Magic

Les salaires du Orlando Magic pour la saison 2021-22 : Gary Harris se met toujours aussi bien et on lui conseille d’en profiter

Salaires Orlando Magic

Le Magic paye à mort des mecs qui ne joueront peut-être pas et beaucoup moins quelques cracks du roster. La définition même d’une équipe en reconstruction.

Source image : montage Trashtalk

Depuis le départ de Nikola Vucevic, Evan Fournier et Aaron Gordon, le Magic est plongé dans une évidente reconstruction. Conséquence, côté salaire on assiste à un gros dégraissage avec des finances assez saines. Si les quatre plus gros salaires sont des joueurs qui posent questions (Garry Harris, Terrence Ross notamment), le reste donne pas mal de contrats rookies, repoussant les questions d’argent dans quelques années au Magic.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

salaires magic 21-22 10/09/21

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 136,606,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 112,414,000$ cette année.
  • Avec 112,030,410$ engagés contractuellement sur cette saison 2021-22, le Magic gère parfaitement sa tune. Pas d’énorme contrat long-terme, beaucoup de contrats rookies, idéal pour la reconstruction.
  • Beau boulot de John Hammond et toute sa clique au regard de la grille salariale du Magic. Depuis la dernière trade deadline et le changement de cap de la franchise, il faut repartir sur des bases saines. Un seul joueur au-dessus des 20 millions de dollars annuels avec Gary Harris (récupéré dans le trade d’Aaron Gordon), bref pas de folies à Disney. Analyse intéressante, pour les quatre joueurs les mieux payés, deux n’ont pas forcément leur avenir à Toronto (Harris et Ross) et deux sont empreints à des blessures (Isaac et Fultz). Vigilance donc pour que l’infirmerie ne devienne pas le centre de dépense principal. Sinon, une grande majorité de l’effectif est encore sous contrat rookie et cela va permettre au Magic de bénéficier de bonnes productions à bon prix.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 5

  • Jonathan Isaac
  • Markelle Fultz
  • Terrence Ross
  • Jalen Suggs
  • Franz Wagner

Cole Anthony et Chuma Okeke, encore sous contrat rookie, sont en team option à la fin de saison.

Pas de gros  pour Cole et Chuma puisqu’ils devraient, sauf énormes surprises, continuer encore quelque temps au Magic avec chacun un rôle défini. Plus d’incertitude en revanche pour R.J. Hampton qui arrive lui aussi de Denver. En saison sophomore, il devra confirmer et trouver une place sur des tractions arrières déjà bien remplies à Orlando. Encore plus de doutes sur Mo Wagner, contrat non garanti l’an prochain, et, enfin, le gros dossier des prolongations viendra sans doute des cas Mo Bamba et Wendell Carter Jr. Les deux intérieurs choisis en 2018 arrivent en fin de contrat rookie et doivent encore prouver, surtout Bamba. Rien n’assure que le Magic utilisera ses deux Qualifying Offers pour transformer chaque joueur en agent libre restrictif et ainsi garder ses droits sur eux. Il y aura peut-être une bataille entre les deux pivots pour savoir qui mérite le plus. Affaire à suivre, qui pourrait se répéter l’année suivante lorsque les deux seront free-agent.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Gary Harris : envoyé au Magic dans le trade d’Aaron Gordon, pas sûr que Gary Harris ne soit arrivé en Floride avec une grande envie. Alors qu’il était une option (de moins en moins) importante dans une équipe ambitieuse, le voilà tombé dans une franchise en pleine reconstruction. Free agent en fin de saison, attention ainsi à la trade deadline puisque ce n’est pas certain qu’il porte encore le maillot du Magic d’ici la fin de saison. Une équipe plus ambitieuse pourrait venir chercher le garçon qui serait un vrai ajout sur les lignes arrièrest , et plutôt que de le perdre contre rien l’été prochain, le Magic pourrait en profiter pour l’échanger contre deux ou trois conneries. Bref, on tient sans doute là l’un des dossiers chauds de la prochaine trade deadline.
  • Markelle Fultz : alors qu’il avait signé juste avant la saison dernière une prolongation de contrat avec le Magic de 3 ans et 50 millions de dollars, le numéro 1 de la draft 2017 s’est fait les croisés après huit petits matchs. Nouvelle galère pour l’ancien de Philadelphie qui n’arrive décidément pas à lancer sa carrière. Auteur de belles promesses en troisième année à Orlando, ce contrat apparaissait comme raisonnable au regard de l’apport du garçon. Problème, s’il passe le plus clair de son temps aux soins, on pourra considérer le pari du Magic comme perdu. En espérant qu’il parvienne à revenir sur les paquets en forme et sans se blesser, afin de justifier et d’honorer au mieux la confiance que lui avait accordé Orlando. Mais attention, entre Cole Anthony et Jalen Suggs, il commence à avoir du monde et on pourrait très vite retrouver 16 millions dans la poche d’un porteur d’eau.
  • Mo Bamba / Wendell Carter Jr. : oui, on triche un peu, on prend deux joueurs pour finir, mais trop difficile de séparer. Draftés respectivement en sixième et septième position en 2018, les deux pivots seront cette année coéquipiers et… concurrents. Aujourd’hui ? Si Bamba avait été choisi plus haut par le Magic,  il a pour l’instant moins prouvé que Carter Jr. Certes, Mo était remplaçant de Vucevic durant des années, mais après le trade du Monténégrin, WCJ avait pris la place de titulaire et le Magic sera très vite amené à faire un choix entre les deux. En fin de contrat rookie dans deux ans, difficile de croire que les deux hommes toucheront une grosse prolongation. Duel en haute altitude de prévu.
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top