Videos NBA

NBA Lane, un bijou rempli de bonnes références : et vous, aviez-vous remarqué que Larry Bird habitait au 33 ?

Larry Bird 8 octobre 2021

Et aviez-vous remarqué qu’Oscar Robertson habitait au 181 et qu’il lisait un article sur Russell Westbrook ? Et savez-vous pourquoi ?

Source image : YouTube

Quand le court-métrage NBA Lane est sorti jeudi en soirée, on s’est évidemment précipité sur deux débats brûlants : 1) qui est présent et qui ne l’est pas et 2) checkons vite leur merveilleux jeu d’acteur. Puis une fois la folie retombée (quarante visionnages environ), on s’est également posé sur la question des références lâchées par la NBA, des dizaines de clin d’œil tout au long des 2,48 minutes de la vidéo. Ca va trop vite pour vous et vous avez la flemme d’appuyer sur pause ? On s’occupe de tout.

Peut-être qu’à l’occasion du centième anniversaire de la NBA le héros du spot se nommera Bronny James et qu’il fera la promotion de son sport via le nouveau nom de la Grande Ligue depuis 2041 : la LeBroNBA. Peut-être que ton fils, à toi, à toi ou à toi, aura pris place aux côtés des plus grandes stars de l’histoire, peut-être même que, cette fois-ci, Michael Jordan aura le droit à un clin d’œil. Mais pour l’heure la NBA a choisi ses héros, et elle a donc choisi de leur rendre hommage à travers des références qui leur collent à la peau. Envoyez la sauce :

  • Les nuages ont la forme du Logo NBA, parce que si c’était celle du logo de la Betclic Elite on aurait eu du mal à comprendre
  • L’adresse de Magic Johnson est au 32 NBA Lane, celle de Larry Bird est au 33 NBA Lane, et  ils vivent évidemment l’un en face de l’autre, une manière d’imager leurs duels dans les années 80 et la concurrence entre les Lakers et les Celtics.
  • Dwayne Wade habite au numéro 3 de NBA Lane. 
  • Oscar Robertson habite au numéro 181 de NBA Lane, un clin d’œil au nombre de triple-doubles qu’il a enregistrés. 
  • Il lit également un article sur Russell Westbrook qui a battu son record en la matière.
  • Kareem Abdul-Jabbar est assis dans sa « rocking chair », référence boisée à la nuit de son dernier match en NBA.
  • Manu Ginobili cuisine de l’Asado, un clin d’œil à ses racines argentines et à son séjour à San Antonio. 
  • Trae Young remplit un bain de glace, qui rappelle évidemment son surnom en NBA, Ice Trae. 
  • Bill Walton s’occupe de son jardin de roses, clin d’œil à son séjour à Portland (la salle se nommait encore le Rose Garden), et prononce sa phrase d’accroche emblématique de l’époque où il était commentateur. 
  • Pour illustrer l’impact mondial de la NBA sur 75 saisons, une grande fresque représente des superstars internationales (Dražen Petrović, Rudy Gobert, Yao Ming, Nikola Jokić, Hakeem Olajuwon, Luka Dončić, Joel Embiid et Steve Nash). Bizarrement pas de Bruno Caboclo ni de Jordan Nwora.
  • Robert Horry fait un signe de la paix et montre ensuite cinq autres doigts pour totaliser le nombre de bagues NBA qu’il possède. 
  • Zion Williamson tient une tasse de Big Face Coffee qu’il vient de commander avant de briser le panneau. 
  • Gary Payton arrête le Hoop Bus dans son élan grâce à sa volonté défensive. 
  • La signalisation des passages pour piétons sur NBA Lane comprend le signe de Dikembe Mutombo pour « don’t walk » et le logo de la NBA pour « walk ». 
  • Des membres du Hall of Fame NBA se réunissent pour une réception dans une salle de bal (Julius Erving, Ray Allen, Grant Hill, Dikembe Mutombo, Artis Gilmore, Richard Hamilton et Vlade Divac y figurent). 
  • Kevin Durant est au centre d’une salle décorée de tableaux représentant des joueurs emblématiques qui ont également remporté le titre de MVP (Wilt Chamberlain, Willis Reed, Moses Malone, Tim Duncan, Allen Iverson et Giannis Antetokounmpo). 
  • Devin Booker s’arrête devant une fresque de Kobe Bryant sur laquelle figure la citation « BE LEGENDARY », que Kobe a signée sur les chaussures de Devin. 
  • LaMelo Ball et Benny The Bull jouent en 2 contre 2 à NBA Jam (LaMelo joue avec les Hornets, Benny avec les Bulls). 
  • Lil Penny, de la célèbre publicité Nike, joue aux échecs contre le maître Jerry West, sous le regard de Larry O’Brien, enfin du trophée qui porte son nom.
  • Kawhi Leonard tient un skateboard, un clin d’œil à ses racines de Californie du Sud et à son retour à Los Angeles, ou peut-être à son amitié avec Tony Hawk.
  • Anthony Davis « crosse » son rival de Los Angeles/Staples Center, Chuck The Condor. 
  • Isiah Thomas conduit un Hot Rod old school, référence à ses années passées à Detroit avec les Pistons. 
  • Derrière Carmelo se trouve un mur de posters annonçant les matchs des finales NBA des 75 dernières saisons, donc aucun de ses matchs.

Voilà vous savez tout, et ça valait bien le coup de faire un focus sur toutes ces petites choses qui ne sont absolument pas dues au hasard. Et vous, honnêtement, vous aviez TOUT repéré du premier coup d’œil ?

1 Comment

1 Comment

  1. Ath

    13 octobre 2021 à 17 h 13 min at 17 h 13 min

    Le fait que Jerry West joue à un jeu appellé « échecs » fait-il référence à ses nombreuses finales perdues ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top