Mavericks

Jared Dudley discute avec les Mavericks pour un rôle… d’assistant coach : des conseils il en a plein, reste à savoir s’ils sont les bons

Jared Dudley

« Et paf ! Tu lui fait chanter l’avé Maria »

source image : montage TrashTalk via Johnny Cadillac

Les Jeux Olympiques sont terminés, la Free Agency stagne, la NBA ne reprend pas avant un mois et il pleut dehors, nous sommes dans le ventre mou estival. Même si cette période est à enfermer à double tour dans vos meubles les plus poussiéreux, quelques breaking viennent alimenter nos creuses journées. Quoi, Jared Dudley assistant-coach ?

Pour ceux qui commencent la lecture de ce papier avec un air hautain, laissant transparaître le doute quant à la légitimité du nouveau job convoité par Jared Dudley, vos parents ne vous ont-ils jamais appris à décocher une bonne mandale ? « Jamais le pouce dans le creux de la main, sinon tu te le fractures », soufflaient alors les darons les moins responsables de France, avant de coucher leurs enfants en pleine semaine. Bah oui, qu’est-ce qui vous sert le plus quand vous vous retrouvez dehors face à une brute épaisse : parler de l’histoire que maman contait la veille, ou mettre en pratique les immatures recommandations de papa ? Nous sommes d’accord, et les Mavericks aussi puisque selon Marc Stein – plume aiguisée et rudement bien informée du New York Times – Jared Dudley serait en discussions avancées avec Dallas pour devenir assistant-coach aux côtés de Jason Kidd. Dans leurs carrières, les deux hommes se sont d’abord croisés lors de l’exercice 2014-15 à Milwaukee – où Jared touchait le cuir et Jason le velleda – avant de se retrouver lors des dernières saisons chez les Lakers. La situation laisse à penser que l’ancienne gloire des Nets du New Jersey aurait apprécié le leadership de Dudley entre les murs du Staples Center, et qu’il gagne en sérénité à l’embarquer avec lui dans le Texas.

Jason Kidd, Jared Dudley et Amaury Delerue, un trinôme de chauves dont les crânes restent cependant moins brillants que l’avenir de Luka Doncic. Si cette info se concrétise, le Slovène va pouvoir profiter de précieux moments avec Jared Dudley pour étoffer sa palette offensive : coup de la corde à linge, mornifle à l’écossaise et balayette kurde, des moves jusqu’ici méconnus par le Prince de Ljubljana. Sans rire, on espère la sacoche tactique de Jared Dudley plus lourde que le simple poids de sa voix, auquel cas son rôle serait autrement légitime que celui d’un simple gueulard. Son apprentissage d’après-carrière peut donc commencer ici, à Dallas, loin de Los Angeles, là où ses paroles ont pourtant contribué à l’obtention du titre 2019-20, une logique que l’on peine à comprendre. Ne pas conserver Jared Dudley dans le coaching staff pour ne serait-ce que rendre hommage à son boulot de l’hombre, c’est étrange. M’enfin, la breaking ne va pas changer notre perception de la Ligue, ça ferait juste tout drôle de voir ce vieil ami en costard.

Emballé c’est pesé, Jared Dudley semble se diriger vers le Texas où son prof – devenu pote – l’attend avec un siège chauffant. Souhaitons lui bon vent et une future carrière de technicien plus qu’aboutie, au moins autant que celle balle en main : bagué et 14 ans dans les gambettes, c’était pas tout mal, quand même.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top