Bucks

Khris Middleton a été incroyable cette nuit : 38/10/5/5 à 11/16 au tir dans un Game 6 décisif ? T’es grand Khris, t’es immense

Il fallait réagir vite côté Milwaukee, pour ne pas se laisser happer par cette grande faucheuse de Kevin Durant et, surtout, pour s’offrir le droit de retourner à Brooklyn samedi soir pour un incroyable Game 7. Pour cela Milwaukee avait besoin d’un grand Giannis Antetokounmpo, évidemment, mais aussi d’une performance solide de son principal lieutenant Khris Middleton. Solide ? Khris fut bien plus que cela, car Khris, cette nuit, fut tout bonnement phénoménal.

Quel délice quand Khris Middleton joue ainsi. Quel délice, et quel bonheur pour les Bucks, de pouvoir compter sur un homme que vous pouvez regarder tirer les yeux bandés sans vous soucier du résultat, et on ne parle pas ici de Jrue Holiday et de son 1/10 du parking cette nuit. Car après la performance quasi-légendaire de Kevin Durant avant-hier au Game 5, cette fois-ci c’est donc son double un peu raté qui a fait du sale. Front difforme mais polyvalence poussée à l’extrême, chicots de travers mais adresse incroyable, surtout pour un match de cette importance. Un départ discret, puis rapidement un message clair à ses adversaires : tu veux revenir au score, je te mets la tête sous la vase. Des séquences aussi parfaites que bienvenues, un footwork difficile à suivre, les malheureux Joe Harris, Landry Shamet ou James Harden dans la sauce, rien ni personne n’aura été en mesure de stopper le double All-Star des Bucks.

38 points à 11/16 au tir dnt 5/8 du parking et 11/12 aux lancers, 10 rebonds, 5 passes et 5 interceptions

Le Game 3 avait déjà été de toute beauté, mais ce Game 6 si important rentre en tout cas automatiquement au Panthéon des grands matchs en carrière du n°38 de la Draft 2012. Coupé décalé mid-range, gros trois avec la faute (deux fois), et une flamme bouillante qui nous faisait nous demander en direct si l’ailier des Bucks n’avait pas tout simplement dérobé la recette de la perfection au n°7 adverse, tant le cercle semblait être le Pacifique, tant Khrissou semblait en accord avec ses principes et en confiance avec son jeu, à savoir les tirs qu’il faut, quand il faut, une claquette au buzzer du troisième quart et globalement des coups de massue à chaque fois que les Nets recommençaient à y croire. Marquer souvent c’est bien, marquer au bon moment c’est encore mieux, marquer souvent et au bon moment c’est parfait, car oui, Khris Middleton fut tout simplement parfait cette nuit, palliant le manque d’adresse extérieure des copains (Middleton 5/8, les autres… 2/25) et calmant les ardeurs de l’ennemi à chaque secousse.

Une démonstration de calme et de perfection basketballistique, au meilleur des endroits et au meilleur des moments. Qu’on se le dise, ces Bucks-là sont bien plus que l’équipe de Giannis Antetokounmpo car le vrai poseur de clim de Mike Budenholzer s’appelle bien Khris, sans aucun doute possible.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top