué dans le short.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top