Pelicans

Officiel : Brandon Ingram élu Progression de l’année 2019-20 en NBA, l’ailier des Pelicans a offert une saison XXL dans le Bayou !

Brandon Ingram
Source image : Twitter @Pelicans

Transféré à New Orleans il y a un peu plus d’un an, dans le cadre du départ d’Anthony Davis, Brandon Ingram n’a clairement pas déçu les Pelicans et leurs fans. La preuve, avec cette énorme saison en Louisiane, ponctuée par le trophée de Progression de l’année 2019-20 en NBA, qui vient de lui être décernée.

Et dire que c’était très certainement le troisième garçon dont on parlait le plus il y a un an, avant la nouvelle saison des Pels. En premier lieu, c’est l’arrivée de Zion Williamson en NBA qui faisait chauffer les foules. Puis Lonzo Ball avait une bonne grosse hype qui l’accompagnait en provenance de Los Angeles, merci papa. Ingram faisait pourtant lui aussi partie de ce package qui permettait aux Lakers de récupérer AD, l’avion venu de Californie possédant également Josh Hart. Puis, la saison démarrant, les Pelicans ont vu qu’ils avaient une pépite sur leurs ailes. Les pépins physiques rencontrés par les hommes d’Alvin Gentry ont donné carte-blanche à Ingram, dans une attaque à très haut rythme, ce qui lui a permis de produire méchamment en tant que meilleur scoreur de sa franchise. Près de 25 points de moyenne sur la première partie de saison, un ticket pour le All-Star Game 2020 et des yeux toujours aussi ouverts, Brandon a endormi un paquet de défenseurs avant de leur mettre la sauce avec son jeu tout en patience et en longueur. De 18 points, 5 rebonds et 3 passes de moyenne chez les Lakers, Ingram a grimpé jusqu’à 24 points, 6 rebonds et 4 passes de moyenne. Une belle progression, et qui n’est pas totalement traduite par la deuxième partie de saison plus compliquée et un retour mitigé dans la bulle d’Orlando. Le vrai jump de l’ailier se trouve dans l’attitude, dans cette capacité désormais quotidienne à débarquer sur un terrain et à se dire : je peux mettre 25 pions sur la tête de qui je veux, donc donnez-moi la balle et tout se passera bien. De tempérament plutôt introverti, le kid formé à Duke était bourré de talent et on le savait depuis son passage universitaire, mais il fallait que le déclic ait lieu. Que le cadre, le système et les responsabilités soient propices à son explosion. C’est donc fait, Ingram est la progression de l’année, pour le grand bonheur des fans de New Orleans.

Certains supporters seront forcément déçus de ne pas voir leur poulain repartir avec la timbale. On pense notamment à Devonte Graham, que Luka Doncic lui-même avait soutenu plutôt que sa propre candidature. Bam Adebayo peut être également mentionné, lui qui voudra probablement fermer quelques bouches face aux Bucks. Il est quand même intéressant de souligner que la saison d’Ingram intervient après une stratégie contractuelle plutôt couillue. En effet, alors que la plupart des boys de sa cuvée de Draft ont signé une prolongation il y a un an, Brandon a plutôt misé sur son talent afin de ne laisser aucun doute dans la tête de son agent et de ses dirigeants à New Orelans. Siakam, Sabonis, Brown et tant d’autres qui ont rempilé dans la foulée, au lieu de se satisfaire d’un petit deal Ingram a parié sur lui-même et cela s’est avéré payant. Maintenant vient la plus grande question : saison isolée, ou confirmée dans quelques mois ? L’ailier aux yeux de Droopy a pu profiter pleinement des absences nombreuses chez les Pelicans cette année, ainsi que des systèmes d’Alvin Gentry qui lui ont donné un feu vert intégral. Comme certains ont pu le voir récemment, Gentry a été prié de faire ses valises, et c’est donc un nouveau coach qui débarquera prochainement en Louisiane. Cet élément est important à prendre en compte, tout comme la façon dont la hiérarchie sera posée dans quelques mois dans l’équipe. En effet, si Brandon est un scoreur de gros talent et qui aura ses touches en attaque, difficile de croire que Zion ne sera pas au centre de toutes les attentions chez les dirigeants des Pelicans. Comment articuler ce duo ? Qu’en sera-t-il de la suite avec les vétérans ? Autant de questions que l’on se posera à l’avenir et dont les réponses nous permettront d’en savoir davantage sur le plafond d’Ingram. Une chose est sûre, cette saison il a pété le toit et grimpé jusqu’au ciel avec ses bras interminables.

D’accord ou pas d’accord avec la NBA ? Brandon Ingram est la progression de l’année, à vous de nous dire si vous êtes d’accord ou padakor. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top