Celtics

Jayson Tatum a été éblouissant face aux Wizards : 50 pions, 32 en deuxième mi-temps, pour lui le play-in c’est de l’eau gazeuse

Les grands joueurs se manifestent souvent dans les grands matchs. Non pas que ce premier tour du play-in eut été un grand match à proprement parlé, mais disons qu’il restera un match qui compte, car son format était inédit notamment. Mais au final peu importe le pitch, Jayson Tatum a pris ce match, il l’a roulé en boule et a vidé la poubelle la plus proche en criant Kobeeeeeee.

Il ne fallait pas y aller par quatre chemins. Pour contrer la force offensive incroyable des Wizards, pour stopper la dynamique assez flippante de cet adversaire bizarre, un homme semblait représenter l’arme idéale : Jayson Tatum. Sans manquer de respect à Kemba Walker ou Evan Fournier mais en manquant totalement à Tristan Thompson, c’est donc sur les jeunes épaules que reposaient les espoirs de toute une franchise, le genre de joueur capable de gagner un match à lui seul, tout simplement car il l’a déjà fait à de nombreuses reprises. Mauvaise nouvelle ? Le début de match ne nous dit rien qui vaille, Jayson Tatum s’est transformé en Jason Gratum et pointe à 3/11 au tir en milieu de deuxième quart. Heureusement pour lui Kemba Walker a balancé quelques bananes victorieuses et les Celtics s’accrochent au wagon de Wizards pourtant pas transcendants, mais comme prévu Boston ne s’en sortira pas sans un leader au top de sa forme.

Message entendu mon capichef, mise en route dans 3, 2, 1, lezgo. Une fin de deuxième quart agressive, 18 points à la mi-temps pour Tatum mais les Celtics toujours derrière de deux points. Bref, il ne faudra encore plus. Ca tombe bien puisqu’à la mi-temps l’ailier aux contours de rêve s’envoie probablement une rasade de liqueur des dieux, revenant sur le terrain avec des intentions cannibales. ca tire de partout, ça tire à chaque possession et, joli hasard ou pleine bourre, ça rentre dedans à chaque fois. Le compteur point de Jay grimpe aussi vite que l’écart et à la fin du troisième cart l’équart est passé de – 2 à + 10 en faveur des hommes de Brad Stevens. Tatum ? 18 + 23 = 41 points, et on rappelle qu’il reste les douze minutes les plus importantes de la saison à jouer. Un compteur que le foufou montera finalement jusqu’à 50 histoire d’atteindre le chiffre rond, 6h26 étant l’heure parfaite pour se demander si 50 est un chiffre… ou un nombre… enfin bref l’essentiel est ailleurs, à savoir que Jayson Tatum a encore été sensationnel et envoie là un beau message à la défense des Nets : défendez-moi sinon ce sera le tarif à chaque match.

50 points pour inaugurer un play-in tournament tout neuf ? Disons que Jayson Tatum a le sens de la formule et des préambules. La suite au prochain épisode, avec face à lui un certain… Kevin Durant. On n’a rien contre le valeureux Rui Hachimura hein, mais là on passe clairement au level up.

4 Commentaires

4 Comments

  1. Adrien

    19 mai 2021 à 9 h 48 min at 9 h 48 min

    « à la fin du troisième cart l’équart » une petite erreur de manque de sommeil 😉

    • Giovanni Marriette

      20 mai 2021 à 11 h 40 min at 11 h 40 min

      ah non, c’était juste un jeu de mot de mec fatigué haha

  2. Adrien

    19 mai 2021 à 10 h 01 min at 10 h 01 min

    Chiffres 0 à 9. Nombre combinaison de plusieurs chiffres donc 10 à l’infini.

    • Dr J

      19 mai 2021 à 11 h 34 min at 11 h 34 min

      Un nombre peut n’être composé que d’un seul chiffre. Donc les nombres vont de 0 à l’infini (pour les entiers naturels). Dans le doute, le plus simple est de toujours parler de nombres.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top