Grizzlies

Les Grizzlies déboussolent Damian Lillard : performance collective dans l’Oregon, et une victoire de choix pour les Oursons

Ja Morant

Back in business.

source image : NBA League Pass

Mais où est ce que Damian Lillard a-t-il donc foutu sa montre ? Étonnamment humain en ce mois d’avril, le meneur s’est fait surprendre par des Grizzlies à la dalle incommensurable. Une victoire clé pour Memphis qui sécurise sa huitième place et – compte tenu du jeu affiché – peut se permettre de regarder en haut. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

Il n’est jamais aisé de se déplacer dans l’Oregon. Ce n’est d’ailleurs ni le vacancier dépouillé de ses vêtements par une secte forestière, ni Paul George qui vous diront le contraire. Oui, les Grizzlies ont fort à faire chez un concurrent direct au Play-in, aux Playoffs, à toussekirime avec vacances d’été écourtées quoi ! Toujours privés de Jonas Valanciunas, les Oursons restent sur deux défaites plus qu’honorables (Clippers et Nuggets) durant lesquelles ils ont livré des combats à faire tomber Lutèce. Si tant est que l’on suit cette équipe de Memphis depuis quelques temps, nul doute que nos convictions personnelles tendent vers une qualification en Playoffs. Encore faut-il l’obtenir, et les Blazers – actuellement septièmes de la Conférence Ouest – représentent un vrai test pour la formation du Tennessee. Pour dire vrai, le premier quart-temps est un peu fade : les deux équipes se neutralisent, Kyle Anderson inscrit sept des dix premiers points de Memphis et Damian Lillard est bourré. Au fil des minutes, la rencontre se décante et l’apparition du binôme Ja Morant – Jaren Jackson Jr. fait vaciller la bonbonnière. Les deux hommes se trouvent parfaitement sur pick-and-roll, mettant à mal une défense de Portland fragilisée. Les Blazers s’appuient quant à eux sur un grand Jusuf Nurkic pour densifier une raquette régulièrement visitée par les deux zouaves précédemment nommés. Globalement, la première période s’est voulue sans vague et dominée par Dillon Brooks et ses amis (Portland Trail Blazers 56 – 62 Memphis Grizzlies).

Une sortie de vestiaires aux airs d’éruption volcanique. Après s’être retenus pendant vingt-quatre minutes, les joueurs décompressent et n’hésitent pas à prendre davantage de risques offensifs. Les Blazers jouissent d’un retour en forme de Damian Lillard, maladroit comme bonjour en première période. Le meneur All-Star tamponne les Oursons depuis les cinquante-douze mètres et exige réponse à son insolence. C’est Ja Morant qui s’emploie à clouer le bec du trentenaire, alliant construction et foulées destructrices. Dans le dernier quart-temps, nos yeux – focalisés par un suspens de Playoffs – apprécient cette guerre de tranchées : les deux équipes se suivent de quelques unités et répondent à chaque question de l’adversaire. On peut presque imaginer Justise Winslow débarquer et mettre une grande bourre-pif à C.J. McCollum, ambiance de postseason c’est le grand kif ! La conclusion est collective puisque ce sont tous les Grizzlies qui viennent ajouter une pierre à l’édifice : De’Anthony Melton aux lancers, Ja Morant agresse le cercle comme s’il n’avait aucun membre du corps à perdre et Jaren Jackson Jr. referme le bocal. Un gros big-up pour Jusuf Nurkif et son double-double de plombier-serrurier (26/17). En bon leader, Ja Morant laisse derrière lui 33 points, 5 rebonds et 13 assists à 65% au tir dont 33% de la buvette. Le plus important est ailleurs, à savoir que les Grizzlies sécurisent un peu plus la huitième place qualificative pour le Play-in, et peuvent même se permettre de gratter le dos des petits gars de l’Oregon.

Les deux franchises étant des marchés modestes, votre petit-fils ne vous parlera sûrement pas de ce match. En attendant, ce petit morveux mérite des claques dans la goule et un remontage de bretelles digne des plus meilleurs pères de ce monde, car oui, il a loupé quelque chose.

1 Comment

1 Comment

  1. Sebb

    24 avril 2021 à 10 h 51 min at 10 h 51 min

    Un petit Blazers-Grizzlies aux airs de revanche en play-in, je ne dis pas non, et on a l’air bien partis pour !
    J’avais adoré le match de l’an dernier. Patron, un autre avant que ça sèche !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top