Pistons

Les Pistons ont montré de belles choses face aux Spurs : la jeunesse de Detroit a faim… mais heureusement que les vieux sont là

Dwane Casey Detroit Pistons

Who needs Cade Cunningham quand t’as Kelly Olynyk pour jouer les patrons.

Source : YouTube

Affiche similaire mais niveau de jeu et ambitions bien loin des Finales 2005, ce Spurs vs Pistons n’a pas été des plus glorieux mais a proposé de belles choses pour l’avenir dans le Michigan. Beaucoup de choses à dire donc, mais on regrettera surtout l’absence du tandem Hayes / Cunningham dont on attend beaucoup cette année et qui a raté ici l’occasion de faire ses premiers pas ensemble.

Les stats du match juste ici

Lointaine est l’époque où ces deux franchises s’échangeaient des mandales en Finales NBA et proche est plutôt celle où elles se battront pour obtenir les meilleurs picks à la Lottery. Les Pistons et les Spurs font en effet clairement partie de ces équipes qui ont résilié leur abonnement aux Playoffs pour se consacrer à leur reconstruction. Cette pré-saison est donc l’occasion pour les deux franchises de donner du temps de jeu à leurs jeunots et pour nous l’occasion de nous régaler de leurs belles promesses. Lonnie Walker a ainsi dominé le début de match avec ses qualités athlétiques toujours aussi impressionnantes et il a été secondé par un Devin Vassell bien propre comme on le connaît. Comme un bon diesel, logique dans la ville de l’industrie automobile, le crack Keldon Johnson a quant à lui mis du temps à se mettre en route alors qu’en face les Pistons d’un Jerami Grant en pleine bourre claquaient un gros 7/10 collectif depuis le garage automobile, dominant ainsi facilement le premier acte. Sous les bons conseils du vieux Pop et avec un Thaddeus Young qui a déjà la flemme de jouer les baby-sitters, les Spurs sont alors revenus à seulement deux points avant le retour aux vestiaires malgré de beaux efforts d’un Saddiq Bey en mode confirmation de sa belle campagne rookie.

Ah oui et on a également appris que Killian Hayes avait profité du confinement pour se découvrir un talent personnel bien particulier : la coupe de ses propres cheveux. Vous n’en avez rien à faire de cette information ? Nous non plus, mais au moins ça vous fait quelque chose de plus à dire pour votre repas de famille dominical, ça ne fait jamais de mal. Enfin bref, les anciens Spurs boys Cory Joseph et Trey Lyles se sont également mêlés à la fête en proposant de belles séquences devant lesquelles le pauvre Jakob Poeltl n’a rien su faire malgré le joli réveil d’un Keldon Johnson qui nous a rappelé toutes les qualités qu’on lui connait. Hamidou Diallo et Josh Jackson ont aussi enclenché la seconde et démonté la défense de Saint-Antoine avec leurs physiques de freak, ce qui promet une belle association synonyme d’énigme pour pas mal de bancs adverses cette saison. La fin de rencontre a aussi vu quelques minutes pas mauvaises du jeune mécano Luka Garza qui aura de quoi apprendre la vie avec en guise de mentor monsieur Kelly Olynyk, qui a également plutôt bien réussi ses débuts dans le Michigan.

Il est toujours important de regarder ce genre d’équipes pendant la pré-saison car on ne les verra clairement pas pour les Playoffs et, comme pour la campagne présidentielle, il faut un temps de parole et de visionnage équitable pour tous. On se donne surtout rendez-vous pour les prochains matchs des Pistons en espérant que Kiki et Cade pointeront le bout de leur nez, car là est le véritable intérêt de suivre nos amis garagistes cette année.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top