Thunder

Premier double-double en carrière pour Théo Maledon : 13 points, 12 passes, et 150 raisons de plus d’être hypé

Théo Maledon

Do you want some café with your cup of baguette ?

source : NBA League Pass

C’est marrant, mais rien ne fait plus plaisir à un Français qu’un Français qui réussit à l’étranger. Cette impression que l’étendard tricolore fait son trou là où il ne devrait pas, un sentiment de conquête sportive qui nous pousse davantage à espérer un bon tacle de Varane en Espagne qu’un triplé de Dédé Gignac au Vélodrome. Et si l’on souhaite même parler sans langue de bois, on peut dire que nous sommes ravis que Théo Maledon ait encore fumé du ricain. 

L’affiche est moche et le contexte aussi. Le Thunder est douzième de la Conférence Ouest et même si les petits gars de l’Oklahoma restent sur un succès face aux Spurs, il serait mentir que de dire qu’il n’y avait guère mieux au programme ce soir. Seulement, la donne est forcément différente pour les bouffeurs de grenouilles puisque Théo Maledon évolue aux côtés des Shai Gilgeous-Alexander et autre Darius Bazley. Le match représente donc un véritable intérêt même si en face, les Hawks peinent à régulariser leurs bonnes performances. En cause, de nombreuses blessures amenant les absences de Cam Reddish, Bogdan Bogdanovic, Kris Dunn et De’Andre Hunter. L’entre-deux est donné et Clint Capela pose d’ores et déjà une claquette sur rebond offensif. L’intérieur va – tout le long de la rencontre – dominer les 2m03 d’un Isaiah Roby encore beaucoup trop juste défensivement. Théo Maledon manque un premier lay-up puis fait mouche du parking, lançant ce qui va être l’une des meilleures rencontres de sa jeune carrière. Les Hawks sont maladroits mais s’appuient sur l’axe John Collins – Clint Capela pour boiser la peinture, et prennent très vite un avantage au score. Mais c’était sans compter sur Shai Gilgeous-Alexander et Théo Maledon : le backcourt distribue, agresse et joue extrêmement juste. À titre personnel, le Français réalise une première mi-temps en demi-teinte avec 9 points et 3 assists, avec encore une once de cette timidité qui lui colle à la peau. Mais quand Théo se montre, quel régal : le roi de Villeurbanne feinte Clint Capela à 3-points, attire deux défenseurs puis caviardise un Ty Jerome isolé au poste bas. Bref, Darius Bazley épaule parfaitement ses potes en cette fin de première période et bien heureux des briques d’Atlanta, le Thunder est devant à la pause (Thunder 63 – 55 Hawks).

Nous aurions pu dédier cet entier paragraphe aux paroles de la Marseillaise, puis il s’est avéré que nous avions mieux à raconter. Le retour aux affaires est bleu-blanc-rouge et Théo Maledon distille comme jamais : 6 assists dans le troisième quart-temps et une feuille de match qui flirte avec le double-double. Le Frenchie s’illustre même en envoyant Clint Capela sur orbite… ah non, c’est Trae Young mais les maillots se ressemblent. Il existe quand même un seul pays au monde où l’on imagine des bureaux bunkers, mais on est incapable de faire jouer deux équipes dans des jerseys de couleurs distinctes. Allez, Luguentz Dort allume et Oklahoma prend un avantage définitif dans cette partie. Dans les dernières douze minutes, Théo Maledon valide son premier double-double en carrière et impressionne toujours autant de par sa maturité. Il n’est pas faute de le répéter mais le joueur formé à l’ASVEL joue comme un vétéran : lecture de jeu avant d’exécuter un move, prise en compte du placement de ses coéquipiers et changements de rythme balle en mains. En sortie de banc, Kenrich Williams confirme la victoire du Thunder et termine la rencontre avec 15 points à son compteur. En face, Danilo Gallinari n’a plus rien à voir avec le mafieux qui s’est présenté sur le parquet mercredi soir contre les Celtics, et balance des crêpes from nowhere. La messe est dite et Théo Maledon laisse 13 points, 4 rebonds, 12 assists et 1 interception à 36% au tir dont 33% de loin (2/6) aux souvenirs de la Chesapeake Arena. Record de franchise égalé, le natif de Rouen rejoint Russell Westbrook et devient le deuxième rookie de l’histoire du Thunder à distiller 12 assists sur une rencontre : plus gros total de passes décisives pour un première année cette saison. Allez, café, clope, et petite interview pour la star.

The french Dirk Nowitzki is here and his name’s Théo Maledon. Une phrase prononcée par absolument personne mais qui nous rend heureux rien qu’à l’écrire. The french Magic Johnson is here and his name’s Théo Maledon. Mazette, que c’est bon. The french Damian Lillard is here and his name’s Théo Maledon. Oh oui, continuez.

Stats OKC - Hawks

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top