Heat

Les general managers ont parlé, Erik Spoelstra est le meilleur coach NBA : manque plus que le trophée COY pour officialiser tout ça

Le meilleur coach ? Spo. Le meilleur motivateur ? Spo. Le meilleur tacticien ? Spo.

Source image : YouTube

Comme tous les ans, les general managers de la NBA ont répondu au grand sondage d’avant-saison. Des questions de base, mais des réponses qui nous apportent beaucoup d’indications sur les impressions au sein même de la Ligue. Et visiblement, le coach Erik Spoelstra a beaucoup la cote auprès des dirigeants. 

Qui va remporter le titre en 2021 ? Qui sera MVP ? Quelle équipe a réalisé la meilleure intersaison ? Voici le genre de questions qu’on retrouve dans ce sondage, découpé en plusieurs catégories. Dans celle dédiée aux coachs, on retrouve trois grandes parties : le meilleur coach d’une manière générale, le meilleur motivateur et gestionnaire de groupe, et le meilleur tacticien, c’est-à-dire celui qui fait les meilleurs ajustements en cours de match. Et à ce petit jeu-là, Erik Spoelstra rafle tout. Il a été désigné meilleur coach avec 46% des voix devant Nick Nurse (18%) et Gregg Popovich (18%), meilleur manager/motivateur avec 32% des voix devant Popovich (21%) et Steve Kerr (18%), et enfin meilleur tacticien avec 26% des voix devant Rick Carlisle (19%) et le duo Nick Nurse – Brad Stevens (15%). Il n’est pas rare de voir par exemple un coach être désigné à la fois meilleur entraîneur et meilleur motivateur, comme ce fut le cas pour Pop l’an passé, mais un tel grand chelem, ça montre quand même à quel point Coach Spo est aujourd’hui reconnu dans les sphères de la Ligue, lui qui surfe clairement sur le superbe parcours du Heat dans la bulle (défaite en Finales NBA face aux Lakers) mais aussi sur un travail de longue haleine avec son équipe de Miami, qu’il dirige depuis 2008. Titré à deux reprises avec le Big Three (2012, 2013), Spo a souvent été sous-estimé mais plus personne ne peut dire désormais qu’il gagne grâce aux exploits de LeBron James, Dwyane Wade et Cie.

Protégé de Pat Riley, Erik Spoesltra dirige aujourd’hui d’une main de maître l’une des équipes les plus kiffantes de la NBA. Derrière les deux All-Stars Jimmy Butler et Bam Adebayo, on a un collectif ultra solide où chaque joueur connaît son rôle, avec un jeu fluide en attaque et une intensité qui symbolise la fameuse Heat Culture. Si Patoche est le boss de la franchise de Sud Plage, Spo est au cœur de cette culture, c’est lui qui pousse ses joueurs chaque jour pour qu’il contribue au projet commun. Ça bosse dur, ça travaille beaucoup le physique pour être à fond pendant 48 minutes des deux côtés du terrain, et il demande un comportement professionnel de tous les instants. James Johnson et Dion Waiters peuvent en témoigner. Et s’il y avait eu une catégorie « développement de jeunes joueurs » dans le sondage, Spo aurait sûrement terminé en tête également. On pense à Bam Adebayo évidemment ainsi qu’à Tyler Herro, deux joueurs formés à Kentucky et sélectionnés en milieu de premier tour à la Draft, mais aussi des mecs non draftés comme Duncan Robinson, Kendrick Nunn et Derrick Jones Jr., qui ont atteint la lumière à Miami sous les ordres de Spoelstra. Très respecté par ses joueurs et jamais timide pour bouger les choses quand c’est nécessaire, Coach Spo est aujourd’hui une référence quand on parle tactique et ajustements, comme on a pu le voir si souvent lors des derniers Playoffs chez Mickey. Il sait préparer son équipe à n’importe quel adversaire pour faire tourner une série en sa faveur. Le plan pour limiter Giannis Antetokounmpo, la défense de zone contre Boston, les changements dans le cinq par rapport à la saison régulière… autant d’éléments qui ont encore une fois prouvé les grosses compétences du bonhomme.

Erik Spoelstra est aujourd’hui au top de la hiérarchie des entraîneurs, mais il lui manque toujours ce titre de Coach de l’Année pour officialiser tout ça. Si Spo n’a pas besoin de validation, ça serait quand même une belle ligne supplémentaire sur son CV, et surtout une juste récompense pour l’ensemble de son œuvre. 

Source texte : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top