Los Angeles Clippers

Les Clippers dos au mur après une nouvelle défaite à Utah : quand ton meilleur joueur se nomme Reggie Jackson, y’a comme un petit souci

Pas mal de choses à dire, notamment sur Tyronn Lue.

Source image : NBA League Pass

Encore une fois, il y avait la place pour repartir avec la win. Et encore une fois, les Clippers n’ont pas réussi faire le nécessaire pour l’emporter cette nuit sur le parquet de la Vivint Smart Home Arena. Menés 2-0 par le Jazz après les deux premières rencontres à Utah, les Angelinos sont dos au mur et y’a pas mal de choses à dire. 

Par où commencer ? Allez, honneur au coach Tyronn Lue. Parce que bon, Tyronn Lue, on ne peut pas dire qu’il ait été particulier inspiré dans son gameplan du match 2. Il pensait sans doute qu’intégrer Ivica Zubac dans le 5 à la place de Nicolas Batum – moins utilisé dans cette série – était une bonne idée mais comme dirait un certain Roger Federer, « Tu penses faux ». Comme avec Luka Doncic au premier tour, les Clippers ont payé l’addition puisque Donovan Mitchell a tout de suite profité de l’occasion pour bien se chauffer. Écran de Gobert à hauteur de la ligne à 3-points, shoot relativement ouvert pour Spida étant donné que Zubac est en drop coverage, et ça fait ficelle, ficelle, ficelle. 10-2 Jazz après deux minutes, huit points pour Mitchell, de quoi lancer parfaitement le match. Bien joué Tyronn. Et comme Lue n’aime pas faire les choses à moitié, eh bien il a refait le coup en début de deuxième mi-temps, histoire de passer de -13 à -21. La mise en place d’une défense de zone a ensuite porté ses fruits pour les Clippers, et les minutes données à DeMarcus Cousins dans cette série ont été plutôt encourageantes avant de logiquement montrer leurs limites. Donc on va quand même laisser ça à Tyronn Lue, mais difficile de ne pas pointer du doigt ses choix de base, encore plus quand on se souvient de l’efficacité du small-ball – notamment en défense – lors de la fin du premier tour. Autre décision qu’on a du mal à cerner, celui de laisser Terance Mann sur le banc, lui qui fut déjà limité à 8 minutes dans le Game 1. Toujours là pour apporter son énergie, Terance a été laissé à la niche par Lue dans le Game 2, tout comme Rajon Rondo d’ailleurs. Vu le premier match assez cata de ce dernier, on peut l’accepter mais Mann ?!? Quand il a été interrogé en conférence de presse sur ce sujet, Lue n’a pas donné d’explication valable, sans doute parce qu’il ne sait pas trop ce qu’il fait. Ou alors y’a anguille sous roche…

Les minutes de Mann et Rondo ont terminé en partie chez Pat Beverley (21 minutes en tout lors du Game 2). Non utilisé en fin de série face aux Mavericks, où il n’était pas vraiment équipé pour jouer un vrai rôle, Pat Bev retrouve la lumière face au Jazz et faut avouer qu’il a su apporter une belle énergie défensive aux Clippers cette nuit. Problème, en attaque c’est comme si les Angelinos jouaient à 4 contre 5. Et jouer à 4 contre 5 dans le money time contre une machine comme Utah, ce n’est pas vraiment le bon plan. Beverley était sur le terrain lors de ce 14-2 terrible en trois minutes dans la deuxième partie du quatrième quart-temps, et ça piquait les yeux en attaque. Les Clippers ont pourtant réussi à se trouver de bonnes positions de tir, mais quand vous avez Patoche en position ouverte, vous respirez beaucoup mieux que si vous aviez genre un Luke Kennard. Auteur d’un bon Game 1 avec 18 points en sortie de banc, le canard n’a eu droit cette nuit qu’à dix petites minutes de jeu. Là encore, on a un peu de mal à comprendre la logique. Kennard n’est évidemment pas capable d’apporter la même intensité défensive qu’un Beverley et face à un mec comme Donovan Mitchell, ça peut faire très mal mais Luke aurait sans doute pu planter certains des shoots ouverts ratés par les Clippers en fin de match.

Enfin, il faut bien qu’on parle de Kawhi Leonard et Paul George. Déjà dominés par Donovan Mitchell au scoring dans le Game 1, les deux stars des Clippers ont encore une fois laissé la vedette à Spida en proposant des perfs décevantes. 21 points seulement pour Leonard cette nuit, 27 pour PG dont environ la moitié une fois que les Clippers étaient pratiquement condamnés. En matière de leadership et de capacité à take over un match, on n’est pas loin d’être dans le négatif là. Pour l’instant, on n’a pas encore vu le Kawhi de Dallas, celui qui est capable de littéralement porter les siens vers la win dans les moments les plus importants. Après le match, il a indiqué que ses petits problèmes de fautes (quatre dans le Game 2, quatre dans le Game 1) l’avaient empêché d’être plus agressif des deux côtés du terrain, et qu’il avait selon lui fait les bons choix offensifs au vu des différentes situations. Peut-être, mais Kawhi – très bien défendu dans le périmètre, notamment par Bojan Bogdanovic – va vraiment devoir step-up sinon les Clippers peuvent déjà réserver leurs vacances à Cancun. Selon le Fun Guy, son équipe a encore des ressources pour se battre et est prête à relever le défi, on demande à voir. Quant à Paulo, il a certes fait ses stats mais son impact sur le match n’est toujours pas à la hauteur de son talent. Aujourd’hui, on se demande presque si PG-13 est vraiment capable de sortir au moins un statement game en Playoffs. On espère se tromper, mais cela n’en prend pas le chemin. Alors évidemment, faut pas oublier que c’est la défense de Rudy Gobert en face, pas celle des Mavericks. D’après les stats sortis par Andrew Greif du Los Angeles Times, le pourcentage de réussite dans la raquette a largement chuté par rapport à la série contre Dallas (36% contre 60%). On appelle ça l’effet Rudy. Cela n’a pas empêché les Clippers de se montrer agressifs pour pouvoir obtenir des shoots ouverts dans le dernier quart-temps, mais la réussite de loin a fui les Angelinos pendant qu’en face, ça plantait des banderilles (20/39 pour le Jazz au total).

Incapables de contenir Donovan Mitchell et victimes d’un gros trou d’air en fin de match, les Clippers sont encore tombés malgré un… Reggie Jackson sensationnel (29 points, meilleur marqueur de Los Angeles) qui a véritablement porté les siens vers un superbe come-back. Le génie de Reggie (hein ?) n’a cependant pas suffi et on attend de voir ce que va nous proposer Ty Lue dans le Game 3 à Los Angeles, déjà un must-win.    

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top