Celtics

Robert Williams prolonge aux Celtics pour 54 millions sur 4 ans : le cinq majeur lui est grand ouvert, il va falloir assumer

Robert Williams 21 août 2021

Plus possible de se cacher derrière Daniel Theis ou Tristan Thompson maintenant !

Source image : NBA League Pass

Les Celtics poursuivent un été jusque-là placé sous le signe de la discrétion avec la prolongation de Robert Williams pour 54 millions de dollars sur 4 ans. Désormais sous contrat jusqu’en 2026, le pivot va devoir gagner en régularité pour s’imposer comme le nouveau big man incontournable à Boston.

Propulsé titulaire après le trade de Daniel Theis à la deadline puis victime de nouveaux pépins physiques, le produit de Texas A&M peine à rester en bonne santé pour prendre une place prépondérante dans l’équipe. Avec 113 matchs ratés en trois ans, il n’a pas franchement montré beaucoup de solidité malgré des statistiques en constante progression. La saison dernière, il tournait à 8 points, 6,9 rebonds, 1,8 assist et autant de contres de moyenne en n’ayant débuté que 13 rencontres sur les 52 qu’il a disputées. A partir de la reprise, les Celtics attendent certainement un nouveau jump de sa part pour justifier la juteuse prolongation de contrat qu’il vient d’obtenir. En rallongeant son séjour dans le Massachussetts de 4 ans pour 54 millions de billets verts, Robert Williams intègre ainsi la moitié haute des pivots les mieux payés de la Ligue selon Adrian Wojnarowski d’ESPN.

Passé de head coach à chef du sportif en fin de saison dernière, Brad Stevens continue son apprentissage et accorde sa confiance à un joueur qu’il a vu se développer sous ses yeux. Après Luka Doncic, Trae Young ou encore SGA, c’est donc un nouveau membre de la Draft 2018 qui signe une prolongation de contrat dès cet été. En concurrence avec les vieillissants Enes Kanter et Al Horford au poste 5, Time Lord doit prendre ses responsabilités pour s’imposer comme le nouveau visage de la protection d’arceau à Boston. Une place dans le cinq majeur lui tend les bras, lui qui a donc résisté aux pressions de Daniel Theis, de Tacko Fall ou encore d’Aron Baynes et de Vincent Poirier ces dernières années comme un bon survivant de Koh-Lanta. En échangeant Tristan Thompson à Sacramento au début de la Free Agency, la préférence du front office pour le jeune intérieur de petite taille (2,03 m) était très claire. A lui d’assumer ce nouveau rôle pour franchir un cap dans sa carrière et devenir un pivot qui compte en NBA.

Après Marcus Smart, c’est au tour de Robert Williams de gratter sa prolongation de contrat. L’été des Celtics n’est peut-être pas fini mais la stratégie de Brad Stevens prend forme, petit à petit. Avec 10 joueurs sous contrat jusqu’en 2023 et quelques millions à peine sous la luxury tax, le nouveau manager voulait faire confiance à l’équipe en place et la laisser travailler sur la durée… à moins qu’une opportunité de trade se présente sur la route et ne permette à Boston de changer de dimension. Une surprise est vite arrivée, il ne faudrait pas oublier qu’il a appris le métier avec Danny Ainge.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top