News NBA

Pour Andre Iguodala, Kyrie Irving mériterait d’être… Top 20 all-time : niveau talent ça cause, niveau carrière on est en plein blasphème

Sacré Iggy !

Source image : YouTube

Maintenant qu’on connaît la liste complète du Top 75 all-time de la NBA, on va pouvoir discuter encore et encore sur ceux qui méritent, ceux qui ont été oubliés, et ceux qui ont volé leur place. Les réactions ont évidemment été nombreuses sur les réseaux sociaux et l’une d’entre elles a marqué nos esprits. Celle d’Andre Iguodala, qui plaide en faveur de Kyrie Irving, absent de la liste finale. 

« Alors vous dites tous que Kyrie Irving n’est pas Top 75 ? Je suis d’accord… il est Top 20 minimum… ». On ne sait pas si Andre Iguodala était à la fin d’une soirée arrosée mais c’est exactement ce qu’il a tweeté quand la prestigieuse liste a été révélée. Kyrie Irving Top 20 all-time ? Really ? Visiblement, Iggy garde un sacré souvenir de ses affrontements avec Uncle Drew en Finales NBA au milieu des années 2010. Il était aux premières loges pour voir le talent de Kyrie quand ce dernier a parfaitement secondé LeBron James en 2016, pour permettre aux Cavaliers de réaliser l’un des plus grands exploits all-time face aux Warriors version 73 victoires. Si le King a logiquement terminé MVP de cette série, Irving avait également sorti le grand jeu avec des moyennes de 27 points (47% au tir dont 40% de loin), 4 rebonds, 4 passes et 2 interceptions, une perf’ exceptionnelle dans le Game 5 avec 41 pions, et bien évidemment ce shoot ultime sur la tête de Stephen Curry dans les dernières secondes du Game 7. L’année suivante, les Warriors version Kevin Durant prendront leur revanche sur Cleveland malgré les nouveaux exploits de LeBron et Kyrie, ce dernier sortant encore une fois une pure série (plus de 29 points, 4 rebonds et 4 passes). C’est sans doute de là qu’Andre Iguodala tient son respect pour Irving et son immense talent. On ne dit pas que ça lui donne l’autorisation de balancer un blasphème, mais son tweet a le mérite de montrer la différence qui peut exister dans la perception d’un joueur par ses pairs et la perception de ce même joueur par les Hexperts (journalistes, spécialistes, fans).

Le regard que peuvent avoir les joueurs

Quand Andre Iguodala indique que Kyrie Irving est Top 20 all-time à ses yeux, il ne se base probablement pas sur le palmarès du bonhomme, ses statistiques individuelles, ou sa place dans les différents classements concernant le nombre de points, de passes décisives ect. Parce que pour l’ensemble de ces critères qui représentent des axes de comparaison relativement tangibles, Kyrie Irving ne peut tout simplement pas rivaliser avec les plus grands de son sport. Il y a facilement 20 joueurs qui possèdent un meilleur palmarès et de meilleures stats en carrière qu’Irving. Non, quand Iggy balance ça, il voit tout simplement le joueur Kyrie Irving. Celui qu’il a affronté sur la grande scène des Finales NBA, celui qui a mis un game winner lors d’un Game 7, celui qui est capable de marquer dans toutes les positions et de briser les chevilles de n’importe quel adversaire. On peut dire énormément de choses sur Kyrie, mais il est clairement l’un des joueurs les plus skilled all-time. Aujourd’hui, peu de mecs sur cette plate Terre peuvent faire autant de choses avec un ballon de basket que Kyrie. Et dans l’histoire, on ne connaît pas beaucoup de guards qui possédaient un répertoire offensif aussi développé que celui d’Irving. Finitions près du cercle, main droite ou main gauche, énormes qualités de dribble et de un-contre-un, handle de folie, shoot extérieur très solide… la totale quoi. Alors évidemment, on peut dire que le basket est un sport qui se joue des deux côtés du terrain – Kyrie n’ayant jamais été réputé pour sa défense – mais son talent est généralement hyper respecté à travers la NBA.

