Warriors

Draymond Green sert du caviar aux Warriors toute la soirée : 19 assists dans un triple-double, ça c’est du point forward

Il ne sera pas All-Star cette année et cela fait déjà deux ans que les Warriors ne sont plus les épouvantails de la NBA, mais lorsqu’il joue comme cette nuit contre les Hornets, Draymond Green est un pur régal à voir jouer. L’un des seuls joueurs capables de sortir une ligne de statistiques à 11 points, 12 rebonds et surtout 19 assists, son record en carrière au passage.

On le sait, Draymond Green est spécial. Depuis le temps, on a appris à apprécier son intelligence et son instinct dans le jeu. Des écrans parfois limites, certes, mais surtout ce feeling naturel qui lui permet toujours d’être au bon endroit au bon moment et qui facilite tellement le jeu de son coéquipier Stephen Curry avec son style all-around. A 30 ans, le chien de garde des Warriors est arrivé à maturité et il est encore l’une des raisons principales pour lesquelles Golden State ont des allures de playoffables malgré l’absence de Klay Thompson. Evidement, parfois les fils se touchent encore sans raison apparente, et il coûte une défaite à son équipe. Pas plus tard que samedi dernier, une double faute technique synonyme d’expulsion à 9 secondes de la fin du match permettait à Terry Rozier de sceller la victoire de Charlotte sur la ligne des lancers-francs pour égaliser d’abord, puis avec le tir de la gagne au buzzer. Celle-là, elle était pour Dédé. Alors forcément, pour le match retour de cette confrontation inter-Conférence à six jours d’intervalle, le produit de Michigan State était bien déterminé à se venger dans sa salle même s’il refusait le terme en conférence de presse d’après-match au micro d’AP.

« Parler de match de la revanche serait un peu exagéré. Je voulais juste faire les choses bien et faire tout ce qui était en mon possible pour aider mon équipe à gagner. Je ne pouvais pas oublier comme ça ce qui s’était passé la semaine dernière. »

Quand il est concentré comme ça, les adversaires peuvent se mettre à prier. Même si une faute flagrante viendra entacher son bilan de la soirée au bout d’à peine deux minutes de jeu, Raymond Vert est beaucoup trop motivé pour craquer une nouvelle fois. Le reste sera de l’art, avec 11 points, 12 rebonds et… 19 passes décisives. Record personnel explosé et le record de la saison de Chris Paul égalé. Du haut de ses deux mètres si on arrondit un tout petit peu, l’ancien DPOY prouve une fois encore qu’il a hérité de quelques gênes de Magic Johnson en passant par la même université que lui plusieurs décennies plus tard. Le physique d’un ailier-fort un peu trapu mais la vista des meilleurs meneurs du circuit et cette palette d’homme à tout faire tellement précieuse pour les Warriors. Hier, ce sont Kelly Oubre Jr., James Wiseman ou encore Stephen Curry qui ont été abreuvés au biberon de luxe toute la soirée et il n’y avait alors plus qu’à mettre la tête dans le cercle ou à déclencher du parking pour conclure toutes ces offrandes. Car si Draymond Green a pu battre ce record, c’est aussi grâce à ses coéquipiers qui n’ont pas vendangé ces occasions. Et quand on sait avec qui il partage le parquet depuis le début de sa carrière, c’est d’autant plus impressionnant de le voir établir un nouveau career-high justement maintenant.

La prochaine fois, les Hornets éviteront d’énerver la bête quand ils savent qu’ils devront le retrouver prochainement. Draymond Green a aussi envoyé un message aux organisateurs du All-Star Weekend. Vous ne voulez peut-être pas de moi pour le match des étoiles, mais il va peut-être falloir songer à ramener bibi à Atlanta pour le Skills Challenge plus communément appelé le concours des… meneurs.

Source texte : AP via ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top