Cavaliers

Les Cavs ont tapé les Hawks dans le money time : la prophétie est annoncée, direction les Playoffs pour SexLand et Evan Mobley

evan mobley

Le trio Mobley-Garland-Sexton vient d’obtenir sa toute première win cette nuit. Une victoire grattée dans le money time, parfait pour apprendre.

Source image : YouTube

Cette nuit et pour le deuxième match du crack attendu Evan Mobley, les Cavaliers ont profité des nombreuses absences à Atlanta pour obtenir leur première win de cette nouvelle ère. Une victoire dans l’Ohio, même si c’est en pré-saison ça se fête, alors petit recap de la joute entre les Cavs et les Hawks. 

Les stats du match juste ici !

Quoi de mieux qu’une simple victoire en pré-saison pour commencer à se faire des films à base de « Evan Mobley est le joueur parfait pour les Cavs et il va les emmener en Playoffs dès sa saison rookie parce qu’il est trop fort ». Absolument rien et c’est bien pour ça que les conclusions hâtives de Jean-Marc Bouledecristal et Micheline Mamievoyante en sortie de match sont à envoyer aux oubliettes. Enfin bref, la confrontation a démarré avec un Collin Sexton en mode énervé sous les yeux avertis de nos amis Trae Young, Bogdan Bogdanovic et Clint Capela, en costard et scandant à gorge ouverte le nom du revenant tant attendu De’Andre Hunter. En l’absence de son passeur quasi chauve préféré, John Collins a fait un bon début de match en se créant lui-même ses buckets, tout comme Cam Reddish, toujours aussi talentueux qu’intrigant et qui a profité de la rencontre pour se brouiller gentiment avec Jarrett Allen. Isaac Okoro a quant à lui réalisé le pire début de match de sa jeune carrière en commettant sa quatrième faute alors qu’il restait plus de 10 minutes à jouer dans le second quart-temps, et pendant qu’en face Gorgui Dieng se prenait pour Hakeem Olajuwon et que Jalen Johnson était en galère totale, la paire Rubio – Garland proposait de belles choses et semble parfaitement complémentaire alors que Kevin Love persiste… dans l’idée de devenir détestable.

La rencontre a surtout tourné en machine à highlights des deux côtés du terrain. John Collins a notamment claqué deux énormes tomars, le premier sur l’afro la tête du pauvre Jarrett Allen qui n’avait rien demandé et le second pour claquer une offrande d’alley-oop envoyée par un Sharife Cooper qui s’est pris pour Trae Young pendant toute la seconde mi-temps. Malheureusement, les highlights c’est bien joli mais ce n’est pas ce qui fait gagner les matchs. Malgré la bonne défense de notre Timothé Luwawu-Cabarrot dans les dernières minutes pour rattraper un match plus que moyen, les Cavs ont fini par s’imposer 99 à 96, un résultat et un jeu pleins de belles promesses pour ce jeune effectif rempli de talents certains. La rencontre s’est conclue par un gros contre d’un Evan Mobley bien en vue sur le match et par deux lancers-francs bien clutchs d’un Isaac Okoro retrouvé en seconde mi-temps.

On ne va pas commencer à dire que Cleveland tient là le meilleur effectif de son histoire, mais les séquences proposées restent intéressantes. Les Cavs comment à voir le bout du tunnel avec la grande ampoule Evan Mobley en guise de petite lumière, reste à charge au rookie désormais de prouver qu’il sera capable de faire aussi bien en saison régulière, en tout cas on lui souhaite heing.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top