Heat

Miami Sweet : Kyle Lowry séduit dès son premier match avec le Heat, Tyler Herro fait péter le scoring avec 26 points en 26 minutes

kyle lowry

Alors, il lui va bien ce maillot oui ou non ?

Source image : NBA League Pass

Qui dit première semaine de pré-saison dit premières images sur les terrains, donc les petits nouveaux qui ont signé dans de nouvelles équipes et vont pouvoir trottiner entre copains. Cette nuit, à Miami, les fans du Heat étaient au taquet pour voir leur nouveau jouet scintiller sous les ordres d’Erik Spoelstra. Oui, Kyle Lowry a démarré avec sa nouvelle franchise, et tout s’est déroulé comme dans un plan sans accroc.

Difficile de se faire un vrai avis fondé dans un setup aussi bancal que celui de la pré-saison, période de l’année lors de laquelle tout est déformé. Les temps de jeux sont déformés, les rotations sont déformées, les arbitres ne sont pas en rythme, les présences et absences sont aléatoires, c’est une énorme pagaille qui nous empêche de trancher avec un gros coutal de compétition. Ceci étant dit, ces réalités ne nous empêchent pas d’apprécier certaines tendances, et à Miami hier soir on en a vu plusieurs se dégager de ce premier match d’échauffement entre le Heat et les Hawks, venus d’Atlanta en visite. Pas de Jimmy Butler ? Pas de problème pour les hôtes, qui avaient largement de quoi s’occuper entre l’intégration de Tyler Herro dans le cinq majeur, et la mise en avant de leurs deux nouvelles perles : Kyle Lowry et PJ Tucker. Les deux postérieurs les plus généreux de la Côte Est ont enfilé leur superbe maillot blanc du Heat devant leur public, et le buzz fût automatiquement palpable dans l’American Airlines Arena, ou plutôt la FTX Arena pour celles et ceux qui s’accrochent aux nouveaux noms de leurs salles. Comme un courant d’électricité traversant le stade, les débuts de Tucker et Lowry avaient quelque chose d’assez spécial. Le début d’une grande saison ? Affaire à suivre.

Ce qui est sûr, avant de parler de Kyle le roi du passage en force, c’est que Tyler Herro a annoncé son début de saison avec un gros coup de pied dans la porte. Pointé du doigt pour sa légère deuxième saison après avoir été un phénomène rookie, l’arrière préféré de Jack Harlow avait promis qu’il se ramènerait encore plus concentré, plus musclé et plus affiné techniquement sur sa saison trois. On peut dire que le garçon a envie d’ajouter les actes aux paroles, lui qui a complètement pris feu en première mi-temps face aux Hawks, ne relevant pas une seule seconde le pied de la pédale d’accélération jusqu’à la fin de son match (26 points en 26 minutes à 9/12 au tir). Drive, shoot, catch and shoot, mi-distance, floater, la totale était distribuée ce lundi et voilà un signe qui, sous réserve de confirmation, devrait en rassurer certains du côté de Sud Plage. Cependant, ce n’est pas Tyler mais bien Kyle que tout le monde attendait, et le meneur a régalé à sa manière. C’est-à-dire ? Avec sérénité à la mène, intensité en défense, intelligence en lecture et fit parfait dans l’identité du Heat. Oui, c’était écrit avant même de le voir porter le maillot de Miami, mais Lowry va parfaitement s’intégrer dans l’ADN de la franchise floridienne et de ses bourreaux à la direction.

Alors il y a les highlights, forcément, qui attirent l’oeil. Quelques belles connexions avec Duncan Robinson, ou avec Bam Adebayo dans les airs. Il y a aussi les classiques, comme un bon gros flop pour provoquer un passage en force de John Collins, de la discussion avec l’arbitre en faisant mime d’avoir été écrasé par un bus, ou le fait de relever un coéquipier allongé au sol. Oui, Kyle Lowry apporte ce qu’il était censé apporter, et cela devrait être traduit de manière assez naturelle dans deux semaines, lorsque les rencontres deviendront officielles. Mais ce qu’on ne savait pas trop, c’est le rythme très rapide avec lequel le Heat pourrait jouer cette saison. Bien plus qu’une question de matchup ou d’excitation liée à la soirée, c’est comme si Miami envoyait un petit message à la concu dans son test du lundi soir. Oui, on va défendre très dur, et oui, vous allez tomber sur au moins un corps si vous voulez accéder à notre raquette. Mais est-ce que cela fera du Heat une équipe qui attaque lentement et sur demi-terrain ? Pas forcément. Une intention appréciable en amont de la saison à venir, celle de voir Miami galoper pour scorer des points aisément. Même sur panier encaissé, Lowry n’a pas hésité à envoyer des bombes aériennes pour Adebayo, comme s’il fallait dire que cette année le rythme allait être ultra-soutenu. Bien évidemment, on attendra le premier vrai match avec Jimmy Butler pour juger encore mieux cette équipe, mais les signes de jeu plus poussés en transition ont donné envie d’en voir plus. De voir si, en effet, Kyle sera à la base d’un jeu plus fast et rempli de décisions rapides que ce qui aurait pu être pensé, dans un jeu Spoelstra souvent très cérébral et lié à l’exécution collective demi-terrain. À surveiller, ça c’est sûr et certain, car pour tout le reste les fans du Heat devraient avoir du Lowry dans le texte.

Une victoire sans trembler contre Atlanta c’est une chose, mais de voir PJ Tucker et Kyle Lowry s’éclater et s’y trouver dans le système d’Erik Spoelstra, c’en est une autre. Et c’était limite ce qu’il y avait de plus important ce lundi soir. L’affaire démarre bien, à confirmer dans les jours à venir et face à de vrais adversaires dans 15 jours. Ouais, ce Heat donne hâte d’être regardé. Mais de loin, car bon courage à ceux qui voudront aller dans leur raquette cette année.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top