Blazers

Les salaires des Portland Trail Blazers pour la saison 2021-22 : 360 millions pour le trio Lillard / Powell / McCollum, tout va bien chez Neil Olshey

Salaires Portland Trail Blazers

48,78 millions de dollars pendant la saison 2024-2025 pour un Damian Lillard qui aura 34 ans, c’est ce qu’on appelle mettre la daronne à l’abri.

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

On est chez Neil Olshey, donc forcément ça ne va pas être beau à voir. Le GM a assuré que les récents problèmes de la franchise ne venaient pas de l’effectif qu’il avait bien constitué mais bien du coaching. Le meilleur pote de Melo (non) s’est donc tourné les pouces et a laissé une feuille des salaires des joueurs à la couleur rouge sang, et ce, pour bien des années.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

salaires blazers

Source : Spotrac

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 136,606,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 112,414,000$ cette année.
  • Avec 141,775,263$ engagés contractuellement sur cette saison 2021-22, les Portland Trail Blazers sont parmi les équipes les plus dépensières de la Ligue et consacrent la moitié de leur masse salariale au duo Lillard – McCollum. Une banque ultra fournie, pour un effectif talentueux mais aux résultats clairement décevants.

Si l’on regarde le tableau, les dépenses sont au final assez logiques. La hiérarchie des salaires correspond à la hiérarchie des talents et de l’importance dans l’effectif mais le proprio Jody Allen a de quoi lâcher des larmes à cause de la Luxury Tax et des faibles résultats de son équipe. Les 40 serviettes de Dame et les 30 noix de cajou de Cidjé sont logiques pour cette année, mais les quasi 50 poubelles pour Lillard en 2024-2025 (alors que le meneur aura 34 ans) auront de quoi renvoyer Bill Walton à l’hopital et Clyde Drexler à Houston. Il faudra surtout surveiller les tarots attribués – ou non – aux amis Jusuf, Robert et Anfernee (voir plus bas) à la fin de la saison tout comme les perfs de Chauncey Billups au coaching cette saison. Attention aux futures décisions du management et aux résultats de l’équipe car les rumeurs de transfert de notre rappeur-basketteur préféré pourraient bien refaire surface assez rapidement si les planètes ne s’alignent toujours pas.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 6

  • Damian Lillard
  • C.J. McCollum
  • Norman Powell
  • Greg Brown III
  • Larry Nance Jr.
  • Nassir Little

170 + 100 + 90 = 360. Non on ne parle pas d’un salto arrière mais bien de tous les sousous que vont toucher respectivement nos amis Damian, Cidjé et Norman grâce à leurs contrats à venir. Et on ne parle pas de cacahuètes ou de sacs plastiques mais bien de millions bien épais et bien gras. Les services du trio sont sécurisés pour l’avenir, tant mieux, mais probablement pour trop cher. Le petit marché de Portland avait-il d’autres choix pour garder de tels talents ? Probablement pas malheureusement. La rotation des guards est donc assurée pour les prochaines années, tout comme celle des forwards. Nassir Little devra continuer à progresser pour sa troisième année à Portland et le rookie Greg Brown tentera de surprendre son monde en apprenant du nouveau venu Larry Nance Jr., qui semble être le genre de joueur défensif et polyvalent dont les Blazers avaient bien besoin. Le poste de pivot est donc pour l’instant vacant pour l’exercice 2022-2023, à moins que…

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Jusuf Nurkic : … à moins que Jusuf Nurkic ne soit prolongé dans l’Oregon, mais cela est loin d’être sûr. Avec seulement 45 matchs joués sur les deux dernières saisons, le Bosnian Beast est en régression. Toujours bon protecteur d’arceau, bon passeur et bon finisseur sur les offrandes de Dame, l’ancien pote de Niko Jokic va devoir prouver que son corps et ses jambes peuvent tenir le coup et de nouveau performer comme on l’en sait capable s’il veut être prolongé à l’été 2022. Le pivot rentre dans son prime et va donc devoir légitimer sa douzaine de sacoches pour toucher un contrat similaire car son talent le mérite bien, mais pas sûr que ses os fragiles soient du même avis.
  • Robert Covington : et hop une autre grosse pièce de l’effectif Blazers qui sera agent libre à la fin de la saison. Covington est le genre de 3&D apprécié par tous les GMs de la Ligue, et la plupart d’entre eux seront prêts à mettre un gros tarot sur le vétéran. À déjà 30 ans, Bebert est en quête de la première bague de sa belle et longue carrière de joueur non-drafté et les Blazers sont loin d’être la franchise la mieux placée pour lui faire réaliser son souhait sur les prochaines années. Ne soyez donc pas surpris si Roco s’envole pour un contender comme les Lakers ou les Bucks dès l’ouverture de la prochaine Free Agency, préférant un salaire minimum et une belle bague ornée de diamants aux belles kichtas et la lose de Portland. Un transfert à la trade deadline comme P.J. Tucker cette année semble également être une option tout à fait envisageable, en tout cas, il semble peu probable que l’avenir de Robby s’écrive à Portland et c’est probablement mieux ainsi.
  • Anfernee Simons : quel tarot pour le slam dunk champion en titre ? Vous n’en avez aucune idée ? Et bien nous non plus. Le combo-guard complète pour l’instant la rotation arrière des Blazers mais il ne semble pas impossible que Neil Olshey traite le dossier comme celui de Gary Trent Jr. en le transférant pour éviter de trop se torturer l’esprit. Bah oui, on parle de Neil Olshey là, on va quand même pas lui demander de faire le travail d’un vrai GM quand même. Simons va en tout cas devoir capitaliser sur ses beaux progrès en termes d’efficacité et de propreté pour prouver qu’il mérite un beau chèque. Le dossier est clairement à suivre car le talent est bien présent et ça, les vingt-neuf autres franchises de la Ligue en sont bien conscientes.
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top