6ème Homme

6MOY award 2020-21 : Jordan Clarkson, Derrick Rose et Joe Ingles sont les trois finalistes, faites vos jeux !

6MOY award 2020-21

Incroyable Jazz cette saison, un Jazz qui concentre autant de talent sur son banc que le roster complet de certaines franchises

Source image : montage via YouTube

Bonjour, je m’appelle Jean-Michel Remplaçant, et je suis un homme-trophée pour qui toute forme de suspense n’existe pas vraiment. En effet, seule récompense pour laquelle le futur vainqueur semble ne pas faire trop débat, le Meilleur Sixième Homme de l’Année devrait donc couronner cette saison… Jordan Clarkson. Mais attention, un détail pourrait peut-être participer à créer la surprise. En espérant vous avoir hypé, cordialement, la compta.

Notre dernier ranking du meilleur sixième homme de la saison c’est juste ici !

Jordan Clarkson, Derrick Rose et Joe Ingles sont donc les trois finalistes dans la course au 6MOY, le Sixth Man of the Year, le meilleur remplaçant de la saison. Deux joueurs du Jazz, récompensant l’incroyable exercice de la meilleure franchise NBA de la saison, puis un revenant magnifique, partie prenante depuis trois mois de la renaissance des Knicks. Qu’on se le dise tout de suite ? Le MVP 2011 est incroyable, encore plus ces dernières semaines, mais son changement de baraque en cours de saison (Detroit puis New York) ne joue pas forcément en sa faveur. Joe Ingles ? Role player parfait en sortie de banc (roleS player même, puisque spécialiste du tir, du vice et du QI basket) mais un chouïa moins impressionnant que ses deux copains du jour, par le prisme des chiffres en tout cas. Vous nous aurez compris, Jordan Clarkson a roulé sur la concurrence toute la saison, représentant et de loin ce qui se fait de mieux en matière de scoring parmi les remplaçants et collectionnant les cartons avec ou sans Donovan Mitchell et Mike Conley à ses côtés. Un grand malade, qui a très vite mis tout le monde d’accord dans cette course au 6MOY et qui devrait donc très logiquement remporter un trophée qu’il mérite grandement.

Le seul soupçon de suspense ? Il est peut-être à aller chercher du côté d’un drôle de jeu de chaises musicales, du côté de vases communicants concernant également… trois autres trophées. Julius Randle parmi les favoris pour le MIP, Rudy Gobert bien place pour le DPOY, Quin Snyder et… Tom Thibodeau dans la course au COY, bref des votants qui hésiteront peut-être à « offrir » tous les trophées du monde à la même franchise, et un ou deux mecs qui se verront peut-être sacrifiés au nom de l’équité. Difficile à croire ? Tant pis, et au pire on aime bien chercher les problèmes là où il n’y en a pas.

Trois hommes dont un qui semble avoir quelques hectomètres d’avance mais à qui la story globale de la NBA pourrait peut-être jouer un mauvais tour. Ce qu’on va faire c’est qu’on va tranquillement attendre le mois de juillet, espérer – surtout – à tout ce petit monde de performer en Playoffs, et pour le reste… on en reparle dans une cinquantaine de jours ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top