Lakers

Les Lakers nous ont encore offert une masterclass : mener à la mi-temps et prendre un 53-15 en sortant des vestiaires, ça c’est fait

Anthony Edwards 13 novembre 2021

Après ça aurait pu être pire hein, les Lakers auraient pu sortir cette immonde chiasse devant leur public. Ah bon ? Ah, ok.

Source image : NBA League Pass

Il y a un peu de bon pour les Lakers en ce début de saison. Des leaders qui montrent parfois la voie, un Carmelo Anthony revigoré en mode Team USA, ou encore quelques Malik Monk ou Austin Reaves qui donnent satisfaction. Mais ce que l’on note surtout depuis un mois ce sont ces soirées… étranges, lors desquelles le démon de la lose semble s’emparer de la franchise de Los Angeles. Et cette nuit, les bougs ont encore tapé dans le mille.

Les stats maison de cette nouvelle comédie dramatique des Lakers c’est juste ici

Quand Sekou Doumbouya joue les dix dernières minutes d’un match, c’est rarement bon signe pour le suspense. C’était arrivé il y a une semaine à Portland et c’est donc de nouveau arrivé cette nuit face aux Wolves, face à une équipe pas franchement annoncée comme une finaliste à l’Ouest cette saison. Le pitch du match ? Il est très simple, avec une première mi-temps tout en gestion des hommes de Frank Vogel, en gestion mais sans vraiment de flamme allumée, avec un Karl-Anthony Towns qui gambade dans la défense angelino mais un Anthony Davis qui lui rend la pareille alors tout va bien. 49-44 Lakers à la mi-temps, espèce de derby Maine-et-Loire vs Loire-Atlantique, et on se dit alors qu’au talent les Avengers finiront encore par s’en sortir, contre des Wolves dans la réaction et ne pouvant compter cette nuit sur un Anthony Edwards bien discret.

Merci de laisser un message nous vous rappellerons dès que nous aurons fini notre sieste

Et c’est même pas une sieste là que les Lakers nous ont tapé au troisième quart, c’est carrément un AVC collectif. 49-44 à la pause pipi donc, et 64-99 une demi-heure plus tard, si on ronfle c’est sûrement qu’on dort profondément. Carmelo Anthony qui envoie saucisse sur saucisse, Russell Westbrook et Anthony Davis qui font plutôt bien leurs 65 ans, et en face quand on trouve un billet par terre bah on le ramasse, avec un écart qui grossit donc en conséquence sous les yeux ébahis d’un public qui n’en finit plus d’être étonné cette saison. Abandon des troupes, dépôt des armes pour aller s’en jeter un au bistrot du coin, mais aussi prime au vainqueur avec un duo KAT / D-Lo en feu en attaque et tout heureux de prendre ce soir l’une de leurs 28 victoires de la saison à venir.

Nouvelle soirée à oublier pour les Lakers, ou peut-être pas d’ailleurs car Frank Vogel ferait bien de mettre un peu de vidéo au programme de la séance de cet après-midi. On en connait un qui doit bien ronger son frein sur le banc, on en connait un à qui tout ce cirque ne doit pas vraiment plaire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top