Heat

Le plan anti-Giannis a fonctionné pour Miami : plus qu’un 1-0 Heat, on est donc sur un 1-0 Spoelstra, et ce fut un blow-out

spoelstra butler 1er septembre 2020

Erik Spoelstra, nouveau cauchemar du Greek Freak ?

Source image : montage TrashTalk via YouTube

On en avait pas mal parlé dans la preview de cette série, la bataille des coachs s’annonçait – et s’annonce toujours – comme la colonne vertébrale de ce choc entre les Bucks et le Heat. La nuit dernière ? Erik Spoelstra a tissé sa toile sur Giannis Antetokounmpo, et c’est désormais à Mike Budenholzer de trouver, très vite, la parade à ce premier uppercut.

Giannis Antetokounmpo est le MVP en titre. Giannis Antetokounmpo sera probablement un double-MVP dans quelques semaines, car Giannis Antetokounmpo est bien souvent le joueur le plus inarrêtable de toute la Ligue. Ah oui, et les Bucks sont, forcément, l’attaque la plus efficace de NBA. No conclusion hâtive hein, mais sur ce Game en tout cas, cette belle machine est tombée sur une sacrée kryptonite…

C’était annoncé, cette série entre les Bucks et le Heat se jouerait en grande partie sur la capacité de la franchise floridienne a stopper – ou du moins ralentir – la puissance offensive des Bucks. Sur ce premier match ? Mission accomplie et dans les grandes largeurs. Défense individuelle niveau US Marshall, assise défensive collective de très haut niveau, on est sur un 100% de réussite pour les homme de Coach Spoelstra, et le C majuscule est ici plus que mérité. Car plus qu’une stratgéie défensive, c’est une véritable toile qui fut tissée sur Giannis notamment, avec comme premier palier un repli défensif à montrer dans les écoles. Exemple ci-dessous, mais alors il y en a des tonnes comme celui-ci :

Ne pas laisser le temps au dragster de prendre de la vitesse, replacement ultra-rapide en fin de transition pour obliger Milwaukee à attaquer sur demi-terrain et laisser ainsi les match-ups défensives – à l’avantage de Miami – faire le taf, telle était donc la stratégie imaginée par Spoelstra et mise en place à la perfection par ses joueurs. Au final ? 18 points pour Giannis, véritable trou dans une saison statistique dantesque, puisqu’on rappelle par exemple que le Freak compte seulement quatre matchs cette saison en dessous de cette faible barre, dont deux matchs sans aucun enjeu. 18 points donc, une privation totale d’espace par le repli du Heat, et un Bam Adebayo troisième au classement du MIP mais numéro 1 à celui des mecs capables de freiner le cyborg des Bucks. Bam Adebayo en bout de ligne mais aussi un Jimmy Butler exceptionnel en attaque… et en patron de la défense, le genre de mâle ultime dans un match de Playoffs, le genre de mecs dont certains osaient dire il y a de ça trois semaines que sa match-up avec… T.J. Warren valait le détour.

Au final ? Une victoire construite sur un match faramineux de Jimmy Butler mais, surtout, sur les bases d’une défense énorme. Car cette équipe des Bucks ? Ce phénomène grec ? Absolument personne ou presque n’a su le stopper depuis deux ans. Le Heat, lui, a réussi cet exploit, une fois, et il faudra le faire encore à trois reprises. 1-0 Heat, 1-0 Spoelstra, balles neuves.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top