Jeux Olympiques

Team USA et Kevin Durant mettent fin à la génération Gasol : victoire 95-81 en quarts de finale, les cainris montent en régime

Kevin Durant 3 août 2021

La Roja est quasi-invincible depuis vingt ans mais une partie de ce quasi se traduit parfois par Kevin Durant. Direction les demi pour Team USA, direction la retraite pour Pau Gasol.

Source image : FIBA - TrashTalk

C’était le choc de ces quarts de finale, un match qui avait des airs de finale, du moins quand on n’est pas un fan français. Tout d’abord fringante et profitant notamment de son avantage de taille, la Roja a finalement subi les foudres d’une attaque américaine retrouvée et d’un regain d’intensité adverse. Résultat des courses ? Victoire américaine grâce à un Kevin Durant en mode Kevin Durant, et clap de fin officiel sur la génération Gasol.

On ne va pas se mentir, on s’attendait peut-être à un match autrement plus légendaire, à une confrontation autrement plus équilibrée. Au final ? Un match en deux temps, d’abord maitrisé par des Espagnols mis sur orbite par un Ricky Rubio encore une fois incroyable (13 points au premier quart et 38 au final), un Willy Hernangomez transformé pour l’occasion en Wilt Chamberlain (9 points, 6 rebonds et 3 contres à la mi-temps) ou un Sergio Rodriguez qui pilonne du parking. Les Américains n’y sont pas, les Américains se font manger sur chaque un contre un, Devin Booker se transforme de nouveau en Kevin Booder et rapidement les Espagnols prennent la petite dizaine de points d’avance. Plan exécuté à merveille par les Scariolo Boys, et des cainris dans les cordes, qui nous offrent en première mi-temps le pire qu’ils peuvent nous offrir, à savoir une équipe incapable de s’adapter en défense et sans aucune solution en attaque. Fort heureusement pour Serge Popovich (crédits France TV) Team USA revient aux forceps avant la mi-temps (43 partout), chouette on va avoir un vrai match se dit-on alors, pendant que notre main gauche est occupée à faire un 17ème café, pendant que notre main droite gratte à l’aveugle un papier sur la signature de Torrey Craig aux Pacers.

La deuxième mi-temps ? Le chant du cygne pour l’Espagne.

Bizarrement Scariolo préfère répondre au small ball américain par du… small ball, malgré les belles dispositions montrées en première MT par Hernangomez et Usman Garuba, et en deuxième mi-temps si certains des snipers de Team USA vont retrouver un peu de peps en attaque, une composante va venir casser le rythme ibère et tout simplement tuer le match. Cette composante ? Cette composante c’est Monsieur Kevin Durant, le n°7 comme ils disent, qui va tout simplement montrer aux derniers sceptiques pourquoi il est très probablement le meilleur joueur de la planète. Des shoots complètements fous, avec des paires de bras dans le nez et dans les yeux, et dans son sillage Devin Booker ou Zach LaVine s’y mettent aussi, enfin. Ricky Rubio est inarrêtable mais malheureusement beaucoup trop seul, la machine Roja semble s’être enrayée comme elle s’est très rarement enrayée, et de la possibilité des Américains de faire le trou découlera l’écart définitif, un 95-81 qui signifie à la fois la qualification de Team USA pour les demis (face au vainqueur du match entre l’Australie et l’Argentine) et la fin de l’ère Gasol and co. pour l’Espagne. Un Pau Gasol entré très brièvement en première mi-temps mais absent des débats sur ce match, et ses potos et/ou frères de toujours Victor Claver, Sergio Rodriguez, Sergio Llull, Rudy Fernandez voire Ricky Rubio qui ont peut-être aujourd’hui dit adieu au plus haut niveau international, face à une Team USA qui chauffe doucement mais au meilleur des moments.

Le « choc » tant attendu n’a pas eu lieu et les Etats-Unis se rassurent, ils rassurent également Kurt Helin qui se rapproche de son premier pronostic réussi en carrière. Team USA ? To be continued. La Roja ? Vamos, vamos a la casa, a donde esta el parasol enfin bref, et bien contents au passage de ne pas avoir eu à croiser votre route cette fois-ci. Ce qui nous empêchera pas dans les prochains jours de rendre hommage à cette merveilleuse et victorieuse génération, même si ça nous file des boutons. Mais pas aujourd’hui hein, là on fatigue un peu.

stats Espagne 3 août 2021 stats Team USA 3 août 2021

3 Commentaires

3 Comments

  1. Momo

    3 août 2021 à 13 h 55 min at 13 h 55 min

    Les USA se qualifient pour les demies, par pour mes quarts ! 😉
    Et c’est qui Sergio Hernandez ???? C’est Rodriguez ? <3

    • Giovanni Marriette

      3 août 2021 à 14 h 14 min at 14 h 14 min

      La fatigue guette… Merci pour ton message, c’est rectifié !

      • Momo

        3 août 2021 à 15 h 25 min at 15 h 25 min

        Vous êtes les meilleurs <3

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top