Bucks

Giannis Antetokounmpo a répondu à ses haters sur internet : « Pour défendre sur moi, il faut construire un mur »

Giannis Antetokounmpo

Le melon le plus humble du monde.

source image : montage TrashTalk

En ce début de semaine, Giannis Antetokounmpo et GQ ont collaboré sous divers formats. Le Grec s’est d’abord confié à Zach Baron dans une chouette interview écrite, avant de retrouver, mardi dernier, un format plus chill et pensé pour YouTube. Assis devant un PC, il répond aux questions des internautes comme n’importe quel twittos, avec ses doigts et un clavier. On débrief.

À peine 15 secondes de vidéo et les grandes questions sont déjà de sortie : « Quel ancien joueur NBA est la meilleure comparaison pour Giannis Antetokounmpo ? ». Le Grec peine d’abord à répondre, puis dissèque son profil en quatre silhouettes plutôt bégettes : un peu de Shaq pour la domination dans la peinture, de Kevin Garnett pour la ténacité, de Magic Johnson pour les coast-to-coast et la vision de jeu en contre-attaque, puis de Kobe pour l’éthique de travail. On a vu pire estime de soi, mais c’est tellement honnête (et vrai). La seconde question n’est pas pour faire dégonfler le faux melon qu’a décidé d’exhiber Giannis : « Qu’est ce qui fait qu’Antetokounmpo est spécial ? ». Ah tout de suite, on a bien moins de mal à répondre ! Le Greek Freak lâche des grands « l’humilité », « la gratitude » ou encore « la compétition ». Petite sourire narquois aux lèvres, il est toujours aussi compliqué de savoir s’il se louange au premier degré. Vint alors la troisième question : « Comment défendre sur Giannis Antetokounmpo ? ». Cela aurait pris bien moins de temps s’il s’agissait de Thanasis ou Kostas, mais Yann Hisse la grande voile et s’en va voguer sur les eaux du risque. « Il faut construire un mur », lâche-t-il dans le plus grand des calmes. Grâce à la quatrième question, ou plutôt la quatrième réponse, l’on comprend enfin que même s’il pense ce qu’il dit, Giannis est venu se marrer et jouer les grands arrogants : « Pourquoi Antetokounmpo ne défend-t-il pas davantage sur le meilleur scoreur adverse ? ». Ce à quoi le Grec répond qu’il est le meilleur défenseur dans les aides, de toute la Ligue.

La suite de l’interview prend, niveau originalité, un peu de plomb dans l’aile. Le Grec répond plus tranquillement et dose son petit jeu en détaillant très sérieusement certaines de ses réponses. « Qu’est-ce que cela fait de passer d’un gamin inconnu à un double MVP, champion NBA ? ». Excellente question tiens-donc, la réponse est classique mais sincère, c’est apparemment un « sentiment incroyable ». Il ajoute cependant continuer de bosser car cela ne lui suffit pas encore, et qu’il savourera ces moments une fois à la retraite. Sous l’un de ses post Instagram, le compte @officialnbabuzz lâche ses meilleures majuscules pour lui demander s’il peut faire le « Crate Challenge ». Pour ceux qui ne connaissent pas, petite séance de rattrapage juste ICI. Ce à quoi le Grec-Frites rétorque qu’il se pèterait un max d’os s’il le tentait, ce qui ne plairait pas forcément à ses boss. T’as beau être l’un des meilleurs joueurs de la planète, cela reste interdit de taper un 100m sur des cagettes de légumes. L’interview suit ensuite son cours, sans réelle vague. Il ne semble pas vouloir donner son avis sur sa position dans un classement all-time, et laisse même les internautes décider pour lui. Bis repetita pour son block sur Deandre Ayton qu’il refuse de qualifier comme « le plus grand contre de l’histoire des Playoffs ». Dans un monde où un lay-up d’Andre Iguodala existe, c’est plutôt logique.

C’est toujours sympa de passer un moment à écouter le MVP et champion en titre se la raconter devant la cam. Il est marrant et plutôt lucide sur son parcours, en espérant que cela reste ainsi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top