Celtics

Les Celtics bombent le torse face à Miami : pour conjurer le sort, voici donc le récap d’un match qui n’a pas eu lieu

Anthony Davis, Omar Sy

Info utile pour ceux qui auraient la flemme de lire : le match a été reporté.

Source image : YouTube

C’est l’histoire d’un match qui a bien failli ne pas avoir lieu, mais qui aura finalement tenu toutes ses promesses. Des promesses que personne ne s’étaient faites néanmoins, tant le scénario de ce classique de l’Est était impossible à dessiner par avance. Allez, envoyez le récap, parce qu’on s’est régalé.

Public announcement : les quelques lignes qui suivent sortent tout droit du cerveau illuminé d’un rédacteur profitant d’un quart d’heure un peu calme pour s’occuper. Le match entre Boston et Miami a été reporté à cause de trop nombreux cas contacts chez les Celtics, et c’est la seule info sérieuse que vous lirez ici.

20h hier soir, et les insiders américains se renvoient la balle. Comme pour le match de la veille entre les Sixers de Forbach et les Nuggets, une très grande partie du roster des Celtics est annoncée out due to COVID, et jusqu’à tard dans la soirée le doute est présent sur la tenue ou non de la rencontre entre Miami et Boston. 22h la délivrance, on aura bien droit à un faux choc entre un Heat au complet et des Celtics « amoindris ».

  • Payton Pritchard
  • Carsen Edwards
  • Marcus Smart
  • Aaron Nesmith
  • Daniel Theis
  • Tacko Fall
  • Glen Davis
  • Larry Bird

Voilà pour le squad monté en dernière minute par Brad Stevens, bien obligé de proposer une liste de huit à la NBA de peur de voir le match reporté à un futur jour férié, car les jours fériés Brad les passes avec sa mère et c’est comme ça, ça bouge pas. Les illustres Big Baby Davis et Larry Legend ont donc été rappelés pour faire le nombre mais ne joueront pas, et la part belle est donc faite à un groupe évidemment très expérimenté bien que drivé par les « anciens » Marcus Smart et Daniel Theis. Marcus Smart qui débute d’ailleurs le match sur le banc et qui n’a que ses yeux rieurs pour apprécier le 24-2 infligé par le Heat aux trop frêles starters de Boston. Temps-mort Celtics, Larry Bird qui prend la plaquette, et à partir de là tout s’enchaîne. Payton Pritchard claque quatre paniers primés en soixante secondes, Tacko Fall doit laisser sa place après s’être buté à l’horloge des 24, Aaron Nesmith nous fait une Tyrese Maxey améliorée avec 17 points au premier quart et Boston recolle. 36 partout après douze minutes, quelque chose nous dit que ce match sera spécial.

Info utile, Payton Pritchard est fou, et son début de deuxième quart est un récital. Avec neuf tirs du parking inscrits à la mi-temps il donne des sueurs au record de Klay Thompson, alors que Tacko Fall est revenu aux affaires pour contrer seize fois Bam Adebayo avant la pause coton-tige. En face Duncan Robinson a beau répondre mais à chaque panier primé sa match-up lui en colle deux derrière, Carsen Edwards et Aaron Nesmith emboîtent le pas de Pritchard et contre toute attente, ce match s’inscrit comme l’un des meilleurs de la saison de par son originalité et l’adresse de ses protagonistes. Un match serré qui plus est, offensif (71-68 à la pause, 99 partout après trois quart-temps) et un money time qui va entrer définitivement dans la légende quand… Edwards, Smart, Nesmith et Theis vont tous sortir pour six fautes. Larry Bird a mal au dos, Glen Davis n’arrive pas à se lever du banc et n’a pas de short à sa taille : vous avez déjà compris : les C’s devront jouer la dernière minute à deux, avec les seuls Payton Pritchard – qui en est alors à 49 points à 18/21 au tir – et Tacko Fall pour conserver une avance de six points.

Technique de filou mais technique qui marche, Pritchard envoie une cloche sur la remise en jeu, Tacko se saisit de la gonfle à la hauteur de la ligne des lancers et s’en suit alors une situation incroyable. Tacko envoie des énormes briques contre le haut de la planche et prend ses propres rebonds, cinq fois de suite, de quoi gagner vingt bonnes secondes avant que les joueurs du Heat ne fassent faute. Tacko on the line, deux lancers réussis, +8 Boston. Un gros trois de Tyler Herro plus tard rebelote, Tacko au péno, 2/2, +7 Boston et à dix secondes de la fin Pat Riley fait signe de son bureau enfumé qu’il est temps de mettre fin à la mascarade. Victoire des Celtics 131-124 grâce à 49 points de Pritchard et 24 points et 61 rebonds de Tacko Fall, le duo validant ainsi sa place pour le futur All-Star Game qui, rappelons-le, n’aura pas lieu.

Alors ça fait beaucoup d’infos hein, beaucoup de conneries aussi, mais mettez-vous à notre place aussi. On parle d’une saison qui commence en décembre, lors de laquelle Julius Randle joue comme un MVP et LaMelo Ball est presque le meilleur meneur de jeu de la Ligue. Alors de temps en temps on craque, et on va essayer que ça n’arrive pas trop souvent non plus. Promis.

2 Commentaires

2 Comments

  1. dam dou

    11 janvier 2021 à 11 h 01 min at 11 h 01 min

    Si c’est pour avoir ce genre de résumés de matchs-fiction, perso j’aimerais bien qu’il y ait un peu plus de matchs annulés. Bravo pour la prose 😉

  2. Draghor

    11 janvier 2021 à 16 h 09 min at 16 h 09 min

    Merci pour la barre de fou rire, tu étais très inspiré pour le coup 🙂

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top