Celtics

Les Celtics renouent avec la victoire face aux Pacers : tout est plus facile quand Kemba Walker joue comme Kemba Walker

Kemba Walker pari

C’mon Kemba.

Source image : NBA League Pass

Après trois défaites de suite, les Celtics ont enfin retrouvé le chemin de la victoire face à des Pacers qui ont manqué d’un Myles Turner ou d’un Malcolm Brogdon un peu plus décisif pour l’emporter. Kemba Walker a été l’homme du match avec 32 points, un record cette saison, à 10/19 au tir. Et heureusement que l’ancien Hornets a retrouvé ses cannes car le duo Tatum/Brown a été en perdition avec un 9/30 combiné au tir. 

En perdition aussi depuis deux semaines, les Celtics ont enfin retrouvé des couleurs. Même si tout n’a pas été parfait, Boston repart avec l’essentiel : la victoire. Les hommes de Brad Stevens mettent fin à une vieille série de trois défaites d’affilée et ne sont ce matin plus qu’à une victoire de retrouver un bilan équilibré. Une victoire rendue possible grâce à la résurrection d’un Kemba Walker qui a enfin paru être le joueur qu’on connaissait, pour le plus grand plaisir de la Celtics Nation et des fans de basket en général. Avec 32 points, 3 rebonds, 6 passes décisives à 10/19 au tir pour seulement une seule perte de balle, Kembaba a été le moteur de l’équipe et il a porté à quasi lui tout seul l’attaque du cinq majeur. Car si Walker a été excellent, Brad Stevens n’a pas eu l’occasion de voir son meneur briller en même temps que ses deux leaders habituels. Car si les Pacers ont longtemps cru à une victoire c’est notamment parce qu’ils ont merveilleusement bien défendu sur Jayson Tatum. Le nouveau titulaire du All-Star Game à l’Est n’a pas fêté la nouvelle comme il se doit puisqu’il finit avec un triste 4/18 au tir pour seulement 9 points, sa deuxième pire performance au scoring de la saison. Et il ne fallait pas non plus compter sur Jaylen Brown, loin de vendre du rêve avec 15 points à 5/12 au tir, 5 assists mais 4 turnovers. Jean-Lin Marron est pour sa part retombé de son nuage et après avoir tiré à 54% pendant les mois de décembre et janvier, il est redescendu à 44% sur ce mois de février. C’est surtout à 3-points que ça coince d’ailleurs, puisque l’ancien de CAL ne tire qu’à 31% ce mois-ci, contre 44% lors des 18 premiers matchs. Avec ses deux leaders dans un jour moindre, Walker a néanmoins trouvé du renfort du côté des anciens. Daniel Theis (17 points et 3 contres) et… Jeff Teague (14 points à 60% au tir) ont ainsi été les jokers du soir et ils ont fait le boulot quand le cinq majeur se reposait. Une aubaine pour les Celts qui voyaient leur banc traverser une mauvaise passe en ce mois de février, une tendance qui n’était pas sans lien avec la mauvaise passe que connait actuellement Boston. Enfin, le dernier Celts à avoir fait plus que le taff est Robert Williams III, qui en 22 minutes de jeu a compilé 14 points, 11 rebonds dont 3 offensifs et 3 contres, une performance aussi complète en attaque qu’en défense avec, à plusieurs reprises, des actions et décisions de vétéran. Une sortie encourageante qui risque de lui offrir toujours plus de minutes et surtout plus de responsabilités s’il arrive à empiler ce genre de prestations. Et tant mieux, car Boston aura définitivement besoin que ses jeunes passent un cap cette saison s’ils veulent rivaliser avec les gros de l’Est. 

Les Pacers avaient pour leur part la place pour l’emporter mais ils n’ont pas réussi à rentrer leurs shoots ouverts en fin de match, alors qu’ils ont eu plusieurs occasions de se rapprocher dangereusement des Celtics. Une défaite frustrante en partie acquise à cause de la piètre performance offensive de Malcolm Brogdon, qui n’a pas su épauler un Domantas Sabonis qui a joué comme le All-Star qu’il est. L’ancien Bucks, malgré une très belle défense sur les ailiers de Boston, finit la rencontre à 5/17 au tir pour 12 points. Mais s’il avait été le seul à galérer au tir cela aurait pu être suffisant pour l’emporter sauf que Myles Turner a lui aussi choisi aujourd’hui pour réaliser un match en deçà (17 points mais à 4/13 au tir et surtout plusieurs tirs importants du parking manqués en fin de match). Le pauvre Domantas Sabonis s’est ainsi retrouvé un peu trop seul. Le récent All-Star, qui remplacera Kevin Durant lors du match des étoiles, finit avec 24 points, 6 rebonds et 9 passes décisives à 7/12 au tir, et on regrettera juste que le Lituanien n’ait pas eu plus d’impact que ça en fin de match à part cette improbable tir à 3-points rentré dans le money time.

Seulement douze tirs pris pour Domas alors que ses deux autres leaders étaient en galère totale, il y avait la place pour prendre de plus grandes responsabilités et asseoir un peu plus sa domination sur la défense des verts mais avec cette défaite Indiana passe dans le négatif et tombe de la quatrième à la… huitième place, car en dehors du Top 3 l’Est est bouchée comme un autoroute au départ des vacances et sept équipes tiennent sur un petit match entre la quatrième et la dixième place.

Boston retrouve donc le chemin de la victoire grâce à une victoire acquise dans le sillage d’un Kemba Walker qui a joué au niveau auquel on l’attend. Grosse prestation par ailleurs de Robert Williams qui a clairement une carte à jouer dans une rotation des Celtics qui se cherche encore, et il faudra trouver les solutions très vite car cette année, l’Est ne pardonnera pas grand chose.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top