News NBA

La NBA a invité les stars actuelles à recréer les grands moments de l’histoire : l’idée est géniale, encore plus si tu t’appelles Rudy Gobert

LaMelo Ball

Osée celle-là.

Sont quand même pas trop mauvais en com, ces ricains. Dans le cadre du soixante-quinzième anniversaire de la NBA – et quelques mois après le soixante-seizième d’Udonis Haslem -, la NBA a décidé de photomonter certaines des plus grandes actions de l’histoire en remplaçant leur protagoniste de l’époque par un joueur actuel. L’idée est chouette, on regarde ça.

Parce que quelque part dans le monde et sans crainte du blasphème, un petit employé en communication s’est foutu devant un ordi pour placer le corps de Zach LaVine par-dessus celui de Michael Jordan. La transversale entre les différents époques est une superbe idée pour honorer l’histoire d’une Ligue qui continue de s’écrire et faire le lien entre différentes personnalités qui ont marqué, qui marquent et qui marqueront encore la NBA. Dans l’analyse que l’on se fait des photos ci-dessous – aussi brève soit-elle – tout laisse à penser que les choix de substitution ne sont pas laissés au hasard. Le fadeaway de Luka Doncic sur Chris Bosh n’attire pas réellement l’œil par exemple, tant la comparaison entre Dirk Nowitzki et le Slovène est évidente. Il suffit de se concentrer un peu pour tilter que l’on a remplacé un blondinet européen par un autre, et que peu importe les accomplissements que n’a pas encore topé Luka Magic, l’on retiendra que chacun fut le leader de la franchise texane à son époque respective. Inévitable dédicace, Jayson Tatum pose devant un fond blanc sous le maillot des Lakers lequel arbore un numéro 24 sur son devant. Celui qui est tombé amoureux du basket-ball grâce à Kobe Bryant – devenu son mentor quelques années plus tard – réinterprète l’une de ses actions les plus iconiques, en deux temps. Le 4 décembre 2009, le Black Mamba avait crucifié le Heat en posant un gros fadeaway au buzzer sur la tête de Dwyane Wade. Un morceau de saison régulière désormais propriété de l’histoire.

Votre grand-père ferait sûrement une crise de nerfs en voyant LaMelo Ball incarner Magic Johnson, mais force est d’admettre que les profils des deux meneurs ne sont pas totalement étrangers : des grandes tiges au sens de la création anormal pour les centimètres possédés, même si le plus jeune n’a pas encore 1/50 de la carrière de Buck. Par contre, qui a eu l’idée de foutre Kawhi Leonard sous le maillot des Sixers ? On va tranquillement revoir la définition du mot respect avec Marcel l’arceau, parce que lui se souvient encore du contentieux entre la franchise de Pennsylvanie et l’ancien des Raptors. Plus sérieusement, le choix d’envoyer Fun Guy placer « le lay-up le plus compliqué de tous les temps » à la place de Julius Erving est cohérent. L’envergure et le body control de Kawhi font qu’il pourrait tranquillement tenter ce genre de move bras tendu, tout en restant une demi-heure dans les airs. On apprécie également la comparaison Rudy Gobert – Bill Russell, même si leurs armoires à trophées restent encore bien distinctes. Pour ce qui est du Chris Paul façon Bob Cousy en sortie d’écran, c’est marrant de se dire que le montage ait été validé. Le All-Star des Suns semble juste malade et privé de bouffe depuis six mois. Enfin, on termine avec le boss du trashtalking et sa relève : l’incarnation de Reggie Miller par Trae Young ! Celle-là est très bien vue.

À quand ce genre d’opération de communication dans le championnat de France ? Non en vrai, difficile de faire réagir qui que ce soit en posant la figure d’Axel Julien sur le corps de Valéry Demory. Et puis, à chacun sa façon de proposer du contenu au public, celle de la NBA fonctionnant pour l’instant à merveille.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top