Cavaliers

Flashback 2020-2021 : le jour où Collin Sexton a ruiné la première fois du Big Three des Nets, chef d’œuvre d’un gosse malpoli

Imaginez annoncer à vos enfants dans une dizaine d’années que le premier match de James Harden, Kevin Durant et Kyrie Irving fut une défaite contre les Cavs sans LeBron et qu’il n’y a rien à dire car le meilleur joueur du match était Collin Sexton. D’abord, sachez que vos enfants n’en auront rien à carrer, eux qui préféreront sans doute le poney et le squash. Par contre, c’est bien réel, et ça s’est déroulé dans la nuit du 20 au 21 janvier 2021. Retour, sur ce moment pour le moins cocasse.

Pour revivre l’évènement à chaud, c’est par ici

Le 13 janvier 2021, la planète NBA explose lorsque James Harden est transféré aux Nets et rejoint Kevin Durant et Kyrie Irving. Rien que d’imaginer ces trois garçons jouer sous le même maillot, on a le caleçon qui frétille d’avance. Une semaine après l’arrivée du barbu, Uncle Drew revient enfin de ses vacances spirituelles improvisées et ça y est, le monstre à 3 têtes va enfin jouer ses premières minutes ensemble. La victime du soir sera l’équipe des Cavs, orpheline de LeBron depuis déjà deux ans ainsi que du binôme Darius Garland – Kevin Love, pour la soirée. Le mot boucherie est donc bien faible pour annoncer ce qu’il va se passer. Avant ce match, Collin Sexton était principalement connu pour deux choses : avoir presque gagné un match en 3 contre 5 à la Fac, mais surtout pour avoir pris un vent stratosphérique le soir de sa Draft par LeBron qui s’est cassé aux Lakers même pas 2 semaines plus tard. Le Young Bull avait certes bien démarré sa saison 2020-2021 en scorant à minima la vingtaine sur ses huit premiers matchs mais il avait raté les cinq suivants à cause d’un problème à la cheville gauche. Alors quand la news « Collin Sexton is returning and will play against Brooklyn tonight » tombe 30 minutes avant le début du match, on se dit que ça ne changera rien et que les Nets vont quand même atomiser les Cavs en guise de feu d’artifice pour célébrer leur première fois ensemble. Le reste, appartient à l’histoire.

Nous voilà sur le parquet et Collin attend le milieu du 1er quart pour scorer ses premiers points avec un 2+1. Le meneur est alors toujours gêné par sa cheville et complètement inconscient du carnage qu’il va commettre. Ensuite, le garçon galère pas mal mais claque un block à KD, histoire de montrer qui est le patron du soir. Il conclut sa mi-temps à 11 points par un joli lay-up juste avant la pause, histoire de faire passer son équipe devant à 51-49. Au retour des vestiaires, Mister Sexton continue d’être agressif et quand Cleveland est à +13 à huit minutes de la fin, on se dit que les Cavaliers touchent l’exploit du bout des doigts. Sauf que, l’armada des Nets allume le moteur et entame sa remontada : Kevin Durant marque 11 points, Harden en rajoute 7 et Kyrie se suffit de 5. Tout ça, dans les huit dernières minutes du quatrième quart-temps. Mais Taurean Prince maintient les Cavs en vie en scorant 8 points en à peine une minute et Sexton en pose 4 de plus, tout en harcelant Kyrie des deux côtés du terrain. Nous sommes à 113-113 avec une dizaine de secondes sur l’horloge. La balle est dans les mains du nouveau patron de la mène de l’Ohio qui fonce sur son aïeux, Kyrie Irving. Sauf que Collin fait preuve d’une bovinerie qui est parfois la sienne et avec ses mains moites, perd le ballon. La gonfle passe donc dans les papattes de Kyrie qui veut montrer à son adversaire direct qui est le shérif en ville. Le Young Bull sert les fesses, tombe et provoque la faute offensive. Ouf ! Le garçon s’est rattrapé et on part en prolongation. Et, ladies and gentlemen, c’est là que le véritable show commence.

Le combo guard commence son overtime par deux tirs ratés et se fait même contrer à 3-points par Kevin Durant. Aïe, ça pue. À 13 secondes de la fin, il récupère un air-ball de Cedi Osman et rentre un lay-up pour ramener son équipe à un petit point de Brooklyn. Une paire de lancers de KD et 8 secondes plus tard, les Cavs sont à -3 et n’ont qu’une poignée de secondes pour égaliser. Pas le choix, balle à Collin qui envoie un fadeaway en tête de raquette, un tir qui ne fait rien d’autre qu’un… énorme bruit de ficelle à une seconde du buzzer ! On n’est même pas sûrs que Sexton ait vu le ballon rentrer tellement Kyrie était à deux doigts de le contrer. Bref, Coco rentre dans sa zone et personne ne l’en sortira de tout le second overtime. C’est alors que le festival commence : une bombe à 3-points sur la tête de Joe Harris puis une autre sur Kyrie, pour ensuite mettre un fadeaway dirkesque sorti de nulle part. C’est simple, le jeune Taureau (ça a moins de gueule en français, quand même) rentre tout et on dirait même qu’Irving lui doit des sous tellement il en fait une affaire personnelle.

En face, les Nets fatiguent et à part le trio d’All-Stars qui surnage, personne ne score. Bref, en guise de chantilly sur le gâteau, Collin Sexton enchaîne deux 3-points à 45° côté droit, d’abord sur KD puis sur Jeff Green histoire de bien se farcir les Nets en entier. Vous vous souvenez du shoot de Kyrie au Game 7 contre Steph ? Eh bah, le Coco plante exactement le même sur Jeff Vert, histoire de tuer le match avec 12 points d’avance et de s’accorder une vingtaine de points d’affilée à lui tout seul, entre les deux prolongations. De quoi nous rappeler un certain LeBron en 2007 contre les Pistons. Mister Collin « Big Shot » Sexton termine le boulot en régalant son pote Taurean qui filoche un 3-points et fait exulter la Q Arena, à la limite de faire exploser l’Ohio. Enfin, Sexton finit à 42 points, son record en carrière, dont 20 plaques consécutives sur les deux prolongations, à 16 sur 29 au tir dont 5 sur 11 du parking. Vraiment un truc de grand malade, et une soirée hors du temps.

L’histoire retiendra aussi que ce match sera celui du premier de Jarrett Allen contre les Nets depuis son transfert, mais ça on s’en fout. Les Cavs réitéreront le même exploit deux jours plus tard en battant de nouveau les Nets de 12 points, mais Sexton ne marquera « que 25 points » cette fois-ci. Bref, le petit Collin a battu à lui seul KD, Kyrie et Harden, on s’en souviendra à vie (non).

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top