Celtics

Jaylen Brown et Jayson Tatum à la rescousse : 71 points et 1 énorme poster pour le duo, Boston fait chuter Charlotte à domicile

celtics jaylen brown

Désolé Miles Bridges, mais le poster cette fois t’es de l’autre côté.

Source image : nba league pass

C’était une des affiches de cette soirée NBA sur le papier, et on a clairement pas été déçus par le produit final. Dans la continuité de leur début de saison très excitants, les Hornets ont encore offert un grand match à toute la planète basket, match que LaMelo Ball et ses potes auraient dû remporter. C’était sans compter sur Jayson Tatum et Jaylen Brown, les deux patrons des Celtics, qui ont renversé la vapeur et offert une belle victoire à leur maison verte (140-129 après prolongation).

Et si Charlotte était définitivement l’équipe la plus cool à suivre de toute la NBA ? On avait déjà ce sentiment de hype depuis quelques mois avec l’arrivée du frère de Lonzo chez les pros, on a eu la confirmation sur cette première semaine de compétition. Un énorme match d’opening contre Indiana, Miles Bridges qui fait des dingueries au point d’être nommé Joueur de la semaine dans la Conférence Est, un peu de bonheur de la part de Gordon Hayward, saupoudrez le tout avec Eric Collins aux commentaires, un public en feu et vous avez la darling parfaite pour séduire les simples observateurs de la Grande Ligue. Cependant, faire le show et faire sourire c’est bien, mais faire gagner des matchs c’est là que ça devient sérieux. Et justement, en plus de cette haute jauge de fun, les hommes de James Borrego démarraient de manière convaincante leur nouvelle campagne, 3 victoires en 3 rencontres. Quoi de mieux, par conséquent, que d’accueillir une grosse cylindrée à la maison ? En voilà un de test passionnant, avec des fans qui se frottent les mains et une opposition qui va faire des étincelles. Boston, mi-figue mi-pastèque sur ce début de saison, en déplacement à Charlotte pour tenter d’obtenir une victoire signature. Que demande le peuple ?

Et bien un pur match de basket, et c’est ce qu’on a eu. Sur un rythme assez rapide et dans lequel les deux équipes ont vite pris leurs aises, ce sont les Hornets qui ont frappé en premier. Mieux, les coéquipiers de Kelly Oubre ont donné le sentiment de mériter la victoire, proposant un basket plus collectif, plus organisé et plus chouette que les Celtics. Si l’écart n’est jamais très large entre ces deux équipes, on sent que sur un run de fin de match tout pourrait basculer en faveur des Hornets, de quoi cimenter encore plus leur excellent début de saison. Cependant, quand tout pointait vers une défaite des Celtics, la bande à Ime Udoka avait deux armes dont Charlotte ne peut que rêver d’avoir : Jayson Tatum et Jaylen Brown. Le premier, incisif tout au long de la rencontre, laissant de côté ses éternelles isolations pour planter des immenses shoots ou envoyer Robert Williams dans les airs. Et plus que 6 points de retard, 5 points, 4 points, 3 points,… Des lancers provoqués, des bons caviars dans les corners, s’il a eu une frayeur au mollet pendant la rencontre, Tatum a surtout fait des frayeurs à ses défenseurs qui n’ont pas pu faire grand chose contre lui. Trop dans son bag, trop dans son rythme, et trop capable de comprendre la puissance du moment pour laisser sa place s’il le faut. Ce qui va notamment permettre à Jaylen Brown d’y aller de sa petite contribution, notamment en prolongation. Mais avant cela, parlons de cet effondrement des Hornets, qui n’ont pas démérité mais qui peuvent nourrir quelques regrets. Avec un lead réel dans les 5 dernières minutes du match, les coéquipiers de Ish Smith vont perdre leurs moyens et commettre des erreurs de débutants, comme des ballons perdus à la con, des pénétrations moins agressives et des hésitations fréquentes sur demi-terrain. Kudos envers la défense des Celtics, mais quand même. Beaucoup de choses partent de cette chute soudaine des Hornets, qui auraient 1000 fois pu finir ce match, comme ils vont devoir l’apprendre pour leur avenir.

Une fois les mouchoirs distribués, Jaylen Brown a donc rejoint son poto Tatum pour une grosse session showtime, avec du trois-points clutch dans le corner, de la défense de plomb et un poster monumental sur la tête de Miles Bridges. Imaginez un peu, l’amis Bridges si souvent habitué à distribuer du poster, qui se retrouve en prolongation à monter au contre mais termine sur un des face de ce début de saison. Le momentum ? Complètement basculé, et Charlotte ne reviendra pas. Malgré l’énorme match de LaMelo (25 points, 5 rebonds et 9 passes), malgré les autres copains comme Ish, McDaniels ou Oubre qui ont clairement fait le taf, c’est comme si les Hornets devaient enfin déposer les armes et s’incliner, pour la première fois de ce riche début de saison. Pas de quoi avoir honte, loin de là : il aura fallu que Boston compte sur un effort herculéen de ses deux jeunes stars pour s’en sortir, ce qui prouve que Charlotte a de quoi nourrir de belles perspectives pour les semaines et mois à venir. Cependant, il y a des moments où les stars prennent le dessus, et ce fût le cas cette nuit quand la rencontre allait dans la direction des Hornets. Tatata, par ici. 41 points pour Tatum (avec 7 rebonds et 8 passes), 30 points pour Brown (avec 9 rebonds et 3 passes), c’était du Jay Brothers de haut-niveau cette nuit à Charlotte. On peut évidemment souligner la bonne entrée en début de match de Jabari Parker, les aspirations aux rebonds de Robert Williams, quelques gros buckets de Dennis Schröder et les hustle plays de Marcus Smart, sans regarder son jeu offensif parce que c’est peu dire s’il a redécoré les planches des Hornets cette nuit. Mais ce qu’on va surtout retenir, c’est premièrement ce niveau de compétitivité des Hornets et leur incroyable public, qui nous donne envie d’être là tous les soirs. Deuxièmement, l’abnégation des stars de Boston qui ont refusé de perdre ce match alors que c’était vraiment mal barré au beau milieu de le nuit. Et troisièmement, ce poster fabuleux sinon Jaylen Brown, et qui a envoyé le Joueur de la semaine dans la Conférence Est vers un autre pays où la capitale ne s’appelle pas Respect.

Peu rassurants sur ce début de saison, les Celtics n’ont pas séduit par leur basket aujourd’hui mais plutôt par leur résilience. Alors que la défaite pointait son nez, les Jay Brothers ont dit non et c’est donc une première petite victoire référence à ajouter dans la colonne des W. En attendant confirmation dans les jours à venir, et un redressement des Hornets également, on ne peut que féliciter ces deux équipes pour avoir proposé un des plus chouettes matchs de ce début de saison.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top