Magic

Cole Anthony s’offre le game winner de la nuit : rajoutez le retour d’Evan Fournier et on a enfin deux (belles) raisons de kiffer le Magic

On ne va pas se mentir, ce match entre le Magic et les Wolves n’était pas forcément tout en haut de notre to watch list de la nuit. Un Magic estropié qui commence à regarder davantage la Lottery que les Playoffs, des Wolves privés de Karl-Anthony Towns et donc de saveur, privés de coaching également tant Ryan Saunders servirait plus avec un short qu’en costard, et voilà donc une affiche qui n’en était pas une du tout. Mais si chez Jacques Essebag le vendredi tout est permis, en NBA le mercredi… c’est Panzani. Si vous avez raté la fin de match ? Bien fait pour vous, mais on n’est pas des monstres alors en avant la session de rattrapage.

La première bonne nouvelle de la nuit ? Ce déplacement du Magic dans le Minnesota était l’occasion de revoir à l’œuvre notre Evan Fournier national, quasiment trois semaines après son dernier match. Vavane back dans les bacs après des soucis de… back (« au dos » pour les non-bilingues). Une sacrée giga-bonne nouvelle pour un Magic complètement ravagé ces derniers temps, privé de Jonathan Isaac depuis des lustres, de Fournier donc, mais aussi de Markelle Fultz out toute la saison, ceci venant s’ajouter à la dégaine et au talent négatifs d’Aaron Gordon et aux débuts compliqués de Cole Anthony. Petite note de nuit d’ailleurs, si vous remplacez le C de Cole Anthony vous obtenez presque Joel Anthony, et par la même occasion plus ou moins le même talent. 

Bref.

Bref, cette nuit était l’occasion pour Orlando de se redonner un peu confiance, face à une équipe des Wolves réalisant en ce moment l’exploit d’être… encore plus mauvaise pour le Magic. Privés de Karl-Anthony Towns qui tente actuellement sans réussite de conjurer l’horrible sort que lui réserve cette saloperie de COVID, les hommes de Ryan Saunders ne sont pas bons, disons les choses comme elles sont, et dès le premier quart c’est la gloutonnerie de Nikola Vucevic qu’ils subiront de plein fouet. Le pivot se régale et confirme son énorme début de saison, le Magic domine logiquement, mais la sortie de Niko coïncidera avec un… 18-3 initié par les Loups. Bah ouais, quand le seul joueur en forme d’une équipe est sur le banc cette même équipe devient nulle, ça coule de source comme le disait si bien ce frère de Pierre Papillaud. D’Angelo Russell monte en température, et quand on s’aperçoit que même Jordan McLaughlin ou Naz Reid punissent sans peine la défense d’Orlando, on ne vous cache pas que le rage quit n’est plus très loin.

Mais on est des durs, alors on reste, mais nous sommes mercredi, alors on reste. L’écart monte jusqu’à 19 en faveur des Loups, Evan Fournier claque un gros troisième quart et ça fait plaisir, et petit à petit le Magic grapille, grapille et revient à neuf points grâce à un shoot de loin de Vucevic à l’avant-dernier buzzer du match. 13 points d’avance à six minutes de la fin, encore une petite dizaine après quelques minutes interminables durant lesquelles même Kevin Durant n’aurait pas réussi un lay-up non contesté, puis coup sur coup ce sont Evan Fournier et Aaron Gordon qui ramènent Orlando à deux petits points à un peu plus d’une minute du gong. Youpi, un money time. A 30 secondes du terme Cole Anthony y va lui aussi de son gros tir du parking, petite note de nuit d’ailleurs… si vous rajoutez un a, un r et un m à Cole Anthony vous obtenez Carmelo Anthony, et par la même occasion plus ou moins le même talent. Puis plus rien ne sera marqué avant la dernière possession, merci le choke d’Aaron Gordon tout seul à 3-points, merci surtout le choke du freak Jarred Vanderbilt qui laisse deux lancers sur le carreau pour passer à +4 et partir à la douche. Pas plus 4 du coup mais bien +2, avec quatre secondes à jouer et un ballon pour le Magic. Cole Anthony hérite de la gonfle, court le plus vite possible malgré (non) la défense (non) de Malik Beasley, puis envoie une prière en finissant le cul sur le banc. Le ballon est en l’air mais Nikola Vucevic le sait déjà, Gérard Filoche et victoire incroyable d’Orlando grâce au premier grand moment de la carrière de son rookie.

Victoire à l’arrache du Magic grâce à l’un des ave maria de ce début de saison et un Evan Fournier à 24 points pour son grand retour. Si vous êtes de la famille de Nikola Vucevic vous avez désormais trois bonnes raisons de suivre les matchs d’Orlando, et si vous êtes de celle de Ryan Saunders vous pourrez bientôt profiter un peu plus de lui car il sera bientôt au chômage. Allez, sur ce on vous laisse, y’a Steph Curry qui fait du sale aux Spurs en ce moment-même.

stats Magic Wolves 21 janvier 2021

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top