Suns

Les Suns bombent le torse face à Utah : y’avait un duel au sommet, et c’est Devin Booker qui a hissé le drapeau

Crosser n’est pas gagner.
Ah si.

source image : montage TrashTalk via YouTube

Targaryen et Baratheon, Anakin et Obi-Wan, Donald et Joe, Laurent Ournac et Parizot : quand un duel a pour enjeu le pouvoir, c’est qu’il se regarde sans modération. Ce soir, la démonstration de Phoenix fut totale mais quelque peu lourdoche à regarder. Un match à sens unique duquel résulte une redistribution du royaume. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

Pas besoin de planter le décor, vous savez ce que nous savons. Le Jazz – premier de la Conférence Ouest – se déplace dans l’Arizona pour tenter de foutre une branche dans la roue de son dauphin, Phoenix. Les Mormons – à la forme aléatoire – restent sur trois défaites en six rencontres. La paire Mike Conley – Donovan Mitchell s’absente du backcourt et ronfle à l’infirmerie. Côté Suns, les victoires sur Knicks et Clippers laissent un goût de friandise en bouche. Seuls Jae Crowder et Abdel Nader sont privés de joute, laissant un vaste champ de manœuvre à Monty Williams. L’entre-deux est donné et la première période rime avec scénario foireux : les Suns s’envolent instantanément au score, laissant derrière eux un suspens oublié. L’excellent Mikal Bridges inscrit 8 points en trois minutes de jeu, démontrant les largesses défensives de l’habituel mur du Jazz. Bien que Joe Ingles et Bogdan Bogdanovic s’emploient à garder la tête hors de la flotte, Devin Booker pose 14 points dans le premier quart-temps et marche dans les traces de Jayson Tatum. On vous rassure, la Booke – bien mieux entourée que le All-Star des Celtics – ne terminera pas la partie à plus de 31 galets. La paire Chris Paul – Deandre Ayton continue de se montrer et le relation mène – poste bas de Phoenix connaît son prime (Phoenix Suns 68 – 52 Utah Jazz).

Hormis l’entrée en jeu de Langston Galloway, la seconde période est bien loin de rimer avec surprise. Le Jazz déjoue complètement et le manque d’un backcourt cohérent se fait ressentir. On rappelle que Royce O’Neale a débuté la rencontre à la mène, couplé à un Joe Ingles plus shooting guard que jamais. La conclusion ? L’expérience fut foireuse, au moins autant que la prestation de Jordan Clarkson : le sixième homme de l’Utah lâche un vieux 3/15 au tir. En face, le banc fait un bien fou et les Cameron Payne, Dario Saric, Cameron Johnson, Jevon Carter et Frank Kaminsky, répondent tous présents. On termine ce petit récap en concluant avec trois phrases représentatives de la rencontre : Matt Thomas termine quatrième meilleur marqueur du Jazz, Rudy Gobert s’est fait crosser par Devin Booker et Ty-Shon Alexander a foulé le parquet malgré un prénom étrangement disséqué en deux parties. Vous l’aurez compris, ce match ne fut ni mormon, ni tricolore. Résultat des courses, Devin Booker graisse la feuille de stats avec 31 points, 3 rebonds et 2 assists à 68% au tir dont 40% de loin (2/5). Quel impact sur le classement ? Eh bien, les Suns s’emparent de la première place de la Conférence Ouest et – plus précisément – du trône de la NBA. Une acquisition cependant nuancée par leur droit sur le royaume qui se limite à une statistique de victoires intra-conférence accrue. Autrement dit, Phoenix et le Jazz sont ex-aequo au bilan, mais les Suns jouissent d’un avantage en profondeur. Soirée parfaite, quand tu nous tiens.

La double absence côté Jazz nous empêche de conclure quoi que ce soit, mis à part que ces Suns sont incroyablement sérieux. Une confirmation de plus comme quoi ces Playoffs s’annoncent titanesques et que le haut de tableau a rarement été aussi bien garni.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top