Grizzlies

Killian Tillie se montre face aux Rockets : 12 points à 3/5 du parking, petit à petit Tillie fait son nid

Killian Tillie

Bégé.

Source image : NBA League Pass

Elle est là, la belle surprise de ce samedi soir. Pour la réception des Rockets, Killian Tillie s’est mis sur son 31 et a posé sa plus grosse perf’ de la saison. De quoi confirmer son excellente forme du moment, qui ne va pas sans la confiance croissante que lui accorde Taylor Jenkins. On s’assoit, on achète un maillot de Zizou édition CDM 2006 et on débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Au beau milieu d’une nuit que l’on pensait dédiée à Stephen Curry et Zach Randolph, Killian Tillie est venu rappeler que l’on ne fait pas d’omelette sans œufs. Ça ne veut absolument rien dire dans ce contexte-ci, soit, mais ce samedi, le céfran a véritablement signé son acte de naissance en NBA : 12 points, 3 rebonds, 2 assists, 1 interception et 0 ballon perdu en 17 minutes de jeu, à 4/6 au tir dont 3/5 à 3-points. Sa mobilité ainsi que sa capacité à stretch lui ont octroyé le droit de jouer contre des Rockets accros aux transitions à fond les ballons. Il a particulièrement fait bonne figure en défense – avec un Christian Wood embêté sur les quelques séquences de bastonnade entre les deux hommes – mais s’est surtout illustré de par ses grosses bombinettes depuis les sept mètres. Pour un poste 5, sa vision du jeu – couplée à une bonne réactivité – fait désormais de lui l’un des atouts majeurs de Memphis en fond de banc. Exemple avec la vidéo ci-dessous, Alperen Sengun dépose sa tarte en bord de fenêtre mais Killian Tillie file avec et, au lieu de tenter un lay-up bien compliqué, trouve Tyus Jones ouvert à 3-points. Le FedEx Forum est en ébullition. Non pas pour un croc de Zach Randolph dans son hot dog, mais plutôt car un petit céfran est en train de réussir quelque chose de grand. Non-drafté puis repêché par l’écurie du Tennessee, Killian Tillie vient d’apporter la meilleur des réponses, en lettres majuscules.

En ce début décembre, le sophomore des Grizzlies a d’ores et déjà joué 20 minutes de plus que sur l’entièreté du mois de novembre. Il n’a pas topé son career high décroché en mai dernier face à Sac Town, mais sa dynamique actuelle est telle que cette perf’ est bien plus révélatrice et symbolique que les 16 points claqués en fin de saison dernière, au milieu d’un garbage time poisseux à souhait. L’objectif ? Killian va désormais devoir enchaîner et régulariser sa quinzaine de minutes jusqu’à mériter son spot attitré sur le banc. Pour garder les pieds sur terre, il est bon de se souvenir du cas Adam Mokoka, ancien céfran des Bulls qui a pris chaud un soir de 6 février 2020. Avoir montré l’étendu de son talent sur quelques minutes n’a finalement pas suffi à l’installer dans la rotation de Chicago, lui qui a signé à Nanterre il y a tout juste 3 semaines. C’est pourquoi le fils de Laulau Tillie doit continuer d’engranger des minutes, de livrer un plateau de viennoiseries chaque matin à Taylor Jenkins et d’inventer des mythos sur ses coéquipiers pour les doubler dans la rotation : « Santi Aldama n’a pas dit bonjour aux cantinières coach ».

Petit à petit, Tillie fait son nid. Continuons de suivre de très près les matchs des Grizzlies qui restent sur 7 victoires en 8 matchs. La hype monte, les minutes de Killian Tillie aussi, l’histoire sent bon et un Grizzlie peut en cacher un autre qui peut lui même en cacher un autre qui lui aussi peut en cacher un autre et ce n’est qu’après que le Grizzlie cachera un coq.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top