Spurs

San Antonio, à fond la forme : Chef Curry était de sortie mais c’est bien Dejounte Murray qui a apporté le dessert

Dejounte Murray

Ice in his veins.

source image : NBA League Pass

Savez-vous ce qu’il se passe quand un cowboy se met en chasse ? À défaut d’apporter une réponse à cette question nous-même, ce petit Warriors – Spurs s’est mué en véritable docu Arte où des Texans affamés ont pris le dessus sur le radeau Curry – Oubre. Quelques jolies perfs – en somme – ont fait de cette rencontre, un match disputé de bout en bout. 

Golden State Warriors – San Antonio Spurs, deux des seules équipes que connaissent nos mères, mais surtout deux formations à la lutte pour disputer les Playoffs. Les noirs et blancs restent sur deux succès consécutifs après avoir disposé des Timberwolves puis des Rockets, et squattent une prestigieuse cinquième place à l’Ouest. En face, les Warriors font mine de bomber le torse mais s’inquiètent probablement de leur neuvième position dans la même conférence que leurs homologues texans. Enfin, l’entre-deux est donné à l’AT&T Center et contre toute attente, Kelly Oubre Jr. prend le premier quart-temps à son compte. Alors qu’on le raillait quelques semaines plus tôt – de par ses ogives envoyées depuis la buvette – l’ailier des Warriors décide de mettre un coup de pression à Klay Thompson et envoie trois tirs primés en autant de minutes. En face, DeMar DeRozan et Dejounte Murray se trouvent bien et lévitent autour d’un bon Jakob Poeltl : l’intérieur des Spurs pèse énormément sur un Draymond Green en déficit de taille. Cependant, Golden State prend une légère avance et peut s’appuyer sur une excellente circulation de balle pour créer des espaces. Circulation de balle, ou pas, puisque Stephen Curry n’a absolument besoin de personne pour se créer ses tirs : bim, un tir venu d’ailleurs pour clore douze premières minutes de qualité. Puis, apparaît soudainement l’ombre d’Andrew Wiggins dans le deuxième quart-temps : l’ailier inscrit quatre points consécutifs et se replace directement dans la course au All-Star Game. Peu avant la mi-temps, Jakob Poeltl est excellement bien trouvé par ses partenaires et défait quelque peu l’écart (Warriors 59-54 Spurs).

On n’avait plus vu Dejounte Murray comme ça depuis le 30 décembre dernier contre les Lakers (29 points). Le meneur est absolument partout et place des coups de reins dévastateurs, à l’image de ce pauvre Juan Toscano-Anderson qui pensait sûrement que personne n’avait remarqué sa chute, raté. Mais les Warriors ont du cœur et Kelly Oubre Jr. vient placer un énorme tomar sur la tête d’un Jakob Poeltl déboussolé. Stephen Curry se rallie à la cause de son camarade et enclenche le chantier : 3-points, distribution et grosse défense, le Chef est de sortie ! Puis arrivent les quarante dernières secondes à l’approche desquelles San Antonio compte trois points d’avance. Le MVP 2015 enclenche le mode clutch et vient placer un joli floater sur une défense des Spurs qui ne peut que constater les dégâts des eaux (la Baie, les eaux, toussa toussa). Mais pour Curry, l’important n’est malheureusement pas là : à quinze secondes du terme, le cuir arrive dans les mains de Dejounte Murray qui sort un move de l’espace, puis termine par un step-back à 3-points. Le dernier tir primé de Stephen Curry n’a aucune incidence sur l’issue de la rencontre… la cause ? Il reste neuf secondes à jouer et les Warriors ont un retard de trois points, mais Draymond Green décide de déclencher from quasi-half court, une sorte de alley-oop que l’on ne saurait qualifier. Oui, un grand bras d’honneur aux huit dernières secondes et surtout, une action d’ores et déjà légendaire. Spurs win – et ce – même si le Chef repart avec ses 32 points, 7 rebonds, 6 assists à 58% au tir dont 55% du parking. Une énorme perf – certes – mais sûrement pas la meilleure puisque c’est bel et bien Dejounte Murray et ses 27 points, 10 rebonds, 8 interceptions et 4 assists à 53% au tir dont 40% à 3-points, qui offrent la victoire aux Texans. Le so-so-sophomore flirt avec son career high (29), mais permet surtout à San Antonio d’emporter le premier match de ce back-to-back contre les Dubs. Allez, on vous quitte sur quelques mots doux.

« C’était l’action la plus intelligemment bête de l’histoire » – Draymond Green

Warriors - Spurs

Un Stephen Curry de gala, un Dejounte Murray en mode 2014 (même s’il ne jouait pas encore, on s’est compris) et surtout, surtout, surtout, surtout, surtout… un Draymond Green de légende. C’est qu’en plus il est capable d’être clutch demain soir, ce grand benêt. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top