Hornets

Gordon Hayward a pris un coup de chaud : 44 points, career high et victoire face aux Hawks, le mec est à deux doigts de valoir son salaire

Au coeur des débats il y a quelques semaines lorsqu’il signait un nouveau contrat conséquent avec les Hornets malgré de longs mois passés sur le téco à Boston en raison de différentes blessures (main, cheville), Gordon Hayward commence tout doucement à fermer quelques bouches. Un paquet de plus la nuit dernière d’ailleurs, puisque l’ailier à la tronche de gendre idéal a tout simplement mené les Hornets à la victoire en claquant son record en carrière.

44 points, et surtout ce sentiment de domination tellement agréable, qui plus est pour un homme ayant passé dans sa carrière beaucoup trop de semaines loin des parquets. Touchons du bois mais le fait est qu’aujourd’hui l’ancien bégé du Jazz ou des Celtics semble épanoui et surtout en pleine possession de ses moyens, même si quelques heures avant ce match face aux Hawks le joueur était listé… questionable. Envie de protester contre les dingueries se déroulant à Washington selon les uns, problème au… pif selon les autres, mais cette nuit Gordie était finalement bien présent et les Hawks ne mettront pas longtemps à comprendre que c’était une bien mauvaise nouvelle pour eux. Deux paniers du parking et une passe plus loin le gonze était lancé, une mi-temps et 20 points plus tard on sentait poindre l’odeur d’une soirée all-time, et si en face Trae Young patinait tel Candeloro, Cam Reddish ou De’Andre Hunter ne pouvaient pour leur part que constater les dégâts mais aussi la route qu’il leur reste à parcourir avant de toucher du doigt le niveau All-Star atteint – de nouveau – par leur bête noir du soir.

Derrière la ligne, servi le plus souvent par LaMelo Ball et même après avoir pris un ballon dans la tronche par The Weeknd Miles Bridges, cette nuit fut synonyme de festival pour la mèche folle, nous rappelant à de bien trop nombreuses reprises quel genre de poète il est balle en main. Souvent décalé dans un rôle de petit 4 à Boston, Gordie a rappelé qu’il était avant tout un smooth 3 et qu’il possédait toujours l’un des footworks les plus fous et les plus propres de toute la Ligue. Comme un bonheur n’arrive jamais seul le garçon s’occupera également et pour conclure du gros dagger à une minute de la fin, parachevant un nouveau succès pour des Hornets beaucoup moins cata qu’annoncés. Un LaMelo Ball qui grandit vite, un Terry Rozier inconstant mais sanguin lorsqu’il démarre la machine, un duo P.J. Washington / Miles Bridges saignant, la vaillance de Bismack Biyombo et des jumeaux JP et JB Martin, un Devont’e Graham en dedans mais donc un Gordon Hayward de nouveau à l’aise avec le statut de franchise player, et c’est peut-être là la meilleure des nouvelles pour James Borrego en ce début de saison.

Nouvelle victoire pour les Frelons et après les coups de sang de Terry Rozier c’est donc à Gordon Hayward de commencer à justifier son énorme contrat. Il en faudra beaucoup d’autres, mais quand Gordon Hayward est sur ses deux jambes Gordon Hayward domine, et ça c’est une certitude.

stats hawks hornets 7 janvier 2021

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top