All-Star Weekend

All-Star Game 2021 – les petits nouveaux : Julius Randle, Jaylen Brown, Zach LaVine, Zion Williamson, bienvenue chez les grands !

Julius Randle

Bienvenue messieurs, vous avez bien mérité votre place.

Source image : YouTube

C’était l’évènement de la nuit, bien qu’effacé quelques heures plus tard par la défense all-time des Hawks. Après avoir nettoyé notre vomi nous voici donc de retour pour une ode à quatre joueurs qui découvriront dimanche prochain les joies de leur premier All-Star Game. Un seul mot pour résumer tout ça ? Mé-ri-té.

Retrouvez aussi pour compléter votre jeu des sept familles :

  • Les titulaires à l’Est
  • Les remplaçants à l’Est
  • Les titulaires à l’Ouest
  • Les remplaçants à l’Ouest
  • Les grands oubliés

Ils sont donc quatre. Ils seront quatre, quatre à fouler des planches en tant que All-Star et ce pour la première fois de leur carrière. Trois à l’Est, un à l’Ouest, un chiffre qui aurait pu doubler côté gauche si De’Aaron Fox, Ja Morant, Mike Conley, Shai Gilgeous-Alexander ou Jordan Poole avaient offert une enveloppe à deux ou trois coachs mais on s’en tiendra donc à ces quatre petits nouveaux : Julius Randle, Jaylen Brown, Zach LaVine et Zion Williamson. Quatre cadeaux à quatre mecs qui le méritent, à tel point d’ailleurs, par exemple, que très longtemps Jaylen Brown était pressenti pour figurer parmi les titulaires à l’Est.

Jaylen ? Two-way player d’exception, l’arrière de Boston a cette année pris une dimension telle qu’il n’est plus seulement le lieutenant de Jayson Tatum mais bien le co-leader des Celtics, l’un des ses deux meilleurs attaquants et l’un de ses deux meilleurs défenseurs, le tout en proposant un jeu d’une propreté folle qui se retrouve dans des stats en mode career high qui font de lui l’un des favoris dans la course au trophée de MIP après avoir posé un début de saison de… MVP. Julius Randle ? Transfiguré depuis l’arrivée à New York du druide Tom Thibodeau, l’ancien Laker et Pelican est aujourd’hui l’un des point forward les plus efficaces de la Ligue et s’est mué en distributeur hors-pair tout en demeurant un attaquant aussi efficace que puissant pour réaliser la plus belle saison de sa carrière tout en faisant… gagner les Knicks de nouveau. Et rien que pour ça c’est pas un All-Star Game qu’il faut lui offrir à Julius, c’est une statue devant le Madison Square Garden.

Troisième larron de l’Est… Zach LaVine, dont la cote était montée en flèche ces dernières semaines non mais tu m’étonnes. Big boss de Bulls qui gagnent mine de rien leur lot de matchs et qui restent dans la course aux Playoffs à l’Est, Zach est cette saison l’un des snipers les plus productifs de la Ligue mais aussi l’un des plus adroits, grâce à une confiance incroyable qui se traduit bien souvent par des montées en température affolantes en fin de match. Zach LaVine joue juste, joue bien, bref Zach LaVine mérite mille fois ce qui lui arrive, sept ans après avoir offert au monde entier une moue légendaire lors de sa draft par les Wolves. Zach mérite, tout comme Zion mérite, et si vous avez vu jouer les Pelicans plus de deux fois cette saison vous êtes forcément d’accord avec ça. Spoiler alert le first pick de la Draft 2019 n’est pas un simple phénomène de foire mais bien un vrai basketteur, capable d’être véloce comme une danseuse étoile tout en étant puissant comme un tractopelle dont on aurait rempli le réservoir de vodka-Red Bull.

Quatre heureux élus, quatre hommes qui seront donc les puceaux de la bande dimanche prochain à Atlanta. Récompense d’une première partie de saison resplendissante mais pas une fin en soi et on suivra donc, forcément, la suite des évènements pour des joueurs qui, automatiquement, viennent de chnager de statut. Mais pour l’heure qu’ils profitent le week-end prochain, ça aussi ils l’ont bien mérité.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top