Dans notre récente interview avec Tobias Harris, le joueur des Sixers avait bien expliqué le décalage qui pouvait exister entre la manière dont le public extérieur pouvait percevoir un joueur et la manière dont ce même joueur pouvait être perçu par ses pairs. Certains basketteurs peuvent être sous-estimés parce qu’on ne parle jamais d’eux sur Twitter mais ils ont le respect de leurs adversaires (et inversement), car ces derniers savent à quel point ça peut être galère de jouer contre eux. Kyrie Irving fait partie des exemples, mais on pourrait en sortir d’autres. Comme celui de Carmelo Anthony. Habituellement, dans les discussions sur les meilleurs joueurs all-time, le nom de Melo n’apparaît pas, lui qui ne possède pas une carrière aussi accomplie que les plus grands de son sport, notamment au niveau du palmarès. Mais si vous interrogez un mec qui a joué ou affronté Melo, y’a de bonnes chances pour qu’il le classe à un rang bien plus élevé, car Anthony est tout simplement l’un des joueurs les plus forts techniquement à avoir foulé un parquet NBA. Preuve de sa cote parmi ses pairs, ils ont été nombreux à être scandalisés par son absence de la Ligue entre novembre 2018 et novembre 2019, période où il a été boudé par toutes les franchises de la Ligue.

Le regard extérieur

Si les propos d’Andre Iguodala ont pu choquer sur Twitter, c’est parce que la majorité des Hexperts et autres fans qui passent leur temps sur le petit oiseau bleu possèdent d’autres critères quand il s’agit de classer et juger les joueurs. Bien évidemment que le talent pur compte, mais l’œil extérieur a souvent besoin d’éléments tangibles pour pouvoir se faire un avis puis comparer. Et quand on dit éléments tangibles, on pense évidemment au palmarès, autant individuel que collectif. Les sélections All-Star, les nominations All-NBA, les titres de MVP, les bagues… tout ça, ça pèse un max. Et puis bien évidemment, les statistiques et les records comptent aussi beaucoup, sans doute encore plus dans l’ère des analytics que nous vivons aujourd’hui. Pour reprendre spécifiquement le cas de Kyrie Irving, d’autres éléments jouent contre lui, des éléments qui expliquent également pourquoi la grande majorité ne l’intègre pas dans son top 75 all-time. S’il a remporté un titre aux côtés de LeBron James à Cleveland, il n’a pas retrouvé les Finales NBA depuis son transfert des Cavaliers, lui qui voulait jouer au franchise player à Boston. Une situation qui s’est mal terminée avec les Celtics, où ses qualités de leader ont souvent été remises en question. Désormais à Brooklyn, Irving fait plus parler de lui pour son statut vaccinal que pour ses qualités de basketteur, une controverse de plus pour un personnage qui a tendance à les accumuler. La réputation, qu’elle soit justifiée ou non, ça joue. Pas mal blessé lors de sa première saison chez les Nets, blessé en Playoffs l’an passé et désormais absent du groupe de Steve Nash car écarté par la franchise de Brooklyn, Uncle Drew ne peut même plus défendre son dossier avec son argument le plus solide, sa production sur les parquets. Et au final, tout ça, ça peut prendre le dessus sur le jeu en lui-même, sur le talent du bonhomme et sur ce qu’il est vraiment capable de faire sur un terrain.

Sans vouloir généraliser en mettant la vision des joueurs d’un côté et la vision des acteurs extérieurs de l’autre, on peut distinguer deux écoles dans la manière de juger un joueur. Celle où on juge avant tout le talent et les capacités intrinsèques du basketteur sur le terrain, et celle où on juge à la fois le talent mais aussi et surtout tout le reste : le palmarès, la carrière dans son ensemble, les statistiques ect. Clairement, l’exemple de Kyrie Irving est un cas d’école. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top