Rockets

Tiens, un autre épisode de la saga John Wall : le titre du nouvel opus ? Saison blanche à Houston

John Wall 11 novembre 2021

En attendant l’expiration de son contrat et avec l’oseille qu’il est payé pour ne rien faire, John Wall peut carrément planifier un tour du monde.

Source : YouTube

Avec John Wall, lorsqu’il ne s’agit pas de blessure c’est la valeur de son contrat qui refait surface. Et le parquet alors ? Il n’est peut-être plus le All-Star d’avant et ne le sera probablement plus, mais il reste plus que capable de jouer au basket-ball comme le prouve sa moyenne en 40 matchs avec les Rockets. L’ancien de Washington peut indubitablement se rendre utile dans un roster NBA et dans un rôle moindre… mais ça ne sera certainement pas cette saison.

Une potentielle issue est parue hier dans le dossier John Wall, mais elle n’est tout de même pas de nature à satisfaire ses inconditionnels qui pourraient malheureusement faire une croix… sur un retour cette saison. Adrian Wojnarowski expliquait ainsi hier soir lors de l’émission d’avant-match d’ESPN que John Wall pourrait faire une année blanche cette saison :

« Il n’est pas prévu que John Wall joue pour les Rockets, et il est de plus en plus probable que John Wall ne jouera nulle part en NBA cette saison, car son contrat actuel est tout simplement trop élevé. »

La vraie question est peut-être tout simplement de savoir s’il est nécessaire d’employer le conditionnel quand le Woj lâche une de ses bombes. Dans la majorité des cas la réponse est négative, et celui de Jean Mur ne devrait pas couper à la règle. Le fait qu’il veuille quitter la franchise texane n’est pas un scoop étant donné qu’il n’a été que la victime collatérale du trade pour Russell Westbrook par les Wizards, mais le point positif c’est que le meneur de 31 ans et les Rockets veulent tous les deux la même chose : un échange qui l’enverra contribuer ailleurs tout en rapportant à Houston quelques additions de choix à un effectif limité voire des picks de Draft. Les deux côtés semblent se satisfaire de la situation, d’ailleurs John Wall sert de temps à autre d’entraîneur pour les jeunes joueurs de l’équipe, mais sans avoir l’intention d’avoir des minutes de jeu et plus pour se maintenir en forme en attendant qu’une autre franchise toque à sa porte. Mais cela ne dépend pas que de ces deux parties et c’est à ce moment que ça se complique. En effet, les Rockets lui devront près de 91,7 millions de dollars au cours des deux prochaines saisons, ce qui se résume à un salaire de 44 millions cette année plus – et l’ancien first pick ne semble pas enclin à faire une croix sur sa player option – 47 millions pour la saison prochaine, de quoi faire fuir tout prétendant sensé. Rien ne laissait pourtant présager de telles complications pour le quintuple All-Star, du moins jusqu’à ce que sa carrière soit interrompue par des blessures entre douleurs chroniques au genou et ruptures du tendon d’Achille, et il est depuis devenu impensable pour une équipe d’investir autant avec un carnet médical pareil. La seule option qui arrangerait les Fusées texanes serait finalement un… buy-out, mais sans surprise John Wall a les deux index dans les conduits auditifs quand ce mot est mentionné et on le comprend volontiers. 

John Wall n’a pas plusieurs choix qui s’offrent à lui avec cette année blanche qui se profile, et il devra faire des concessions financières s’il veut jouer pour une autre équipe la saison prochaine. En attendant les prochains événements, il peut à sa convenance être sur le bord du terrain tous les soirs ou rester tranquillement à la maison, quoiqu’il en soit son compte bancaire sera bien alimenté. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top